05 mai 2016

DSK en renfort de Bajbouj et Zaballah !

Chers amis, après avoir fait ma star de Carthage à Cambrai*, je reviens à la Sebkha perdu et paumé. Je ne comprends plus rien à la politique tunisienne du moment. Je n'y comprends rien car aussi je n'y crois plus. Les partis nous ont trahi. En Tunisie comme partout ailleurs, se pose sérieusement la question d'une révolution mondiale contre la dite démocratie représentative, désormais minée par le mariage consommé du politique et du fric. Les idéaux, qui jadis guidaient les partis, ont cédé la place à des ambitions d'experts comptables... [Lire la suite]
Posté par __z__ à 20:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
19 mars 2016

La place du Choukept Novembre

Depuis la révolution se pose l'épineuse question de cette foutue place du 14 Janvier. Chaque gouvernement s'est penché sur le sujet, à savoir que faire de ce haut symbole du Ben Alisme érigé en plein coeur de Tunis...   L'année dernière (voir ici) Essebsi a trouvé la solution en proposant de remplacer l'horloge par la vieille statue équestre de Bourguiba. D'une pierre deux coups, le prétendu loup de Carthage par cette combine voulait se débarrasser et de Zaba et de la Révolution ( la place porte le nom de la date de la... [Lire la suite]
20 août 2015

Le règne de ZABAjboujALLAH (2)

Le contexte du terrorisme conjugué à la léthargie estivale offre au gouvernement le cadre idéal pour faire voter en catimini la prétendue loi de "réconciliation nationale". Rappelons que cette loi à visée purement économique (dixit Zabajbouj) témoigne d'abord de l'absence de projet économique tout court. Puis surtout, ce projet de loi accrédite la thèse de la compromission du parti Nida (et aussi Nada) avec les corrompus et les anciens mafieux de l'époque Zaba. Toute cette chakchouka révèle que le système perpétue ses vieilles... [Lire la suite]
20 juillet 2015

le règne de ZABAjboujALLAH

Béji Caïd Essebsi, apothicaire de médina, séducteur de bourgeoise et vendeur de formules toutes faites, administre à petite dose son poison tue-la-révolution. Une fois installé derrière le comptoir de sa boutique présidentielle, ce chimiste de Zaouïa n'a eu pour seule obsession que la réhabilitation du business traditionnel. Ça le démangeait depuis le début. C'était, semble-t-il, sa seule et unique mission: Réhabiliter l'ancien régime, restaurer les vieilles habitudes et blanchir les vieux caïds...sa pilule magique, celle qu'il croit... [Lire la suite]