Le prince saoudien Mohamed Ben Selmen, dévoile son mégaprojet du futur baptisé "NEOM". Il s'agit d'une ville couloir, enchâssée entre deux énormes murailles qui "scient" le désert sur 170km (voir ici). Ce projet pharaonique à plus de 500 milliards de dollars, est le fruit de l'imagination débordante d'un prince qui regarde un peu trop Netflix et qui a les moyens de faire plancher les plus grands bureaux d'étude occidentaux, sur ses caprices d'enfant gâté...   

(Cliquez ici pour agrandir)NEOM_blog

Hightech, écologie et loisirs 

On se demande seulement s'il s'agit d'un scénario de film de science fiction, ou s'il est réellement question d'un projet d'urbanisme. En effet, les résidents de cette cité futuriste disposeront de valets robotisés, de taxis drones volants, de plages phosphorescentes et d’une lune artificielle. Même que les femmes seront dévoilées ! bref une véritable révolution technologique que promet ce mégaprojet.

Il n'y aura pas de gueux, de pouilleux, de migrants, de mendiants. Il n'y aura même pas de plombiers, maçons, jardiniers ni de femmes de ménage, puisque les robots se chargeront des basses besognes. Il n'y aura enfin que des gens riches, beaux et sportifs, peut-être même modifiés génétiquement, puisque MBS souhaite faire de sa ville un centre mondial de recherche en biotechnologie !

20 000 personnes seront déplacées  

Pour MBS, monarque au pouvoir absolu, rien ne pourra s'opposer à ses caprices. Ni même ces tribus qui occupent le terrain du projet. Les autorité saoudiennes ont arrêté, harcelé, traqué et tué les actuels occupants pour avoir refusé de vendre leurs terres ancestrales à l'État (source wikipédia). Tout cela n'est qu'un détail. Ce ne sont pas ces bédouins qui feront obstacle à MBS et à terme, quelques 20 000 personnes seront déplacées pour céder la place à NEOM.

Conclusion      

Que dire sinon, qu'il aura fallu attendre MBS pour que Disney rencontre enfin Allah, et que ces deux créateurs unissent leurs talents et annoncent en Arabie l'avènement d'une "néo"-humanité, sans pauvres, sans emmerdeurs, sans opposants, sans journalistes...bref : Bienvenue à Gattacallah !