J'avoue que mon blog devient aussi morne que l'actualité. J'accuse Jomâa de karboulisation des esprits. Heureusement que l'assemblée constituante résiste encore et continue à nous offrir des spectacles de pitrerie. Qu'Allah nous garde Kassas et qu'il nous fasse revenir Zaballah pour que reviennent l'indignation, les cris de révolte et la colère. Car dans l'ère Karboulique c'est l'indifférence générale qui règne. Au diable la mémoire des martyrs de la révolution, la libération des cadors du mauve ou encore l'ouverture de l'immobilier aux étrangers (mesure annonçant l'avènement des mégaprojets et du capitalisme urbanistique)*. Ah! j'ai oublié, Jabeur Mejri, le blogueur blasphémateur est de retour en prison. Cette fois ce n'est pas pour avoir caricaturé Allah, mais pour avoir insulté un greffier, a indiqué son avocat à l'AFP (voir ici). Bref l'acharnement judiciaire continue contre l'auteur du péché suprême. Mais la lutte pour sa libération s'essouffle. Il faut reconnaître que c'est beaucoup moins sexy de défendre un athée sous Karboul que sous Zaballah. En plus, la consigne est claire: Laissons le gouvernement travailler!

Affrontement à Douz !

Tout n'est pas à Tunis. Existent d'autres querelles où il n'est pas question d'Islam, de RCD ou de touristes israéliens à la Griba (voir ici). Heureusement que des débats hautement plus intéressants ont lieu ailleurs. Certes pas toujours aussi tendres qu'on aurait souhaité...

DOUZ

En effet, des affrontements entre les habitants de Douz ont éclaté le jeudi 8 Mai (voir ici). Tout ça à cause d'une prospection de pétrole sur un territoire litigieux dont chacune des tribus revendique la propriété. Mais heureusement que Tartour (on l'avait oublié celui-là) a réagi à temps: 

WHISKY

D'ailleurs à propos de Tartour, la vie n'est guère facile pour lui depuis l'avènement du Karboulisme. Il fait ce qu'il peut pour exister. Sa dernière sortie en public lui fut presque fatale...

CHAAMBI1

CHAAMBI2
(voir ici)

* Lire cet article très instructif

PS: Les deux dernières vignettes sont inspirées d'un vieux dessin des années 60 réalisé par le caricaturiste français Siné. Il représente un étudiant hippie "peace and love" se faisant "tirer" par des CRS.