Trump avec son mépris naturel pour tout ce qui ne porte pas la couleur de sa peau, déclare unilatéralement Jérusalem capitale d'Israël. Moi qui adore par mes dessins toucher au sacré et moquer les symboles religieux, j'avoue m'être senti très indigné et touché dans ma fierté "arabo-mulsmane" en apprenant la nouvelle. Si si! Mon "arabo-musulmanité" a été touchée et mes pulsions grégaires m'ont dicté de sortir rejoindre le troupeau dans la rue et hurler à bas l'Amérique et les sionistes!       

TRUMP

Soyons sérieux

La cause palestinienne est bien au-dessus des appartenances culturelles et heureusement, elle mobilise aussi au-delà de nos frontières. Je ne peux cependant m'empêcher de m'interroger sur l'extraordinaire énergie qui inonde la "rue arabe" à chaque attaque symbolique (ou surtout territoriale) contre la Palestine. Extraordinaire car elle peut dépasser par sa puissance l'indignation que provoque des atteintes plus quotidiennes que sont les politiques libérales et la corruption des mafias au pouvoir (coucou Bajbouj!). Qu'est ce qui peut donc motiver cette fabuleuse riposte de la rue, capable de s'organiser instantanément et en grand nombre? (voir ici). Qu'a bien pu réveiller Trump en chaque "arabe" pour justifier cette colère?
Peut-être justement ce sentiment d'appartenance à "l'arabité", (communauté à définir) qui se manifeste ponctuellement le temps d'une colère contre une atteinte à ses symboles. 

J'avoue que ma lutte pour l'affirmation de l'individu se heurte à la dure réalité de ce sentiment inconscient d'appartenance. Oui je hais l'idée d'appartenir à un clan, à un groupe ou à une communauté. Mais comment faire dans ce foutu monde arabe, pour concilier à la fois cette difficile aspiration de l'individu à se libérer de la communauté, sans pour autant accepter de voir cette même communauté arabe humiliée chaque fois par des imbéciles comme Trump ou comme Netanyahou?

Je pense pouvoir être réconcilié avec cette appartenance si nos communautés "arabo-musulmanes" déploieraient comme à l'époque de la Révolution, leur génie colérique d'abord contre ses ennemis intérieurs. Ce n'est peut être qu'en Tunisie qu'on a réussi à le faire en partie, et ce en chassant Ben Ali. En 2009 je souhaitais déjà qu'on puisse économiser une partie de cette colère anti-Israélienne pour en faire usage contre notre propre oppresseur (voir ici). Ce souhait fut exaucé en 2011. Aujourd'hui nous nous devons de canaliser en priorité cette colère pour chasser les militaires d'Algérie, le roi du Maroc et tous les dictateurs qui humilient au quotidien ces populations dites arabes. Mais ceci n'est possible que si l'on se débarrasse une bonne fois pour toute du logiciel qui régit le système: La religion et ses protecteurs à la Mecque.

Marchons sur la Mecque:    

Trumpallah2

(dessin déjà paru sur debatunisie ici)

De la pensée je passe à la caricature et je réduis la complexité d'un problème à une boîte noire. Mais comment chers amis, ne pas être tenté par la caricature et voir simplement que les rois d'Arabie, pour le maintien de leur fortune colossale -qu'ils doivent en grand partie aux américains- vendraient père, mère et la boîte noire pour ne jamais trahir la maison blanche. Leur prise en otage des lieux saints et l'autorité religieuse qui en découle, leur donne un prestige et une légitimité qui en fait d'office les porte-paroles de ces millions de pèlerins.       
"C’est le New York Times qui a levé un coin du voile sur les coulisses de ce vaste jeu de dupes. Selon le grand quotidien américain, le nouvel homme fort de la monarchie wahhabite a rencontré, le mois dernier, Mahmoud Abbas, chef de l’Autorité palestinienne, afin de lui faire une proposition: renoncer à faire de Jérusalem-Est la capitale du futur État palestinien au profit d’Abu Dis, une localité située au sud-est de la ville sainte. Cette proposition a été simplement dictée par Trump afin de satisfaire les ambitions israéliennes et reconnaître Jérusalem capitale de l’État hébreu. Le président fantoche de l’Autorité palestinienne, n’aura pas voix au chapitre ni encore moins les millions de pélerins qui continueront à tourner en rond." (texte inspiré par cet article

Conclusion

Israël "nous" humilie aussi parce que nous acceptons de nous faire humilier au quotidien par les wahhabites et leurs chiens de garde arabes locaux que sont nos dictateurs et nos corrompus. Alors quand déploierons-nous cette même énergie contre l'État sioniste, pour chasser du temple l'État capitallahiste ? Et pour quand alors une campagne de boycott contre le pèlerinage sous wahhabisme, aussi efficace que BDS?