16 décembre 2012

La Grève générale, péché capital!

UGTT1

UGTT2

Je n'ai encore pas compris comment l'UGTT a pu se dégonfler en si peu de temps. L'essentiel est que tout revienne dans l'ordre et que chacun reprenne son boulot (ou son chômage) dans la foi et la bonne humeur.

Qui a dit que ces grèves faisaient l'unanimité?

Le 8 Décembre dernier, A Sfax, des milliers de personnes ont fait une marche pacifique contre la tenue de la grève générale du 13. Leur manif a été organisée par l’Association du prêche et des sciences théologiques de Sfax. Outre leur dénonciation de la grève et leurs appels à assainir l'UGTT, ces personnes ont également appelé à l'application de la Charia (voir ici).
Mais, quel rapport y-a-t-il donc entre l'UGTT et la Charia? 

PECHECAPITAL

Voulez-vous encore un dessin?

Le scandale

En perpétuant le scandale, on éternise la révolution. Le Scandale avec un grand "S" ne peut être suscité que par ceux qui tiennent le pouvoir. Le Scandale n'émane donc que par le prince et la Révolution n'a de sens que contre le Prince. La succession de scandales depuis la prise de pouvoir d'Ennahdha, explique pourquoi l'élan révolutionnaire ne s'est toujours pas essoufflé en Tunisie. 
Cependant, surgissent de nulle part depuis quelques mois des voix dissonantes, qui usent de slogans révolutionnaires et de violence pour crier au scandale, non pas contre le pouvoir, mais contre les syndicats, les médias et l'opposition de manière générale. La proximité de ces groupes avec le pouvoir décrédibilise toutes leurs revendications, les faisant passer aux yeux de l'opinion avertie, pour des collabos, des sbires, des milices, des chiens aux ordre de Zaballah. Il s'agit d'honteuses organisations de prétendues protection de la révolution, qui recrachent les slogans de la révolution contre la révolution elle-même. 
Parmi ces usurpateurs figurent également des religieux. Dans leurs prêches ces derniers, combinent malicieusement la rhétorique djihadiste avec celle de la révolution. Avec ce cocktail explosif, ils concentrent leurs attaques sur l'opposition et les syndicats qu'ils accusent d'être des ignobles mécréants à la solde des mauves (voir cet article). Cette attitude complaisante envers le régime en place et qui tend à diaboliser toute forme d'opposition constitue un mauvisme. Rappelons que le mauvisme n'est pas le propre des RCDistes. Il s'agit d'un fascisme propre à l'écosystème tunisien. Fascisme qui actuellement  migre progressivement vers les nouveaux cercles du pouvoir et de leurs proches. Ce nouveau fascisme est un scandale.  

Je conclus ce paragraphe par cette vidéo on ne peut plus caricaturale, de la bouffonne en chef du zaballahisme: Raja el Haj Mansour. Mes amis, ne retenons pas le nom de ces usurpateurs, l'Histoire se chargera de les ficher!

Les blessés et les martyrs de la révolution

Parmi les scandales les plus retentissants dont se sont rendus responsables les gouvernements successifs, figure le douloureux dossier des blessés et des "martyrs" de la révolution. Demain, 17 Décembre, ils fêteront deux ans d'oubli, de rejet, et d'abandon. A part quelques associations, à part la générosité de quelques citoyens, l'Etat n'aura rien fait pour leur rendre justice. A croire que derrière leurs drames, se cache un terrible secret. Quelque chose qui fait peur au pouvoir, aux militaires et à la Justice, incapables depuis deux ans, de livrer la moindre piste sérieuse sur les assassins et leurs donneurs d'ordre. Au delà de l'aspect symbolique de l'affaire, il s'agit-là mes amis de réclamer que l'Etat fasse preuve de transparence et de rétablir un climat de confiance. Sans cela sera perpétué le scandale et s'éternisera la Révolution jusqu'à ce que Justice soit rendue.
Demain à midi un sit-in sera organisé devant l'assemblée constituante au Bardo. Venez soutenir les familles des martyrs et des blessés!
Page facebook de l'évènement
page facebook du collectif

09 décembre 2012

Comités de protection de la Zaballahisation

La révolution c'est comme le Coran. A chacun son interprétation. Et ce n'est pas parce qu'ils n'y étaient pas le 14 Janvier que les zaballahistes n'ont pas le droit de l'interpréter à leur façon. En deux mots: leur vision de la dite révolution se résume à la remodélisation complète de la société sur la norme des pays du golfe. Il s'agit d'instaurer l'ordre "capitallahiste" (grand capital, charité pour les pauvres, le tout mijoté dans la sauce bigote). La démocratie pour eux est un moyen parmi d'autres pour atteindre leurs objectifs. S'il s'avère infructueux, ils passent au plan B. Et c'est ce qui se passe en ce moment de l'Histoire où les syndicalistes leur font un bras d'honneur et où les journalistes leur pourissent la vie. Ce plan B c'est surexciter les comités de protection de la révolution: 

PROTECTION

Soyons sérieux

Ça y est! Je le sens en moi. La barre de mesure de mon indignation contre l'actuel régime atteint le niveau de l'époque de Zaba. Ce ne sont pas seulement les bavures policières à Siliana ou encore l'ignoble attaque de l'UGTT qui font monter le mercure de mon indignomètre. C'est aussi l'émergence d'un discours et d'une rhétorique zaballahiste de plus en plus sophistiquée qui évoque l'éternel complot contre la Tunisie et l'islam (ourdi par les cryptos-gauchos-rcdistes), qui vante les mérites du grand capital, justifiant au passage les violences contre les syndicats-gauchos-athées, les journalistes et les opposants. Inutile de dire que du côté de l'opposition (pas seulement gauchistes et syndicats), doivent exister des hommes de la pire espèce. Sauf qu'à force de le rappeler, nous risquons d'entretenir l'illusion de l'existence d'une parfaite symétrie entre Ennahdha et ses adversaires. J'étais, il y a peu, dans la symétrisation systématique, dans le doute, dans le "oui mais...". Aujourd'hui je crois qu'il est urgent de remettre nos pendules à l'heure et de se rappeler de certaines évidences: 

-Le Ministère de l'intérieur est entre leurs mains. Ils ont de fait le monopole de la violence et ils l'ont bien exprimé on ne peut plus clair à Siliana où a été carrément zigouillé du tunisien.
-Les archives du Ministère de l'intérieur sont entre leurs mains. Il ne tient qu'à eux de mettre à la disposition de la Justice (et de la société civile) tout ce qui servira à condamner les corrompus de l'ancien régime.

Alors merde, à quoi servent ces putains de comités de protection de la Révolution s'ils ont tout ce qu'il faut pour condamner les corrompus et appliquer la loi? C'est qu'ils sont donc en train de passer au plan B. Celui que Zaballah a prévu après le prélude démocratique. Le plan qui ne peut jamais être appliqué en Démocratie: Faire plier les syndicats. Ne vous méprenez pas. Pour eux, il s'agit bien évidement de la concrétisation de leur schéma révolutionnaire. La réalisation du capitallahisme exige la neutralisation des syndicats. Il n'y a qu'à voir ce qui se passe au Qatar, à Dubaï en Zarbie Saoudite... 

Grève générale!

Contre le plan B, contre l'ignoble attaque de la centrale syndicale le 4 Décembre dernier par les comités de protection de la révolution, a été lancé un appel à la grève générale (deuxième appel de l'histoire du pays) pour le 13 Décembre 2012. Cet appel n'a pas été émis par le secrétaire général de l'UGTT. Cet appel provient d'outre-tombe...d'un certain Farhat Hached dont la mémoire a été souillée par les surexcités de Zaballah. 

FARHATHACHED

(voir ici)
Il y a comme une odeur de souffre dans l'air...

02 décembre 2012

Les Siliâneries de Zaballah

Rien! Rien de rien. Nos pieux élus n'ont RIEN changé au drame économique qui ruine nos compatriotes des zones sinistrées. 
Redeyef d'abord (2008), Sidi Bouzid (2010) ensuite, et Siliana enfin (2012) se révoltèrent contre la pauvreté, le chômage et l'injustice. 
Rien de rien. Aucune lueur d'espoir. Sauf qu'entre Sidi Bouzid et Siliana, il y a eu une Révolution (rappelez-vous) qui chassa le roi Zaba pour nous ramener par les urnes Zaballah. Biensûr, nous ne nous attendions pas non plus à un miracle économique en seulement deux ans. Mais des débats, des projets, des programmes! Merde, Quelque chose qui donne au moins l'illusion que ça bosse, que ça cogite, que ça réfléchit!
Mais rien de rien. Ils nous ont bassiné avec leurs débats identitaires, la place de l'islam dans la société, le statut de la Femme, le sacré, le péché et toutes ces bondieuseries qui ne nous ont pas fait avancé d'un iota.
Puis Vlam! voilà qu'explose une sérieuse révolte populaire dans la ville de Siliana. Zaballah s'agite dans tous les sens et qu'est ce qu'il nous sort? 

SILIANA

Retour au front 

Mes amis, excusez cette fracassante entrée. J'étais ailleurs et je débarque après une longue migration stupéfait par cette violence qui aurait fait plus de deux-cents blessés. La police fit usage d'une nouvelle arme, parait-il importée du Qatar (qui peut  vérifier cette info?). Il s'agit d'une munition composée de multiples boulettes de plomb Habituellement utilisée dans les fusils de chasse. Certaines victimes auraient même perdu la vue. Zaballah vient de faire sa première grosse boulette. Presque la même qu'avait commis Ben Ali il y a deux ans en tirant sur la foule. Énorme Boulette qui risque de mettre le feu aux poudres.
Nous entrons dans le même scénario révolutionnaire de décembre 2010 pour le meilleur ou pour le pire.
(ce qui est sympa pour un caricaturiste, car il me suffit maintenant de recycler mes anciens dessins d'il y a deux ans...)  

REVOLUTION

Dégage bis?

EXODUS2

Sur ce, bon dimanche. Gardons les yeux ouverts! Le mauve est un serpent de mer.

 

18 novembre 2012

Gaza show

GAZA

Posté par __z__ à 01:14 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

11 novembre 2012

La Tunisie a des gaz

En 2006 commencèrent en Tunisie des prospections en vue de construire des mégaprojets immobiliers avec marinas, terrains de golf et tours climatisées à gogo. La propagande mauve de l'époque vantait le pharaonisme de ces projets prometteurs en emplois, richesses et modernité. Nous étions une minorité à nous insurger contre ces investissements. Nous contestions leur menace écologique (bétonnage à outrance de la sebkha) mais surtout l'opacité du montage financier et l'absence totale de concertation avec les experts, les urbanistes et les riverains. Sous la dictature, tout le monde devait applaudir les milliers d'emplois promis en veillant à bien fermer sa gueule sur les magouilles, pots-de-vin et commissions occultes...sans parler de l'écosystème, et encore moins de la vie amoureuse des flamants roses... Et puis vint la crise, ensuite la révolution, et tous ces mégaprojets sortirent par la porte de derrière un à un, ni vu ni connu.

Mes amis, il ne s'agit pas ici de faire du fascisme écologique ou de s'opposer bêtement au progrès. Nous avons tous besoin d'oxygène et de nouveaux projets, immobiliers, touristiques, culturels, énergétiques...Ce que nous sommes par contre en droit d'éxiger après la chute de Zaba, c'est la transparence et la concertation pour toute intervention sur l'espace public (urbain ou rural, en surface ou en sous-sol)

Quand la révolution risque de faire pschiste...  

Et voilà que surgit le dossier sulfureux du gaz de schiste. La pétrolier Shell envisage d'explorer dans la région de Kairouan un gisement de ce gaz. L'extraction reste malgré toute les précautions, une opération à haut-risque pour l'environnement. Nous n'allons pas exposer ici tous les dangers longuement ressassés ici et là sur le gaz de schiste. Par contre nous devons nous interroger sur nos dirigeants, qui de Zaba, Essebssi à Nada, adorent les gros-bonnets de l'industrie et qui au nom du développement, leurs ouvrent les yeux fermés les cuisses de mère Tunisie. Encore une fois l'argument de l'emploi et du développement économique sera mis en avant, et au diable les nappes phréatiques et la contamination des sous-sols...

schiste

Après la révolution, il y a de quoi s'indigner encore plus lorsque le gouvernement continue à mépriser la société civile (toute fraîche, réveillée par un 14 Janvier), sur un sujet pourtant polémique qui a fait couler beaucoup d'encre du Canada, aux États Unis en passant par la France. Le ministre de l'industrie, "professeur" Chakhari, est allé jusqu'à défendre Shell et vanter le professionnalisme du géant pétrolier accusant les protestataires de propager des fausses rumeurs ou d'oeuvrer pour le compte de partis occultes. Pour un ministre qui se dit universitaire, se montrer aussi désinformé sur un tel sujet osant qualifier de rumeurs des doutes fondés exprimés planétairement, c'est quand-même faire preuve ou bien d'une dangereuse incompétence ou alors d'un intéressement douteux avec Shell.

La société civile marque un point

Sauf que cette fois, la mobilisation de la société civile (sit-in, pétitions, facebook...) a fait reculer nos hauts-fonctionnaires, les obligeant à bloquer le contrat avec Shell et annoncer un moratoire sur le gaz de schiste. Il faut reconnaître que cette action constitue un des fruits de la révolution. Mais la lutte est bien loin d'être terminée. Des exploitations de gaz de schistes existent déjà dans le pays depuis 2010. Selon wikipédia, "Plusieurs sociétés comme Winstar Resources, PERENCO ou Cygam Energy ont déjà commencé à utiliser la méthode de la fracturation hydraulique" (voir ici).

Mais demeure la boite de pandore de l'industrie pétrolière en Tunisie. Une boîte noire inaccessible depuis Bourguiba et qui pourrait révéler bien des magouilles entre grosses boîtes étrangères et fonctionnaires locaux qui se seraient bien partagés le gâteau noir depuis des décennies. Selon certains experts, les richesses détournées par ces circuits occultes auraient pu à elles seules nous assurer une indépendance énergétique. Selon leurs dires, si la collectivité récupère tout ce manque à gagner, elle pourra se passer de nouveaux forages de gaz de schiste et s'épargner les dangers que porte cette technologie sur l'environnement...
Cette histoire de gaz de schiste semble être la pointe de l'iceberg. Il s'agit de la partie visible d'un énorme bloc qui englobe également le dossier explosif du phosphate...Merci donc à ceux qui nous ont ouvert les yeux sur cette question. La lutte continue!

Liste de quelques groupes actifs contre le gaz de schiste:
http://www.facebook.com/groups/229959880465551/ 
http://www.causes.com/causes/785429-petition-arreter-le-massacre-archeologique-et-ecoloogique-du-cimetiere-marin-de-mahdia-tunisie/actions/1689811

04 novembre 2012

Ghannouchi déclare la guerre aux Celtistes

Combien naïf j'étais, pour avoir cru après la révolution, que les tunisiens tout différents qu'ils sont, sauront vivre ensemble dans la foi et la bonne humeur (voir ici). J'avais imaginé une Tunisie toute rose, où bourquistes, nudistes, islamistes, communistes seraient capables de transcender leurs querelles idéologiques pour travailler main dans la main contre la misère, le chômage, l'injustice et la corruption.
Mais voilà la réalité est tout autre. Chacun se replie sur ses positions. Salafistes, Sebsistes ou Zaballahistes chacun pour soi et Allah pour tous. Après la sanglante partie d'échec entre Sebsistes et Zaballahistes (voir ici), nous venons tout juste d'assister à une guerre ouverte entre zaballahistes et salafistes: Ils ne sont plus d'accord: Les zaballahistes aiment Allah. Mais les salafistes l'aiment encore plus. D'où l'énorme différend qui s'est mué en violentes confrontations (voir ici). Le sang a coulé et un imam salafiste brandit son linceul à la télé pour appeler au Djihad contre le gouvernement zaballahiste, responsable selon lui de la mort de deux jeunes de sa mouvance.
Et c'est à ce moment précis que Ghannouchi-Zaballah, s'adressant à ses fidèles, annonce la longue guerre qu'il compte entreprendre contre les celtistes (mouvance quiétiste qui n'a pourtant rien à voir avec tout ce bordel)... 

celtistes
(voir ici)

PS1: Des amis sebkhistes me signalent que l'histoire de ghannouchi contre les celtistes serait de la pure intox ben-simpsonnienne. Je m'excuse donc auprès de mon lectorat pour ce malencontreux désagrément et je demande pardon à Zaballah pour l'avoir accusé à tort de vouloir du mal aux adeptes du celtisme...honte à moi, et santé à Zaballah!

PS2 (ajouté le 5 Novembre à 10h): L'info reste sujette à caution. Entre ceux qui pensent qu'il y a exagération, ceux qui disent qu'il y a décontextualisation, il n'en reste pas moins que la vidéo qui circule à ce sujet montre un Ghannouchi appelant clairement au boycott des grandes surfaces vendant de l'alcool. Cette simple déclaration, prise hors-contexte, constitue à elle seule une déclaration de guerre ouverte contre ceux pour qui, Celtia et Mornag font partie du patrimoine national.
Plus grave encore: cet appel est tout simplement une attaque gratuite contre l'économie de la grande distribution. Par son soucis de séduire le conservatisme de ses fidèles, ghannouchi met en danger un secteur qui brasse des milliers d'emplois. Si ça venait à la limite, d'un Hamma El Hammami, qui pour défendre le commerce de proximité s'attaquerait au grand capital, on pourrait comprendre. Mais là, c'est par pure bigoterie que Zaballah s'en prend aux celtistes, mornagistes, Carrefour et Géant. Il fait preuve d'une stupidité et d'un manque de responsabilité dangereux pour un chef de parti au pouvoir. Je retire donc mon PS1 et recrache ce que j'ai bu à sa santé.

Posté par __z__ à 23:23 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

28 octobre 2012

De la moutonnerie...

Sidi Ghannouchi fidèle à Allah, mais surtout fidèle à la loi, s'est interdit de diriger la prière de l'Aïd dans une mosquée, respectant ainsi la circulaire qui exige la neutralité des lieux de culte... C'est pourquoi il a dirigé son fan club vers la pelouse du stade de Mellassine afin d'y guider en toute légalité, la dite prière du mouton (voir ici)

mellassine

Les mosquées de nos vieux papis, c'est fini! la religion c'est dans les rues et dans les stades. Ghannouchi a bien compris que la logique du troupeau, celui du foot ou de l'Islam, c'est kif kif bourricot! Une masse d'écervelés prête à tout avaler. 
Comme cette nouvelle pratique risque de se généraliser, maintenant que la Tunisie est enfin entrée dans le nouvel Islam des brothers&co, il serait bon de revoir l'architecture de nos stades et de nos équipements collectifs. Le cabinet sebkha&co (bureau d'étude très dynamique déjà sous ZABA), compte aujourd'hui participer au chantier national de "zaballahisation" des espaces publiques et du domaine de l'Etat. Ci-dessous une esquisse présentant un exemple de projet que nous comptons soumettre au ministère de l'équipement:

 

mosqueestade

Le troupeau:

La religion (au-delà de son aspect spirituel) offre un potentiel moutonnier extraordinaire. Ghannouchi, et tous ceux qui font un usage politique de la religion, connaissent la valeur de ce réservoir. Ces hommes consacrent leur carrière politique à la domestication de ce potentiel. Leur savante maîtrise de la logique du troupeau leur suffira à prendre le pouvoir. Au diable, les chiffres, l'économie, ou les sciences sociales. Ces bergers se foutent complètement de l'intérêt général, de la justice régionale ou du chômage. Ces bergers nous font perdre du temps et nous font rater une pourtant très prometteuse révolution. Le pire, c'est que nous autres les moutons, continuerons peut-être à voter pour eux. Nous les suivons dans les stades et les applaudissons. Oui à cause de la religion, de son potentiel moutonnier, le débat public sera monopolisé par leurs prédications. Ceux-là même qui creusent notre tombe jouïront encore de notre entière soumission...   

boucherie2

Mutinerie contre la moutonnerie générale! Libérons l'individu. A bas le troupeau!
Sur ce, Idkom mabrouk quand-même. 

26 octobre 2012

Bon mouton!

AID1

AID2

...tendres pensées à nos amis roumains venus passer des vacances en Tunisie et qui repartent demain à l'aube...

Posté par __z__ à 00:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 octobre 2012

J-1...

Le pays devient de plus en plus ingouvernable. A J-1 de la fin du mandat théorique de l'assemblée constituante, deux camps s'affrontent. On dénombre déjà un premier mort à Tataouine. La tension est dans l'air. Nos petits hommes verts renforcent leurs effectifs dans les centres névralgiques de la capitale...coup d'état militaire?

ECHEC2

-Ce dessin est indécent. Je le reconnais maintenant après l'avoir terminé. il est insultant pour la mémoire de cet homme assassiné, que j'ai placé du côté mauve. Raccourci facile certes pour un membre de Nida, mais hypothèse plausible qui n'excuse en rien, le meurtre dont il a été victime. Le dénommé Lotfi Nagdh a en effet succombé à ses blessures à la suite d'un lynchage public en bonne et due forme, perpétré par des membres d'un comité dit "de la protection de la révolution", affilié à Nada. Le ministre de l'intérieur insultera encore plus la mémoire du défunt en prétendant que ce monsieur aurait simplement été victime -accrochez-vous bien- d'une crise cardiaque!
-Ce dessin est injuste parce qu'il renvoie dos à dos Zaballah et Essebsi alors qu'il n'y a nulle symétrie entre celui qui tient son autorité de la toute puissance divine quand l'autre la tiendrait seulement de sa malice canine. L'un étant au pouvoir et l'autre attendant dans le couloir.

Mais si je publie quand même ce dessin chers amis, c'est que je me refuse à une lecture manichéenne des faits. Je ne crois pas que ces malheureux incidents traduisent une simple guerre des méchants contre les gentils. Je ne crois pas que ce monsieur fut puni pour sa simple appartenance au parti Nida. Nous avons tous observé dans les vidéos circulant sur le net, que la foule qui tabassa Lotfi Nagdh, fut d'abord ciblée par des cocktails Molotov projetés des locaux où se situait la victime. A première vue les images témoignent d'une guerre entre deux bandes rivales. Rappelons-nous de faits similaires survenus dans d'autres villes, telles que Feriana ou Ben Guerdane... (voir ici). Tataouine ne serait donc que le énième théâtre de guerre clanique. Il ne s'agit peut-être que d'un autre règlement de compte entre bandes rivales que Ben Ali avait su à l'époque domestiquer, mais qui aujourd'hui, après la révolution, se redisputent le territoire. L'appartenance politique, Nida pour les uns ou Nada pour les autres, ne serait qu'une simple étiquette extérieure...

Épuration des mauves

Le plus grave dans cette terrible histoire, c'est ce slogan appelant à l'épuration des mauves et qui a été crié par ce comité de la dite "protection de la révolution". A l'époque furent nombreuses les voix à soutenir l'idée d'une jugement équitable, non politique, contre les anciens RCDistes corrompus, voir d'exclure leurs caciques des élections. Pour n'avoir pas mis en place une justice transitionnelle Essebsi lui-même a été responsable de la crise de confiance qui mine les esprits depuis plusieurs mois. A cause de ce cafouillage, voulu ou pas, on voit du mauve partout. Tout ce qui cloche est mauve. Que l'on ne s'étonne pas aujourd'hui de voir des groupes radicaux, ou d'anciens mafieux s'emparer de cette cause et d'appeler au meurtre pour des règlements de compte internes. Nada également instrumentalise cette cause pour faire chanter les journalistes impertinents, ou pour menacer ses rivaux politiques. Tout ça, brouille les pistes et complique la lecture des faits. C'est de la chakchouka bien tunisienne! 

Épuration des marabouts 

Déjà que les révolutionnaires avaient brûlé les palais des saints patrons et des marabouts tripolitains, voilà que des excités du slip hallal s'attaquent maintenant aux vrais marabouts! (voir ici)

manoubia2

Cette nouvelle est une véritable catastrophe, et je ne suis point ironique. Cette sainte est la protectrice de la sebkha et de ses flamants roses. En profanant la tombe de Lella Manoubia c'est la Sebkha, Boukornine et toutes les collines de Tunis qui viennent d'être souillées! Amis flamants, armons-nous! Zaballah porte atteinte à nos symboles sacrés!
Mais que fout la police?

« Début   3  4  5  6  7  8  9  10  11  12    Fin »