31 juillet 2008

Charlie Hebdo: Caricatures, deux poids deux mesures...

Par ce post, je voudrai évoquer une affaire qui secoue la presse française. Il s’agit d’une histoire d’autocensure qui révèle les tabous et les interdits de la société française.

Tout a commencé par le « renvoi » du polémiste et caricaturiste Siné du journal satirique Charlie Hebdo suite à un article jugé antisémite.
Rappelez-vous, ce même journal avait défrayé la chronique en republiant les fameuses caricatures blasphématoires. (En ce qui me concerne j’étais pour la diffusion de ces caricatures car je considère que c’est un mal nécessaire à la liberté d’expression même si je comprends tout à fait que ces dessins puissent choquer de nombreux musulmans)
Beaucoup de lecteurs de l’hebdo s’étonnent donc aujourd’hui que ce journal qui incarnait pour eux la liberté d’expression se rebiffe lorsque est heurtée la sensibilité des juifs.
Les signataires d’une pétition de soutien à Siné relèvent «le deux poids deux mesures» de Philippe Val directeur de Charlie Hebdo.
Voici, la  phrase de Siné, d’apparence anodine,  qui a déclenché la fureur de Philippe Val :

«Il (parlant de Jean Sarkozy) vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée juive et héritière des fondateurs de Darty . Il fera du chemin dans la vie ce petit’ »

Le même qui laissait passer dans son journal certains clichés tels que Musulman = terroriste potentiel, Curé = pédophile, censure le cliché : juif = argent.

L’éviction du caricaturiste expliquée par Philippe Val :

- Philippe Val dans son édito du 30 Juillet, justifie son acte contre Siné en arguant d’abord de sa responsabilité en tant que directeur de journal. Il craignait les menaces d’un procès que risquerait de lui intenter Jean Sarkozy. Un proche du fils du président l’avait d’ailleurs contacté pour le mettre en garde.
Philippe Val avait donc proposé à Siné de s’excuser pour éviter de se retrouver au tribunal chose que le caricaturiste avait catégoriquement refusé au nom de la liberté d’expression.
(La crainte de Val montre qu’en France aussi, depuis l’ère Sarkozy, l’on a peur de la famille du président)
Pourtant Val n’avait pas présenté d’excuses à ceux qui ont pu être heurtés par les caricatures blasphématoires et n’a pas craint le procès que lui avaient intenté certaines associations musulmanes. Contre lesquelles d’ailleurs il avait gagné.

-Deuxième argument de Val: le caractère antisémite de la phrase.
Selon lui, en plus de la fausse rumeur (la conversion de Jean Sarkozy au judaïsme) Siné colporterait un préjugé antisémite selon lequel Jean Sarkozy devenant juif grâce à ce mariage intéressé, se rapprocherait des hautes sphères financières et économiques et que donc il fera du chemin (puisqu’il s’agit de la fille d’un français juif milliardaire patron de Darty). Bref pour Val, Siné réutilise le poncif juif=argent.

Autant pour le premier argument, nous pourrions nous tunisiens habitués à nous autocensurer lui excuser sa crainte légitime de se retrouver en procès contre les Sarkozy, autant pour le deuxième, et c’est mon avis, je trouve que Philippe Val cède un peu trop à cette bonne conscience moralisatrice qui fait feu de tout bois dés lors que se dégage une odeur suspecte d’antisémitisme.
Pour faire face à tous ceux qui doutent encore du caractère raciste de l’article (et ils sont nombreux ) Philippe Val balance en conclusion de son édito la preuve de ce contre quoi il accuse Siné : un enregistrement radio d’il y a longtemps où, effectivement, Siné déclare haut et fort sous l’emprise de l’alcool, qu’il est antisémite.
La preuve est faite, la sentence est tombée. Tel un inquisiteur du moyen âge, Philippe Val excommunie sur la place publique un apostat tenant pour preuve les propres aveux du condamné.

Différence entre l’antisémitisme et l’Islamophobie en France :

Si en France les propos Islamophobes (tels que ceux d’un Redeker ou d’un Finkielkraut) ou des propos contre les catholiques restent permis, c’est bien parce que l’ont a admis que l’Islam comme le catholicisme seraient assimilables à des idéologies comme pouvaient l’être le communisme ou le nazisme. L’islamophobie ne s’attaquant pas à une communauté mais à une idéologie ne serait donc pas une forme de racisme. 

Par contre l’antisémitisme n’étant pas un rejet d’une idéologie, mais plutôt une haine contre une communauté en l’occurrence la communauté juive, serait donc une forme de racisme.
(L’antijudaïsme serait selon cette même logique toléré puisqu’il s’attaquerait seulement à la religion. Et pourtant dans la pratique, l’antijudaïsme comme l’antisionisme relèvent pour certains intellectuels d’une forme dévoyée d’antisémitisme.)

Mais alors, si les juifs (pratiquants ou pas) font partie d’une communauté dite "peuple juif", descendants du royaume de David, en quoi ce que cette appartenance serait moins idéologique que les musulmans (pratiquants ou pas), qui se considèrent comme faisant partie de la "oumma musulmane"?

Ou l’on s’accorde pour considérer que tout est idéologique et que la construction d’une communauté, d’une nation ou d’une religion reste une construction idéologique ni plus ni moins, et que de s’attaquer à des clichés sur les juifs, les français ou les musulmans (j’assume le mélange des genres ) reste une critique de société.
Ou alors on considère que la communauté, la nation ou la religion seraient constitutives de groupe étanches et que par conséquent, cessons en effet toute critique envers ce qui, ni plus ni moins, deviendrait des races.

En ce qui me concerne, je préfère penser que toute est idéologique. Mais je nuance en ajoutant que les idéologies surtout religieuses, et ce par leur ancienneté, deviennent pour le meilleur ou pour le pire constitutives d’identités figées. On peut ainsi parler d’une communauté musulmane allant du Maroc jusqu’en chine et qui peut être autant heurtée que les juifs lorsque l’on rie de ses symboles.

Que faire des clichés ?

Le poncif qui relie le juif à l’argent est un fantasme que projettent les non juifs sur ces derniers. Il est certes explicable par le recours à l’histoire mais il n’en demeure pas moins un fantasme que ni les statistiques ni les données sociologiques ou historiques peuvent confirmer.
En effet, de manière générale, (et je m’excuse d’emblée de ces raccourcis que je vais faire) beaucoup de juifs aussi bien en Europe qu’en Orient et depuis le moyen âge, se sont dévolus, entre autres, à l’usure ( prêt de l’argent avec un taux d’intérêt ) car cette pratique fut interdite pour les musulmans et les chrétiens.
On imagine facilement comment ce que cette conjoncture à elle seule pouvait suffire à faire naître des fantasmes et un tas d’autres clichés sur la présupposée richesse, le prétendu communautarisme, avarice et tout le reste.
En réalité, l’idéologie juive est peut être plus le résultat des projections des autres que de ce que les juifs eux même auraient décidé de se choisir comme idéologie. Sartre disait à juste titre que l’antisémitisme crée le juif (quelque chose du genre en tout cas)
De nombreuses théories conspirationnistes sont nées de cela, laissant penser que les juifs par leurs réseaux, leur puissance financière, comploteraient pour la domination de la planète.
Inutile de rappeler les conséquences dramatiques qu’ont suscités les pogroms russes et puis surtout l’horreur de la Shoah qui constituent le passage du fantasme collectif à une politique générale d’extermination.
C’est ce passage qui continue aujourd’hui à traumatiser ceux qui se disent juifs.Il est normal que dès lors qu’on leur colle l’étiquette juif=argent ces derniers puissent sentir la menace d’un conspirationnisme latent.

Maintenant que l’on ait accepté cela, passons aux clichés qui collent aujourd’hui aux musulmans.
De même que pour ceux qui se disent juifs, ceux qui se disent musulmans se voient l’objet de fantasmes et de projections que leurs collent une grande partie de la société occidentale.
Les dernières vagues d’émigration de maghrébins vers la France, ou de trucs vers l'Allemagne ont concerné une population musulmane pauvre qui s’est vue reléguée dans des ghettos ( Les « Cités » sont des quartiers en cul de sac isolés comme le furent les quartiers juifs ).
Ces groupes, malgré des politiques d’intégration, se sont sentis exclus et non représentés.
Une résistance symbolique est née de cela, donnant lieu à une manifestation de leur différence par l’ostentation de leurs croyances.
Si le port du voile, la sympathie affichée de certains envers les terroristes, la violence des jeunes contre les forces de l’ordre, relevaient de la lutte sociale, beaucoup de citoyens et d'analystes occidentaux y ont vu des signes du Djihad, de la guerre sainte, de l’oppression des femmes et j’en passe... Des fantasmes dont Sarkozy a su tirer profit pour voler les voix de l’extrême droite.

Aujourd’hui il y a une banalisation de la stigmatisation du musulman exactement comme ce fut le cas pour le juif et que l’on cesse de ressasser que l’antisémitisme est différent de l’islamaphobie. Les juifs n’ont jamais constitué de race, ils sont au même titre que les musulmans, une communauté qui partage un patrimoine symbolique, une idéologie et des étiquettes qu'on leur a collées au front.

Rappelons que le racisme reste le jugement qui porte sur la couleur de la peau.
Le sexisme, ou l’homophobie seraient philosophiquement plus proches du racisme car ils relèvent aussi du jugement basé sur des attributs génétiques ou psychologiques non choisis.

Ainsi, de deux choses l'une:
- ou bien l’on interdit purement et simplement la critique qui porte sur les idéologies. On aura au moins le mérite d'avoir été cohérent.
- ou bien l’on tolère l’antisémitisme* au même titre que l’on tolère aujourd’hui l’islamophobie. Solution qui me semble toute aussi cohérente que la première avec l'avantage d'élargir la marge de liberté d'expression mais avec le risque de voir se multiplier les dérives.
Cette seconde alternative appelle à la responsabilité de ceux qui traitent de ces questions. Elle leur tolèrera la  provocation et l’usage de clichés au nom de la liberté d’expression. Le laxisme de cette alternative devra distinguer l’humour, la caricature du jugement arrêté ou de la vérité scientifique, sans quoi il tomberait dans l'appel à la haine, la diffamation ou le racisme.
Le jeu demeure très subtil bien entendu, et je peux en témoigner moi-même qui me lance aujourd’hui dans une « carrière » de caricaturiste blasphématoire du 2009.

Conclusion :

Je crois que pour résumer ma pensée, Philippe Val a manqué de cohérence en pensant bien faire. La liberté d’expression qu’il a su défendre en heurtant l’ « idéologie » de ceux qui se disent musulmans aurait dû servir aussi à accepter de heurter l’idéologie de ceux qui se disent juifs.
Si j’assume le faite que l’on se dise juif ou que l’on se dise musulman plutôt que l’on est juif ou que l’on est musulman c’est parce que je m’oppose profondément à la thèse essentialiste. On ne nait jamais quelque chose, on le devient en prenant ce qu’on nous donne, ou en choisissant nous même.

Pour la couleur de la peau, par contre, à moins d’être Michael Jackson, on naît avec et on reste avec.
A bon entendeur salut !

* Je suis conscient du danger de cette phrase qui dit tolérer l'antisémitisme au nom de la liberté d'expression. Si je m'autorise cette déclaration c'est parce que je défends l'hypothèse que le juif n'est pas une catégorie raciale, mais une idéologie religieuse et communautaire qui peut faire l'objet d'une hostitlité au même titre que l'Islam, le communisme ou l'idée de nation. Je ne partage nullement cette hostilité, mais je peux concevoir que certains puissent l'avoir. Peut être faudra inventer un autre mot. Le terme "antisémite" est trop chargé pour l'employer librement. Pour Un Philippe Val, je suis sûr qu'une telle déclaration serait censurée...

Posté par __z__ à 12:04 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 juillet 2008

"Hiwar Achabab" change de slip

slip

Notre fameux "dialogue global avec les jeunes" ou Hiwar Achabab, gesticule et agite ses ailes mais semble loin de pouvoir voler au secours de notre jeunesse déprimée. Les médias officiels tentent chaque semaine de filer un coup de pousse à cette mascarade de dialogue pour que l'on se rappelle de son existence. Il s'agit à chaque fois d'une tentative ratée de mettre les projecteurs sur du vide en nous faisant croire qu'il se passe des choses. Ils utilisent pour cela une technique dans laquelle nos professionnels de la propagande sont passés maitres grâce à 20 ans d'expérience: la technique de l'habillage du vide.
C'est ainsi que La Presse d'aujourd'hui consacre ici un article entier sur le nouvel habillage du site web du hiwar (www.pactejeunesse.tn). Le journaliste nous y informe que: "La grande nouveauté, cette semaine... d’un simple clic, tout internaute, jeune et moins jeune, peut accéder aux nouvelles rubriques estampillées «new !» en bleu clignotant".
Vous avez peut être remarqué qu'il y a dix jours la grande nouveauté de ce même site fut l'avènement des trois nouveaux boutons de couleurs qui permettent depuis de choisir entre un fond orange, mauve ou rouge. Je pense qu'un article de la Presse avait aussi annoncé cette grande nouvelle.
Demain nous trouverons en Une, l'annonce de l'inauguration d'un nouveau menu déroulant...

L'opération "dialogue avec les jeunes" biaisée depuis sa création ne pouvait donner l'illusion de fonctionner que par un emballage médiatique entretenu par les agents du pouvoir. Une sorte de vêtement gonflé à vide, un contenant qui n'a pas de contenu.
C'est ainsi qu'on parlera plus du site web, du nombre de tribunes, des slogans du président plutôt que des débats, car nul débat sérieux n'a vraiment lieu.

La seule information sérieuse à attendre de ce cirque du hiwar c'est l'annonce de sa fin. Celle-ci est d'ailleurs  prévue pour le 21 Septembre. Mais ne vous réjouissez pas très vite, car le cirque national lui continue et sera reconduit pour 2009.
En attendant mouillons nous les slips mauves dans l'eau de la bleue méditerranée...

Posté par __z__ à 11:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 juillet 2008

Bilan de l'UPM

upm2
La Presse Tunisienne n'a pas eu beaucoup de mal à pondre des articles sur l'Union Pour la Méditerranée. Le sommet ressemble de près à tous les pseudo sommets qu'organise la Tunisie depuis 20 ans:
Nos journalistes n'ont eu qu'à copier coller leurs derniers articles du hiwar achabab pour couvrir l'évènement.
Pareil que dans le hiwar, il n'a été question que de sujets consensuels sur lesquels tout le monde est d'accord sans évoquer ce qui fâche. Le plus important étant de mettre en scène le débat plus que de se soucier du contenu du débat lui-même.
Mais nos journalistes n'ont pas pu se détacher de certains de leurs tics et réflexes allant jusqu'à confondre Sarkozy, organisateur du sommet, avec Ben Ali:
C'est ainsi que l'on pouvait lire dans l'introduction de le l'article sur l'UPM (ici): "le Président Ben Ali a été d’une grande clarté quant à la voie dans laquelle devra s’insérer cette Union pour assurer les succès qu’attendent d’elle les peuples de la région."
Et de rajouter quelques lignes après:"[...]projet fidèle à la politique avant-gardiste prônée depuis le Changement et faisant du développement durable un des droits  fondamentaux de l’homme. ».
Et de conclure: "[...]La déclaration finale du Sommet de Paris est venue confirmer la pertinence des choix de la Tunisie du Changement..."
Vous avez compris, l'UPM = Changement. En Tunisie on a déjà tout inventé, Sarkozy n'a fait qu'appuyer les "idées avant-gardistes" du chef de l'Etat prônées depuis 20 ans.
Ce qui est amusant, c'est qu'autant notre président semble dominer le sommet dans la presse tunisienne, autant il en est absent dans la presse française. On se demande pourquoi ce qu'aucun journaliste français n'ait rapporté l'avant-gardisme de notre président?
Ah! j'avais oublié que Bachar el Assad était de la partie et que celui-ci avec sa réputation de grand défenseur de la cause humaine, a fini par voler la vedette à notre cher président...

source:
http://www.lapresse.tn/index.php?opt=15&categ=1&news=75507


Posté par __z__ à 20:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 juillet 2008

Union méditerranéenne ou chant de Sirène ?

UPM

13 Juillet 2008: Lancement de l'Union Méditerranéenne
Rebaptisée Union Pour la Méditerranée, cette future Union, malgré ses promesses et ses louables intentions, me paraît plus proche du chant de sirène que du programme politique à valeur humaine.
La raison de ce doute vient de celui-là même qui porte le projet :

Nicolas Sarkozy
Nationaliste décomplexé, qui dit tout haut ce que les gens pensent tout bas, ne manque pas de rappeler que la Turquie n’a pas sa place dans l’Union Européenne en justifiant cela par un hypocrite argument géographique (« Si elle était en Europe, ça se saurait !» dit-il) plus politiquement correct que d’avouer la véritable raison de son refus:
Sa crainte conservatrice et xénophobe de voir intégrer d’un coup 70 millions de musulmans dans l’espace communautaire européen. Cette hostilité témoigne déjà de la vision essentialiste que le président se fait du monde et de son intention de stigmatiser les différences. ( Rappelez-vous de son discours de Dakar)

Cette UPM pourrait ainsi se résumer à une simple manœuvre politique visant  d’abord à caser la Turquie dans une nouvelle union créée de toute pièce usant de concepts séducteurs et d’arguments consensuels et ensuite un outil géostratégique d’institutionnalisation des liens de la France avec ses anciennes colonies (et anciens vassaux ottomans) en se gardant la part du lion  puisque la France présiderait cette alliance tout en restant membre de l’UE à part entière. Voilà comment faire d’une pierre deux coups !

Ce qui me rend plus sceptique encore, c’est l’enthousiasme que soulève ce projet auprès de certains de nos dirigeants arabes, eux qui n’ont jamais réussi à mobiliser quoique ce soit de commun entre eux.
Ils ont compris que le nationalisme de Sarkozy était compatible avec le leur, et que ce dernier n’osera pas leur demander une quelconque sérieuse concession (type démocratie, liberté d’expression …), puisque Sarkozy se garde bien « de donner des leçons » (C’est ce qu’il avait dit lors de sa dernière visite à Tunis)
Cette prétendue Union en outre, légitimera le pouvoir de tyrans et de dictateurs heureux déjà de se voir invité au Bal du 14 juillet.
Celui qui a été le seul à refuser cette alliance est le colonel Kadhafi. Il a su soulever le caractère néocolonial de ce projet et évoquer, à juste titre, l’épineuse question d’Israël… Avec lui la vérité ne sort plus seulement de  la bouche des enfants mais aussi de celle des tyrans.

Et pour conclure, j’assume la critique catégorique de ce projet en me préservant de nuancer ou de citer les éventuels bienfaits de ce type d’union. Je laisse à nos journaux nationaux le soin de le faire comme ils savent très bien le faire.
Je voulais aussi, par ce modeste article, rédigé par un citoyen z de la société civile tunisienne, exprimer à Sarkozy, que même les bonnes intentions deviennent suspectes dès lors qu’elles se négocient avec des tyrans qui étouffent les voies de cette même société civile…

(Autre article du blog associé au thème ici)

Posté par __z__ à 19:20 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 juillet 2008

De Kasserine à Mars, en passant par Lhassa

Hier, La presse nous apprend (ici) qu'une marche spontanée a eu lieu à Kasserine dans laquelle de nombreux citoyens ont manifesté leur soutien et leurs encouragements au président de la République l'invitant à se représenter pour les élections de 2009.
Rappelons à cet effet l'œuvre majeure du chef de l'Etat qui participe à la paix et au développement de la région, du pays et du monde. Sa philosophie sage et savante est saluée unanimement non seulement par son peuple mais par l'ensemble de l'Humanité.
KASSERINE
Une dépêche AFP nous signale par ailleurs que des marches similaires se sont organisées un peu partout dans le monde dont une importante à Lhassa au Tibet dans laquelle des moines se sont mobilisés pour manifester leur soutien et leurs encouragements à Ben Ali le sommant de se représenter aux élections de 2009 pour sa quête mystique de la sagesse et du sens.

lhassa

Plus surprenant encore ce communiqué de la NASA qui annonce la tenue d'une marche spontanée sur Mars confirmant enfin l'hypothèse de la vie extra-terrestre. En effet, la sonde américaine envoyée sur la planète rouge vient de transmettre des images insolites d'une procession d'humanoïdes aux rites étranges. Les scientifiques ont été d'autant plus surpris de découvrir que ces marsiens restés cachés depuis des lustres dans leur caverne sont sortis à leur tour pour exhorter le président tunisien à se représenter aux élections de 2009.
mars

Au-delà de la valeur scientifique de cette découverte, ces images de Marsiens nous apprennent que le petit homme vert de notre imaginaire science-fiction, est en réalité un petit homme mauve aux rituels primitifs vénérant des idoles et des totems.

Sources:
Blog cos-maux-polis

Quotidien La Presse du 06/07/08

Posté par __z__ à 18:25 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 juillet 2008

Colère d'un Menzahois

Dans la rubrique du courrier des lecteurs de la Presse, il peut arriver que des citoyens expriment leur colère.
Quand cela arrive, ces citoyens sont souvent issus d'El Menzah et les sujets sensibles qu'ils traitent concernent comme par hasard ... El Menzah!
Après celui qui se plaignait des rongeurs (ici) un autre Menzahois qui ne m'a pas échappé, s'insurge cette fois contre les restes non débarrassés d'un chantier de trottoirs à El Menzah 5. Pour lui le spectacle est affligeant.
Il se révolte aussi contre l'absence de l'équipe téléphonique qui devait "revenir pour achever les travaux de remise du sable et pierres et nettoyer l’endroit" à l'angle de la rue de Gafsa (notez bien le nom de la rue!)
Il conclut par cette complainte émouvante "un spectacle désolant!"

Vous me direz qu'il n'y a rien d'étonnant que ce monsieur s'exprime sur un sujet qui le concerne directement. Après tout, lorsqu'on a une belle maison, une belle voiture, quoi de plus naturel que d'exiger une belle rue propre qui va avec le reste. Qui d'autre que lui peut défendre ce qui a lieu juste à côté de lui?
Ce n'est pas un habitant de Redeyef ou de Gafsa qui ira revendiquer à sa place ce droit légitime de vivre dans un quartier joli et propre... de la même manière que lui non plus n'ira écrire dans la presse pour le nettoyage de chantiers de trottoirs de Redeyef ( pour cela il faudrait déjà qu'il s'assure de l'existance de chantiers de trottoirs, si trottoirs il y a...mais ça c'est une autre histoire)
Car dans notre pays, chacun pour soi, et tous pour Un.

Et pourtant, notre Menzehois qui s'est mis écrire à dans la Presse (dont il se dit être un assidu lecteur) devrait allier à sa cause des gens du sud.  En effet, Le drame qui traumatise sa petite vie de bourgeois a certes lieu à El Menzeh, mais à la rue de Gafsa comme il le dit lui même!
Je suis persuadé que nos jeunes chômeurs du sud en défendant la rue de Gafsa d'El Menzah trouveront, grâce à notre Menzahois, une occasion d'exprimer enfin leurs revendications sociales !!

La morale de cette petite histoire, c'est que tout simplement, La liberté d'expression du tunisien, s'arrête là où s'achève son trottoir... s'il habite à El Menzah biensûr.

source:
http://www.lapresse.tn/index.php?opt=15&categ=3&news=74807

Posté par __z__ à 19:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 juillet 2008

1er Juillet, la blogosphère s'exprime !

AMMAR

 

Posté par __z__ à 01:36 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

29 juin 2008

Journée Nationale de la Culture

culture

 

Posté par __z__ à 15:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 juin 2008

Journée Mondiale de la lutte contre la torture

torture

Pour fêter la journée Mondiale de la lutte contre la torture (le 26 Juin), j'ai pensé à nos compatriotes tunisiens vivant au Danemark partis défendre de "nobles" causes djihadistes en terre chrétienne.
Selon les autorités danoises, ces défenseurs de l'Islam projetaient d'assassiner les horribles mécréants qui ont osé caricaturer le prophète!

Espérons que notre prophète (salla lahou aleyhi wa sallama) puisse intercéder en leur faveur pour leur faire éviter l'horrible torture qui les menace si jamais le Danemark les expulse vers la Tunisie...
En attendant la protection du ciel, c'est Amnesty international qui intercède comme elle peut avec des moyens plus terrestres...

Ainsi, Selon un communiqué AFP daté du 23 Juin 2008 :
"Amnesty International a appelé lundi le gouvernement danois à ne pas expulser vers leur pays deux Tunisiens, soupçonnés d'avoir projeté un attentat contre un auteur de caricatures de Mahomet, avertissant qu'ils risquaient d'y être torturés.
Dans un nouveau rapport publié lundi à son siège à Londres, l'organisation de défense des droits de l'Homme a accusé le gouvernement tunisien de recourir à des "mauvais traitements courants" sous couvert de lutter contre le terrorisme.
"Le gouvernement danois qui veut les expulser sans jugement ne peut le faire sans violer les conventions internationales, qui interdisent de refouler des personnes vers des pays où l'on pratique la torture, comme c'est le cas de la Tunisie", a déclaré à l'AFP Eva Hesse, porte-parole de la section danoise d'Amnesty International.
Les deux hommes âgés de 26 et 36 ans, résidant au Danemark, sont détenus depuis le 12 février et en attente d'expulsion. Ils sont soupçonnés d'avoir projeté de tuer Kurt Westergaard, l'auteur d'une des douze caricatures controversées du prophète Mahomet."

Posté par __z__ à 10:46 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 juin 2008

Canal de la Paix : Gigaprojet Jordano-israélien

MUR

La clef de l'avenir de nos sociétés humaines se résume à un mot: Mégaprojet
Pour la modernité et le progrès, nos rois du pétroles, nos présidents bling-bling yacht-yacht, nous ont trouvé la solution:  des hôtels de luxe, des golfs et des casino à gogo !
Après La Porte de la méditerranée à Tunis, Amwaj à Rabat, et autres caprices d'émirs,  c'est au tour de Sarkozy et sa cohorte d'industriels de jouer les émirs au proche orient en participant en Israël au lancement d'un nouveau Méga-Projet, voire un Giga-projet: le Canal de la Paix.

Le Canal de la Paix:
Il s'agit ni plus ni moins de créer un canal reliant la mer morte à la mer rouge bordé d'hôtels, de casinos et de golfs, une sorte de coulée verte de luxe longue de 200km au milieu d'un désert.
Les promoteurs comme toujours, arrivent à convaincre en se défendant d'œuvrer pour la paix et pour l'écosystème.
Vous l'aurez compris, la paix pour eux c'est construire un mur de luxe, encore plus infranchissable légitimé par la participation des jordaniens dans le bétonnage.
Quant à l'argument écologique, il s'agit de résoudre le problème de l'assèchement de la mer morte en l'alimentant depuis la mer rouge par le canal.

Cela nous rappelle nos émiratis ou notre chinois zembrétiste qui justifient leurs opérations en usant d'arguments sociaux (en promettant de l'emploi) et d'arguments écologistes ( en parlant d'écotourisme).
Mais, que ce soit au Maroc, en Tunisie, ou au proche orient, il s'agit toujours des mêmes projets à la Disney destinés aux plus riches et dont l'emprunte écologique demeurera sans conteste irréversible.
Ces mégaprojets participent à cristalliser les clivages sociaux, voire à les accentuer.
Quand on sait qu'en Israël, les inégalités sociales s'expriment en guerres ethniques et territoriales, on ne peut s'attendre qu'à voir se creuser encore plus le fossé par ce type d'opérations. Ils en deviennent indécents.
Plus indécents encore lorsqu'y sont impliqués d'une manière affichée les chefs d'Etat.

Dans un contexte beaucoup moins belliqueux mais presque aussi clivé socialement, La cité du siècle et les autres mégaprojets émiratis en Tunisie hissés au rang de Projets présidentiels, officialisent cette institutionnalisation d'un monde de riches et de pauvres séparés par des frontières infranchissables.

Conclusion
Je me permettrai de conclure sur cette analogie malgré la différence évidente des deux éléments comparés.
-En Tunisie nous assistons depuis peu à des manifestations de pauvreté qui ont fini par des émeutes. Entre temps se construisent des tours de verre et des terrains de golf.
-En Israël et Palestine, sans vouloir revenir sur les évènements qui secouent cette région depuis plus de 60 ans, nous constatons que malgré la débâcle humaine le grand capital n'a de gêne de vouloir construire des hôtels, casinos et des terrains de golf.
Ici et là, entre temps s'érigent et se prolongent des murs étanches...

Voir l'article sur rue89

Posté par __z__ à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

« Début   31  32  33  34  35  36  37  38  39  40    Fin »