29 septembre 2020

Kaïs au service de la foule

Le viol et assassinat d'une jeune fille a suscité une grande vague d'émotion dans tout le pays. Des voix se sont élevées pour appeler à la condamnation à mort de l'auteur du crime. Une marche a même été organisée jusqu'au palais de Carthage pour demander au président l'application de la peine de mort (en moratoire depuis 1991).  Un débat entre les pro et les anti agite depuis le débat public en Tunisie. À vrai dire, les cris de la foule vengeresses l'emportent dans ce qui ne ressemble plus à un débat. Pour les partisans de la... [Lire la suite]
Posté par __z__ à 17:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 mars 2014

La Démocrasissi

529 frères musulmans condamnés à mort ! ( voir ici )  Voilà donc le remède magique que propose l'état égyptien contre l'islamisme : soigner le mal par le mal. Combattre le fascisme par le fascisme. Le problème de cette thérapie de choc, c'est qu'elle produit un effet de bombe à retardement. Elle recule le problème d'une génération lui laissant le temps de maturer, de devenir plus radical et plus monstrueux encore. L'histoire se répète avec de nouveaux acteurs et de nouveaux décors : Hafez el Assad massacra en 1982 les frères... [Lire la suite]
Posté par __z__ à 11:01 - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
14 octobre 2012

Nida ou Nada?

Les élections sont donc prévues pour le 23 Juin. Date à laquelle les tunisiens seront invités à choisir entre Zaba ou Zaballah. Nida ou Nada. Que dis-je? Nida n'est pas Zaba. Pas du tout. Ceci est une grossière erreur. Je voulais dire Bourguiba. Vous savez ce grand personnage historique qui a forgé la Tunisie moderne. Celui-là même à qui l'on doit le code du statut personnel et qui nous a libéré du joug du colonisateur. Celui-là même -rappelons-le, qui a instauré le parti-état, la dictature et la torture*. Le même qui a érigé un... [Lire la suite]
16 septembre 2012

Bonté divine! un monstre à plusieurs têtes!

Si la révolution a bien révélé une chose, c'est l'état profond de la misère et de la pauvreté tunisienne. La jeunesse témoigna plus que les autres classes d'âge de cet état de fait. Ben Ali avait compris depuis 2008 que son régime avait échoué sur ce point. Il avait anticipé le monstre qu'a généré sa dictature en essayant de se rapprocher de la jeunesse par ses ridicules campagnes de "dialogues avec les jeunes". Mais c'était déjà trop tard. Le mal était consommé. Le monstre était debout. C'était un serpent à plusieurs têtes: Les... [Lire la suite]