Ce n'est pas parce que le bateau coule et que le pays dégringole, que nous devons parler du trou dans lequel nous allons tous nous enfoncer. Pour ce post de fin d'été, j'ai voulu au contraire évoquer un sujet "pipole" plutôt léger pour détendre un peu l'atmosphère. Rien à foutre de Chahed, de Taboubi ou d'Essebsi, parlons plutôt du mariage de notre chanteur national: Bendir Man.
 
Si j'évoque ici cet évènement supposé relever de la sphère privée, c'est parce que le marié semblait vouloir y donner une dimension  publique. Facebook pendant une journée, s'est transformé à cet effet, en album photo des noces du chanteur posant avec toutes les figures de la scène politique tunisienne. Nous avons vu défiler du Zaballah, du Marzouk, du Hammami, du Zenaïdi (voir ici). Mauves, bleus et rouges étaient au rendez-vous dans la coquette mairie de la Marsa. Les âmes romantiques ont peut-être vu dans cette "diversité" une belle image d'une Tunisie réconciliée réunie pour célébrer le mariage d'un artiste militant. En ce qui me concerne, je n'y ai vu qu'une énième illustration de cette Tunisie incestueuse multipliant les alliances contre nature et pratiquant ces partouzes généralisées où hommes d'affaires, médias, artistes et politiciens forniquent dans tous les sens dans les mosquées, les usines, les stades ou le parlement. Mais ce qui, en le cas d'espèce, interpelle plus que tout, c'est de constater ce phénomène contaminer les anciens camarades de lutte contre le Système...  

Bendir

Peut-être qu'en effet, depuis la fuite de Ben Ali, le Système n'est plus. Bendir Man comme beaucoup d'autres ont compris que seuls les aigris et les jaloux continuent à entretenir cette vision manichéenne d'un monde divisé entre les méchants et les gentils.  Bendir Man, en effet n'est pas le seul de notre "génération maudite"à s'être marié avec le nouveau système. Il serait intéressant d'examiner de près ce processus de mutation post-révolutionnaire qui a frappé nombre de nos anciens "camarades". Attention chers amis, en disant tout cela ne pensez surtout pas que je me place au dessus de la mêlée. Attendez mes noces à la Sebkha et vous verrez !

* "Génération Maudite" (ou "Awled Ammar") est le titre d'un documentaire de Nasreddine Ben Maati sorti après la Révolution, et qui retrace le parcours des différents cyberdissidents qui ont marqué les dernières années de la Dictature. J'en parle ici dans cet article.