tourisme

L'instabilité causée par les derniers évènements qu'a connu le pays ne présage rien de bon pour le tourisme pilier de notre économie nationale. Heureusement que le nouveau gouvernement tunisien a vite réagi en autorisant à revenir au bled les centaines d'exilés politiques chassés du territoire depuis des lustres. Parmi ces derniers, Marzouki, qui vient de fouler le sol de la patrie ce 18 janvier, ne cache pas ses ambitions de se porter candidat aux présidentielles.
Saluons mes amis cette page nouvelle de l'histoire de notre pays qui nous promet un paysage politique pluriel avec de nombreuses têtes à caricaturer. Avec ces nouveaux touristes, je sens que l'on va bien rigoler!