MUR

La clef de l'avenir de nos sociétés humaines se résume à un mot: Mégaprojet
Pour la modernité et le progrès, nos rois du pétroles, nos présidents bling-bling yacht-yacht, nous ont trouvé la solution:  des hôtels de luxe, des golfs et des casino à gogo !
Après La Porte de la méditerranée à Tunis, Amwaj à Rabat, et autres caprices d'émirs,  c'est au tour de Sarkozy et sa cohorte d'industriels de jouer les émirs au proche orient en participant en Israël au lancement d'un nouveau Méga-Projet, voire un Giga-projet: le Canal de la Paix.

Le Canal de la Paix:
Il s'agit ni plus ni moins de créer un canal reliant la mer morte à la mer rouge bordé d'hôtels, de casinos et de golfs, une sorte de coulée verte de luxe longue de 200km au milieu d'un désert.
Les promoteurs comme toujours, arrivent à convaincre en se défendant d'œuvrer pour la paix et pour l'écosystème.
Vous l'aurez compris, la paix pour eux c'est construire un mur de luxe, encore plus infranchissable légitimé par la participation des jordaniens dans le bétonnage.
Quant à l'argument écologique, il s'agit de résoudre le problème de l'assèchement de la mer morte en l'alimentant depuis la mer rouge par le canal.

Cela nous rappelle nos émiratis ou notre chinois zembrétiste qui justifient leurs opérations en usant d'arguments sociaux (en promettant de l'emploi) et d'arguments écologistes ( en parlant d'écotourisme).
Mais, que ce soit au Maroc, en Tunisie, ou au proche orient, il s'agit toujours des mêmes projets à la Disney destinés aux plus riches et dont l'emprunte écologique demeurera sans conteste irréversible.
Ces mégaprojets participent à cristalliser les clivages sociaux, voire à les accentuer.
Quand on sait qu'en Israël, les inégalités sociales s'expriment en guerres ethniques et territoriales, on ne peut s'attendre qu'à voir se creuser encore plus le fossé par ce type d'opérations. Ils en deviennent indécents.
Plus indécents encore lorsqu'y sont impliqués d'une manière affichée les chefs d'Etat.

Dans un contexte beaucoup moins belliqueux mais presque aussi clivé socialement, La cité du siècle et les autres mégaprojets émiratis en Tunisie hissés au rang de Projets présidentiels, officialisent cette institutionnalisation d'un monde de riches et de pauvres séparés par des frontières infranchissables.

Conclusion
Je me permettrai de conclure sur cette analogie malgré la différence évidente des deux éléments comparés.
-En Tunisie nous assistons depuis peu à des manifestations de pauvreté qui ont fini par des émeutes. Entre temps se construisent des tours de verre et des terrains de golf.
-En Israël et Palestine, sans vouloir revenir sur les évènements qui secouent cette région depuis plus de 60 ans, nous constatons que malgré la débâcle humaine le grand capital n'a de gêne de vouloir construire des hôtels, casinos et des terrains de golf.
Ici et là, entre temps s'érigent et se prolongent des murs étanches...

Voir l'article sur rue89