30 septembre 2017

Footballah

C'est au palais de Carthage, dans le grand salon de réception, devant les caméras de télévision, que notre président de la République accueille en chef d'État, le patron de l'Espérance Sportive de Tunis. Ce dernier, Hamdi Meddeb, menace de démissionner malgré l'insistance des supporters du club (voir ici). Notre président garant des grands équilibres vitaux du pays, l'a exhorté de garder son poste. Dans une Tunisie où Allah offre souvent la seule réponse au vide existentiel, nos dirigeants savent combien le Foot fait office... [Lire la suite]
Posté par __z__ à 01:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
14 septembre 2017

Réconciliation avec la dictature ?

Chers amis, nous pouvons désormais déclarer officiellement notre retour dans la résistance. En ce mois de Septembre, il y a les écoliers, mais aussi la dictature qui fait sa rentrée. Le spectacle se déroule par étapes sous nos yeux hébétés:  -Tout commença par le remaniement ministériel dans lequel notre premier soumis-nistre, nomme sur ordre d'Essebsi, d'anciennes hideuses figures du mauve dans son nouveau gouvernement.  -Ensuite, la candidature de Hafedh Caid Essebsi au poste de député de la circonscription... [Lire la suite]
01 décembre 2015

Le fils à papa

Les "voteurs" et autres cireurs utiles doivent se sentir bien cons. Découvrir sur grand écran la nullité de leur papy gâteux, ça doit faire mal quand on a participé activement et gratuitement à sa propagande électorale l'année dernière. Pourtant on les avait bien prévenus. Mais ne soyons pas revanchards. Ne nous réjouissons pas d'avoir eu raison. Sauf qu'à cause de leurs conneries, la Tunisie toute entière est en train de subir les dérives d'un président gâteux détaché des réalités du pays, occupé seulement à veiller sur les... [Lire la suite]
Posté par __z__ à 14:13 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
20 juillet 2015

le règne de ZABAjboujALLAH

Béji Caïd Essebsi, apothicaire de médina, séducteur de bourgeoise et vendeur de formules toutes faites, administre à petite dose son poison tue-la-révolution. Une fois installé derrière le comptoir de sa boutique présidentielle, ce chimiste de Zaouïa n'a eu pour seule obsession que la réhabilitation du business traditionnel. Ça le démangeait depuis le début. C'était, semble-t-il, sa seule et unique mission: Réhabiliter l'ancien régime, restaurer les vieilles habitudes et blanchir les vieux caïds...sa pilule magique, celle qu'il croit... [Lire la suite]