21 janvier 2013

Marchons sur la Mecque! (interdit aux moins de 18 ans)

Plutôt que d'aller au Mali, ne vaudrait-il pas mieux que l'occident dirige ses armées vers la source du mal: la terre wahhabite! Qu'il la colonise complètement (elle l'est déjà à moitié) et qu'il nous débarrasse une bonne fois pour toute de cette tumeur. L'argent du pétrole cessera d'être dépensé pour financer l'allahisme djihadiste et nos révolutions continueront leur cours de croissance normal. Le cancer wahhabite nous fait perdre du temps. Marre de leurs prédicateurs, de leurs chaînes télévisés, de leur charia, de leur niqab et de toutes leurs infections nosocomallahiales. Mais les "occidentaux" semblent se satisfaire de cette déconfiture générale du monde arabe: Tant que les émirs les fournissent en pétrole et tant que ces même émirs restent reconnus par l'ensemble des musulmans comme les légitimes protecteurs du temple, alors rien ne justifiera la remise en question de cet ordre établi. On ira taper sur le Mali, mais on ne se fâchera pas avec les Saouds, ni leurs cousins qataris

Pourtant, si nos amis musulmans se réveillent de leur torpeur, s'ils cessent de croire au père noël, s'ils se rendent compte que les véritables profanateurs des lieux sacrés sont ceux là-même qui protègent leur temple, alors peut-être, pouvons-nous espérer un bouleversement total de cet ordre établi. Si nos amis musulmans ne déversent pas toute leur haine contre Israël, s'ils en gardent une partie pour les Bénou Saoud, peut-être alors le monde arabo-musulman entrera enfin dans l'Humanité. Amis marchons sur la Mecque c'est peut être notre dernier espoir!

Les profanateurs du temple

Le roi Abdallah, dit "gardien des deux mosquées saintes", a ordonné en 2004 la construction d'un complexe hôtelier de luxe à quelques mètres de la Kaaba. Ces travaux pharaoniques touchent à leur fin. Il en résulte d'énormes immeubles bling-blings qui écrasent par leurs imposants volumes le cube sacré (voir ici). Cette atteinte "urbanistique" au sacré ne semble pourtant pas affecter la foule giratoire. Nos amis musulmans ne semblent pas non plus perturbés par toutes les démolitions qui ont précédé ce chantier telle que la maison du prophète, celle de sa première épouse Khadija ou encore celle de Abou Bakr. Plutôt que de boycotter le pèlerinage et d'ordonner la restitution immédiate des lieux sacrés nous laissons faire et la secte wahabite entre temps, continue à faire d'Allah et de ses produits dérivés le plus juteux des business...     
   
 CAPITALLAHISME

Qu'attendons nous pour reprendre la Mecque!

Créons un mouvement comme à l'époque fatimide qui réannexe l'Arabie au Maghreb. On se débarrassera du salafo-djihado zaballahisme. On aura du pétrole et on profitera des rentes du tourisme religieux pour créer un vrai projet de société. On réhabilitera la Kaaba et on y remettra, pourquoi pas, comme au bon vieux temps, toutes les anciennes idoles (Ellat, El3ozza, Manat...). On fera de Médine un Las Vegas du désert et on restaurera la maison du prophète pour en faire la plus belle des zaouïas. On choisira Sidi Bouzid comme nouvelle capitale de l'Empire. Le rose sera la couleur de son drapeau et l'amour son credo...
Bon, c'est vrai on n'a pas de fric. Mais au moins on a un projet. Il y a 14 siècles un certain Mohamed n'avait pas plus de fric. Il a fait le même rêve mais dans l'autre sens.
C'est bon n'hurlez pas. Je déconne.

Posté par __z__ à 00:29 - - Commentaires [60] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

13 janvier 2013

Tumeur maligne...

La zaouïa de Sidi Bou Saïd a été incendiée la nuit du samedi 12 Janvier. Cette acte survient à la suite d'une longue série d'attaques criminelles dirigées contre le culte des saints...Les spécialistes diagnostiquent un cancer wahhabite. Cette dangereuse tumeur s'attaque d'abord aux saints avant de métastaser sur l'ensemble du corps. La patiente Tunisie semble en être la malheureuse victime...

SIDIBOUSAID

(voir ici)

(Ajouté le 14 Janvier)

Au moment où je prenais mon café matinal et en revoyant cette dernière caricature, je me suis rendu compte combien la colère m'avait "Bensimpsonisé". Je ne pensais pas que je pouvais malgré moi reprendre un cliché orientalisant, celui de la belle odalisque menacée par la barbarie "mahométane". Vous me direz quel rapport entre l'orientalisme et le Ben Simpsonisme? La réponse m'a semblé limpide en buvant ma dernière gorgée de café: Le Ben Simpson est un occidentalisé entretenant une vision orientaliste sur sa culture. Sa Tunisie est une carte postale pour touriste européen. Sa capitale spirituelle est Sidi Bou Said. Son temple sacré est "le café des délices". Son ennemi est un sarrasin venu du désert. Alors, quand un zaballahiste s'attaque au mausolée de Sidi Bou Said, ce n'est donc pas seulement une atteinte à un patrimoine national. C'est aussi une atteinte à un symbole Ben Simpsionnien. C'est un double sacrilège! Suffisamment grave pour faire sortir dans la rue tous les Ben Simpsons de la terre... 
En écrivant cela, je ne banalise nullement cette ignoble attaque. Je la condamne et je crie au scandale. Je suis un Ben Simpson!
La différence c'est que je ne pleurniche pas et que je crie encore VIVE LA REVOLUTION! (celle de Sidi Bouzid et de Sidi Bou Said!)
 

Posté par __z__ à 23:44 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 janvier 2013

L'État parallèle

Les théories politiques vont bon train depuis l'arrivée de Nada au pouvoir. Pour désigner les relation entre ce parti et l'Etat, certains parlent de parti-état et d'autres préfèrent la notion d'Etat dans l'Etat. La dernière théorie en date évoque le concept d'Etat parallèle. Les Ben Simpsons pour se faire peur le soir avant de dormir, se réunissent et cogitent sérieusement sur le concept. Pour eux, l'Etat parallèle est composé de nouvelles entités qui émergent ici et là et qui n'affectent pas les institutions de l'état officiel. Une sorte de cohabitation douce comme préalable, selon eux, à la fusion -voire à l'élimination- de l'Etat classique par l'Etat zaballahiste:

ETATPARALLELE

Ainsi parallèlement à l'école publique apparaissent comme des champignons les écoles coraniques. Parallèlement au mariage civique surgit le mariage coutumier. Parallèlement au Droit positif s'exerce le Droit religieux. Cette théorie s'est développée suite aux évènements du 9 Avril 2012, quand les dites "milices d'Ennahdha" s'attaquèrent aux manifestants (voir ici). C'est alors que l'on parla sérieusement d'une police parallèle commandée par Zaballah. Très vite ces groupes furent identifiés comme faisant partie des Ligues de Protection de la Révolution (LPR). Il s'agit d'associations regroupant un ramassi d'opportunistes, de salafistes et d'Ex-mauves revendiquant leur soutien inconditionnel à Nada et assumant sans complexe leur recours à la violence. Cette théorie semble se confirmer grâce à la dernière enquête de Nawaat.org qui démontre l'implication de membres de Nada dans un business de trafic d'arme. Et pour passer de la Théorie à la pratique, voilà enfin matérialisé par les mots dans l'article 95 du projet de constitution, la possibilité de créer "des formations ou organes armés". Ainsi le texte en question stipule ceci:
"Les Organes de la défense et de la sécurité nationale obéissent aux principes suivants :
- Les organes de la sécurité dépendent du pouvoir exécutif.
- L'État est le seul organe compétent de créer les forces armées et les forces de sécurité nationale ; aucune formation ou organe armé ne doit être créé en dehors de l'armée nationale ou de la sécurité nationale que dans les conditions prévues par la loi.
- Les organes de sécurité assurent leur propre gestion et la formation de ses membres".

Du calme, du calme, les amis! Arrêtez de parler de libanisation ou d'iranisation de la Tunisie. Il s'agit simplement de zaballahisation de la Tunisie!

Le problème avec les Ben Simpsons, même s'ils peuvent être pertinents dans leurs analyses, ils craquent très vite et tirent précipitament la sonnette d'alarme: "Zaba! tu nous manques" crieront-ils...

Posté par __z__ à 16:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 janvier 2013

Chlékatologie (3)

Le terme Chlékatologie est un néologisme de mon cru. Je l'avais inventé spécialement pour le défunt Tarak Mekki à la suite d'une salve d'insultes que ce monsieur proféra à mon encontre il y a trois ans de cela, lors d'un malheureux échange sur Facebook. Malgré cet incident, je n'ai jamais manqué de tendre l'oreille à ses discours même si j'étais allergique à sa démagogie et à son égocentrisme. Cependant, je suis obligé de reconnaître que ses vidéos sur youtube et ses One-man-shows politiques contribuèrent pour nombre de blogueurs (du moins pour moi) à faire reculer les barrières de la peur contre la dictature. Tarak Mekki est un héros 2.0. J'ai été très triste d'apprendre son décès ce 31 Décembre 2012. Je lui rends hommage ce soir. Je lui retire cet ignoble titre de chlékatologue, pour le décerner à celui qui par le nom et les manières est certainement mieux qualifié pour porter ce titre: J'ai nommé, Rafik Bouchleka, gendre de Zaballah (et accessoirement ministre des affaires étrangères ou "des affaires qui lui sont étrangères" diront d'autres mauvaises langues) 

La blogosphère aujourd'hui

Il est amusant de constater, qu'après la chute de la dictature et la relative émancipation des médias qui s'en est suivie, ce n'est pas un journaliste ni un journal, mais plutôt une blogueuse par qui nous arrive l'un des scandales politiques les plus retentissants de l'après révolution. Olfa Riahi incarne la néo-blogueuse. Elle n'est certes pas l'électron libre de l'avant 14 janvier, oeuvrant en tout indépendance. Peu importe ses relations avec le CPR, cette demoiselle vient de foutre un sacré coup de poignard dans le dos de Zaballah en publiant les factures d'Hôtel de Bouchleka et ses transactions douteuses avec les chinois (voir ici). Ses révélations mettent à nue la débauche de nos nouveaux dirigeants et leur penchant pour la luxure...  

 SARDANAPAL

Émergent alors de nulle part tout un comité de soutien en faveur du ministre. Larbins de Zaballah, clowns bleus en costume d'avocat, viennent au secours du gendre de Ghannouchi invoquant la sempiternelle théorie du complot et la prétendue atteinte à l'image de l'Etat. Fathi Layouni est la figure emblématique de ce manège, celui-là même qui porta plainte contre Sami El Fehri et Lotfi Abdelli (...). Il ne manquera évidement pas de porter plainte contre Olfa Riahi au nom de la Révolution! (nouveau leitmotiv bleu). Bref La Tunisie de Zaballah reconstitue progressivement la même pièce de théâtre de Zaba. Le décor a changé, les costumes ont changé, mais les répliques sont restées les mêmes.  

La mémoire

Il est important de rappeler qu'il y a exactement deux ans, des blogueurs "cyberactivistes" furent arrêtés par la police politique de Zaba: Sofiène Bel Haj, Azyz Amami, Slim Amamou... Morale de l'histoire ? Blogger est très dangereux...pour les dictateurs (Je reprends ici un commentaire de Kerim Bouzouita). J'ajoute que Olfa Riahi est dans le collimateur et Tarak Mekki est au cimetière (il n'y a pas de lien direct entre le décès de ce monsieur et Zaballah). La chlékatologie générale est à l'oeuvre, mes amis. Nous devons faire face à cette tragédie en continuant nos luttes avec l'expérience du passé. L'amnésie serait terrible. Elle nous empêcherait de reconnaitre cette même pièce de théâtre de Zaba qui se reconstitue progressivement sous nos yeux. Prenons garde et restons solidaires...
Sur ce je vous souhaite une zabballahique année 2013 pleine de bonheurs et de révoltes.

PS: La caricature ci-dessus est inspirée du tableau "la mort de Sardanapale" réalisé par Delacroix. Pour ceux qui y voient de la vulgarité je les emmerde et je les préviens que 2013 sera encore plus faste en cul et en blasphème!

27 décembre 2012

L'Affaire Sheraton...

Il y a certes dans l'actualité tunisienne plus prioritaire que la désormais "affaire Sheraton". Cela dit je trouve scandaleux que notre ministre (gendre de Zaballah) multiplie les séjours dans un 5 étoiles à Tunis alors que l'Etat lui paye un chauffeur pour qu'il fasse dodo chez lui auprès de sa chérie. Il s'agit là d'un cas flagrant de malversation, de détournement de fonds, de gaspillage de bien public. En langage zaballahiste, c'est du 7aram, du péché! Pour un représentant international de l'ordre zaballahique, Bouchlaka a doublement failli. Une faute pareille est d'autant plus impardonnable qu'elle a été commise en période de crise économique et politique. Dans un bled qui se respecte, on sauve l'honneur en démissionnant. Bouchleka qui doit son maroquin à son beau papa, qui collectionne les bourdes diplomatiques depuis sa prise de fonction, Vient ici de nous parfaire son image du parvenu, incompétent et malhonnête de surcroît. 

Et comme si tout cela ne suffisait pas, Olfa Riahi, la blogueuse qui vient de nous révéler ce scandale, nous balance dans la figure une possible affaire de moeurs dans laquelle tremperait Bouchleka...On n'est plus au Sheraton mes amis, nous sommes Chez Satan! 
Lire ici l'enquête complète de Olfa Riahi

SHERATON

Lire ici la réponse de Bouchleka

Posté par __z__ à 01:26 - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

16 décembre 2012

La Grève générale, péché capital!

UGTT1

UGTT2

Je n'ai encore pas compris comment l'UGTT a pu se dégonfler en si peu de temps. L'essentiel est que tout revienne dans l'ordre et que chacun reprenne son boulot (ou son chômage) dans la foi et la bonne humeur.

Qui a dit que ces grèves faisaient l'unanimité?

Le 8 Décembre dernier, A Sfax, des milliers de personnes ont fait une marche pacifique contre la tenue de la grève générale du 13. Leur manif a été organisée par l’Association du prêche et des sciences théologiques de Sfax. Outre leur dénonciation de la grève et leurs appels à assainir l'UGTT, ces personnes ont également appelé à l'application de la Charia (voir ici).
Mais, quel rapport y-a-t-il donc entre l'UGTT et la Charia? 

PECHECAPITAL

Voulez-vous encore un dessin?

Le scandale

En perpétuant le scandale, on éternise la révolution. Le Scandale avec un grand "S" ne peut être suscité que par ceux qui tiennent le pouvoir. Le Scandale n'émane donc que par le prince et la Révolution n'a de sens que contre le Prince. La succession de scandales depuis la prise de pouvoir d'Ennahdha, explique pourquoi l'élan révolutionnaire ne s'est toujours pas essoufflé en Tunisie. 
Cependant, surgissent de nulle part depuis quelques mois des voix dissonantes, qui usent de slogans révolutionnaires et de violence pour crier au scandale, non pas contre le pouvoir, mais contre les syndicats, les médias et l'opposition de manière générale. La proximité de ces groupes avec le pouvoir décrédibilise toutes leurs revendications, les faisant passer aux yeux de l'opinion avertie, pour des collabos, des sbires, des milices, des chiens aux ordre de Zaballah. Il s'agit d'honteuses organisations de prétendues protection de la révolution, qui recrachent les slogans de la révolution contre la révolution elle-même. 
Parmi ces usurpateurs figurent également des religieux. Dans leurs prêches ces derniers, combinent malicieusement la rhétorique djihadiste avec celle de la révolution. Avec ce cocktail explosif, ils concentrent leurs attaques sur l'opposition et les syndicats qu'ils accusent d'être des ignobles mécréants à la solde des mauves (voir cet article). Cette attitude complaisante envers le régime en place et qui tend à diaboliser toute forme d'opposition constitue un mauvisme. Rappelons que le mauvisme n'est pas le propre des RCDistes. Il s'agit d'un fascisme propre à l'écosystème tunisien. Fascisme qui actuellement  migre progressivement vers les nouveaux cercles du pouvoir et de leurs proches. Ce nouveau fascisme est un scandale.  

Je conclus ce paragraphe par cette vidéo on ne peut plus caricaturale, de la bouffonne en chef du zaballahisme: Raja el Haj Mansour. Mes amis, ne retenons pas le nom de ces usurpateurs, l'Histoire se chargera de les ficher!

Les blessés et les martyrs de la révolution

Parmi les scandales les plus retentissants dont se sont rendus responsables les gouvernements successifs, figure le douloureux dossier des blessés et des "martyrs" de la révolution. Demain, 17 Décembre, ils fêteront deux ans d'oubli, de rejet, et d'abandon. A part quelques associations, à part la générosité de quelques citoyens, l'Etat n'aura rien fait pour leur rendre justice. A croire que derrière leurs drames, se cache un terrible secret. Quelque chose qui fait peur au pouvoir, aux militaires et à la Justice, incapables depuis deux ans, de livrer la moindre piste sérieuse sur les assassins et leurs donneurs d'ordre. Au delà de l'aspect symbolique de l'affaire, il s'agit-là mes amis de réclamer que l'Etat fasse preuve de transparence et de rétablir un climat de confiance. Sans cela sera perpétué le scandale et s'éternisera la Révolution jusqu'à ce que Justice soit rendue.
Demain à midi un sit-in sera organisé devant l'assemblée constituante au Bardo. Venez soutenir les familles des martyrs et des blessés!
Page facebook de l'évènement
page facebook du collectif

09 décembre 2012

Comités de protection de la Zaballahisation

La révolution c'est comme le Coran. A chacun son interprétation. Et ce n'est pas parce qu'ils n'y étaient pas le 14 Janvier que les zaballahistes n'ont pas le droit de l'interpréter à leur façon. En deux mots: leur vision de la dite révolution se résume à la remodélisation complète de la société sur la norme des pays du golfe. Il s'agit d'instaurer l'ordre "capitallahiste" (grand capital, charité pour les pauvres, le tout mijoté dans la sauce bigote). La démocratie pour eux est un moyen parmi d'autres pour atteindre leurs objectifs. S'il s'avère infructueux, ils passent au plan B. Et c'est ce qui se passe en ce moment de l'Histoire où les syndicalistes leur font un bras d'honneur et où les journalistes leur pourissent la vie. Ce plan B c'est surexciter les comités de protection de la révolution: 

PROTECTION

Soyons sérieux

Ça y est! Je le sens en moi. La barre de mesure de mon indignation contre l'actuel régime atteint le niveau de l'époque de Zaba. Ce ne sont pas seulement les bavures policières à Siliana ou encore l'ignoble attaque de l'UGTT qui font monter le mercure de mon indignomètre. C'est aussi l'émergence d'un discours et d'une rhétorique zaballahiste de plus en plus sophistiquée qui évoque l'éternel complot contre la Tunisie et l'islam (ourdi par les cryptos-gauchos-rcdistes), qui vante les mérites du grand capital, justifiant au passage les violences contre les syndicats-gauchos-athées, les journalistes et les opposants. Inutile de dire que du côté de l'opposition (pas seulement gauchistes et syndicats), doivent exister des hommes de la pire espèce. Sauf qu'à force de le rappeler, nous risquons d'entretenir l'illusion de l'existence d'une parfaite symétrie entre Ennahdha et ses adversaires. J'étais, il y a peu, dans la symétrisation systématique, dans le doute, dans le "oui mais...". Aujourd'hui je crois qu'il est urgent de remettre nos pendules à l'heure et de se rappeler de certaines évidences: 

-Le Ministère de l'intérieur est entre leurs mains. Ils ont de fait le monopole de la violence et ils l'ont bien exprimé on ne peut plus clair à Siliana où a été carrément zigouillé du tunisien.
-Les archives du Ministère de l'intérieur sont entre leurs mains. Il ne tient qu'à eux de mettre à la disposition de la Justice (et de la société civile) tout ce qui servira à condamner les corrompus de l'ancien régime.

Alors merde, à quoi servent ces putains de comités de protection de la Révolution s'ils ont tout ce qu'il faut pour condamner les corrompus et appliquer la loi? C'est qu'ils sont donc en train de passer au plan B. Celui que Zaballah a prévu après le prélude démocratique. Le plan qui ne peut jamais être appliqué en Démocratie: Faire plier les syndicats. Ne vous méprenez pas. Pour eux, il s'agit bien évidement de la concrétisation de leur schéma révolutionnaire. La réalisation du capitallahisme exige la neutralisation des syndicats. Il n'y a qu'à voir ce qui se passe au Qatar, à Dubaï en Zarbie Saoudite... 

Grève générale!

Contre le plan B, contre l'ignoble attaque de la centrale syndicale le 4 Décembre dernier par les comités de protection de la révolution, a été lancé un appel à la grève générale (deuxième appel de l'histoire du pays) pour le 13 Décembre 2012. Cet appel n'a pas été émis par le secrétaire général de l'UGTT. Cet appel provient d'outre-tombe...d'un certain Farhat Hached dont la mémoire a été souillée par les surexcités de Zaballah. 

FARHATHACHED

(voir ici)
Il y a comme une odeur de souffre dans l'air...

02 décembre 2012

Les Siliâneries de Zaballah

Rien! Rien de rien. Nos pieux élus n'ont RIEN changé au drame économique qui ruine nos compatriotes des zones sinistrées. 
Redeyef d'abord (2008), Sidi Bouzid (2010) ensuite, et Siliana enfin (2012) se révoltèrent contre la pauvreté, le chômage et l'injustice. 
Rien de rien. Aucune lueur d'espoir. Sauf qu'entre Sidi Bouzid et Siliana, il y a eu une Révolution (rappelez-vous) qui chassa le roi Zaba pour nous ramener par les urnes Zaballah. Biensûr, nous ne nous attendions pas non plus à un miracle économique en seulement deux ans. Mais des débats, des projets, des programmes! Merde, Quelque chose qui donne au moins l'illusion que ça bosse, que ça cogite, que ça réfléchit!
Mais rien de rien. Ils nous ont bassiné avec leurs débats identitaires, la place de l'islam dans la société, le statut de la Femme, le sacré, le péché et toutes ces bondieuseries qui ne nous ont pas fait avancé d'un iota.
Puis Vlam! voilà qu'explose une sérieuse révolte populaire dans la ville de Siliana. Zaballah s'agite dans tous les sens et qu'est ce qu'il nous sort? 

SILIANA

Retour au front 

Mes amis, excusez cette fracassante entrée. J'étais ailleurs et je débarque après une longue migration stupéfait par cette violence qui aurait fait plus de deux-cents blessés. La police fit usage d'une nouvelle arme, parait-il importée du Qatar (qui peut  vérifier cette info?). Il s'agit d'une munition composée de multiples boulettes de plomb Habituellement utilisée dans les fusils de chasse. Certaines victimes auraient même perdu la vue. Zaballah vient de faire sa première grosse boulette. Presque la même qu'avait commis Ben Ali il y a deux ans en tirant sur la foule. Énorme Boulette qui risque de mettre le feu aux poudres.
Nous entrons dans le même scénario révolutionnaire de décembre 2010 pour le meilleur ou pour le pire.
(ce qui est sympa pour un caricaturiste, car il me suffit maintenant de recycler mes anciens dessins d'il y a deux ans...)  

REVOLUTION

Dégage bis?

EXODUS2

Sur ce, bon dimanche. Gardons les yeux ouverts! Le mauve est un serpent de mer.

 

18 novembre 2012

Gaza show

GAZA

Posté par __z__ à 01:14 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

« Début   3  4  5  6  7  8  9  10  11  12    Fin »