securite

Contre les douleurs et les troubles persistants de ses régions postérieures, la patiente Tunisie se contente de traitements superficiels de flicothérapie lacrymogène plutôt que de passer sous scanner et faire un bilan général de santé.
Malgré la propagation du mal de son  bassin vers ses zones dorsales, celle-ci continue à se soigner à coup d'injections musclées en se voilant la face de peur de dépister une tumeur.
Garder son régime et avoir la ligne pour attirer les touristes à la plage chaque été, et ce malgré les dégâts causés, lui importe plus que sa santé.
Prions chers amis, pour que derrière ce mal qui dure, ne se cache un cancer généralisé.