Le 12 Avril dernier, le tribunal militaire a été particulièrement clément envers certaines figures sécuritaires de l’ancien régime (voir ici). La Justice était à deux doigts de s'excuser et de demander pardon à Rafik Belhaj Kacem, (ancien ministre de l'intérieur), Ali Seriati (ancien chef de la sécurité présidentielle), Adel Tiouiri (ancien directeur général de la sûreté national) et Lotfi Zouaoui (ancien directeur général de la sécurité publique).
Il semblerait qu'à part le méchant Ben Ali, tous ceux qui furent aux commandes, n'étaient que de simples exécutants et d'honnêtes serviteurs de l'Etat. D'ailleurs, c'est grâce à ces héros que le pays a pu fonctionner durant 23 ans, quand Zaba et sa Famille dévalisaient les caisses de l'Etat. 
C'est cette grotesque opinion qui se banalise et qui génère à terme cette indifférence générale. Bien sûr il y avaient les associations des martyrs pour hurler, quelques partis politiques pour dénoncer et toujours ces éternels activistes prêts à se bouger. Mais de manière générale, l'opinion ne s'émeut guère de voir le mauve pardonné, réhabilité, debout et fier...

mauvolution1

mauvolution2

(Pour agrandir cliquer ici)


Plus le RCD reprend du poil de la bête, et plus se répandent la théorie du complot et le négationnisme de la révolution. Les victimes de la répression et les morts par balles ne seraient que des pilleurs et des bandits payés pour foutre le bordel. Il n'y a jamais eu de martyrs. D'ailleurs il n'y a jamais eu de Snipers. Que balivernes et rumeurs...

JUSTICERUMEUR2

Mes amis, sans vouloir tomber dans le révolutionnarisme à deux balles, sans vouloir céder à une quelconque forme de vengeance, il y a dans ce laxisme général quelque chose de scandaleux. Combien même les dossiers de ces personnes seraient vides, tout le monde semble oublier cette évidence : Avant même les tueries de Janvier 2011, ces personnes par leur très forte proximité au pouvoir, ont cautionné durant des années un système qui prône: le mensonge, la censure, l'abrutissement des masses, l'inoculation de l'intégrisme religieux et le pillage des richesses. Avant même d'ouvrir leurs dossiers, ces personnes par leur simple fonction, sont coupables de non assistance à millions de personnes en danger...