Les dernières frappes israéliennes sur Damas confirment la convergence d'intérêt entre l'internationale islamiste et "l'empire". Le régime d'Assad se présente comme la dernière relique d'un ordre ancien, celui des dictatures laïcs. L'empire milite pour faire tomber ce dernier bastion et mettre au clair la carte politique de la région. Après la bacchanale révolutionnaire il est temps que ces barbares du sud se calment. Et puisque la religion semble être dans ces contrées le meilleur moyen de contrôler les foules et de les réassigner à leur misérable condition, alors vive la sainte alliance, vive le mariage entre l'empire et l'internationale islamiste. Main dans la main, les deux feront tomber Assad, et installeront progressivement dans toute la région, l'ordre wahha(grosse)bite.
Mes amis, je sais que je verse dans la théorie du complot, et que mes propos donnent raison à l'idée que notre destin serait décidé par des forces exogènes. Je rajoute cependant l'idée selon laquelle une force endogène, bien de chez nous, constitue la raison première de notre "colonisabilité": Le t7inn naturel de nos maîtres bigots. La minable allégeance à l'internationale islamiste en est une parfaite illustration.
Comment ne pas sombrer dans la théorie du complot quand on les voit dérouler le tapis rouge (ou bleu) sous les pieds de chaque prédicateur wahhabite, quand on les entend criminaliser les critiques contre les Saoud (voir ici). Comment ne pas voir la silhouette d'une diabolique conspiration quand on écoute leurs discours anti-gauche, quand on apprend l'établissement de camps djihadistes (voir ici). Sans parler de leurs appels au meurtre, du zigouillage d'un Chokri Belaid... Comment avec tout ça, ne pas lire les signes d'un nouvel ordre régional dont Zaballah serait l'agent local en Tunisie... 

grossebite

(illustration de l'accueil en grande pompe du prédicateur wahhabite Mohamed Hassen. Dans ce festival de flagornerie furent présents des grandes figures d'Ennahdha tels Habib Ellouze et Sadok Chourou. Au même moment, dans le mont Chaambi, des agents de la garde nationale sont gravement blessés par des mines antipersonnel déposées par des djihadistes établis dans ces zones reculées de l'ouest tunisien...)