DEBATunisie

13 avril 2021

Saied, ou la trahison de la Révolution !

Kaïs Saied qui a fait de la Révolution son fonds de commerce électoral, reprenant à son compte le slogan "le Peuple veut", porte cette fois l'estocade finale à tout le printemps arabe par sa dernière visite officielle en Egypte. Alors qu'il aurait pu se limiter aux strictes relations cordiales qu'exige la Realpolitik, notre scribe de Carthage s'est carrément lâché. On connaissait déjà sa diarrhée verbale, mais face à Sissi, Saied a frôlé l'incontinence. Il a exprimé son indéfectible amour pour le fossoyeur de la révolution égyptienne, jurant qu'il s'alignerait sur tous ses choix politiques.  

SissiSaied

Bien entendu, nous savons que derrière cette manifestation d'amour pour le dictateur égyptien, Saied cherche à emmerder son rival politique, le vieillissant Zaballah. Rappelons que Sissi incarne l'ennemi numéro Un des frères musulmans depuis qu'il les a zigouillé tous en 2013, enterrant au passage toutes les libertés publiques, transformant l'Egypte en une prison à ciel ouvert, pire encore que celle de Moubarak. Il n'y a que nos Ben Simpsons locaux pour pleurer leur Tunisie et s'émouvoir de l'Egypte sous Sissi et de son défilé de momies (voir ici)...aussi ringard et bling bling qu'un défilé militaire de têtes nucléaires de Kim Jong-Un.

Bref, l'échalas de Carthage pour tacler Ghannouchi, aurait mieux fait de s'allier avec la Moussi et de partir avec elle en Egypte faire la cour à Sissi...

Ok, j'arrête de parler politique et je vous souhaite un joyeux Ramadan !

croissant_blog

22 mars 2021

La Tunisie lance son premier satellite dans l'espace !

"Challenge One", est le nom de notre premier satellite conçu et développé en Boukornie. Il a été lancé aujourd'hui par la fusée russe « Soyouz-2 », à partir du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan (voir ici). Cet évènement extraordinaire aura eu le mérite d'avoir mis sur orbite la tronche de nos clowns politiques le temps d'une journée...

SATELLITE_MOUSSI_01

SATELLITE_MOUSSI_02

09 mars 2021

D'une prière deux coups

Suite à la sécheresse qui menace nos récoltes, le ministère de l'agriculture a dû déléguer au ministère des superstitions religieuses, la mission d'organiser des prières de la pluie sur tout le pays (voir ici). Ce fut un vaste succès, puisque de nombreux tunisiens ont répondu à l'appel, et Allah a dû finir sous la pression, par nous céder quelques gouttelettes de pluie!

PRIERE-PLUIE

Au vu de l'absence d'une stratégie de vaccin anti-covid (voir ici), Le ministère de la santé devrait lui aussi faire appel au ministère des superstitions religieuses pour trouver une solution... 

PRIERE-VACCIN

Posté par __z__ à 21:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 mars 2021

La bourgeoisie conservatrice la plus bête au monde

Hier en parcourant mon fil d'actualité et en lisant les statuts horrifiés de personnalités facebookiennes, j'ai cru qu'une bande d'extrémistes avait déboulonné la statue d'Ibn Khaldoun au centre ville. Il fallait que ce soit vraiment grave pour que Maya Ksouri et Chlékeddine Makhlouf soient du même avis. Quelle fut ma surprise quand j'ai découvert que l'objet de leur courroux était ces graffitis dessinés sur le socle du monument...  

IBN_KHALDOUN

En effet, une manifestation haute en couleur, appelant à la libération des jeunes prisonniers (interpellés lors des dernières manif contre la police), a investi le monument dédié au père fondateur de la sociologie. Les jeunes protestataires ont exprimé par des slogans et des tags, leur indignation contre le retour de la répression. C'était une sorte de prise à témoin d'Ibn Khaldoun, celui-là même qui dans son œuvre, alertait déjà les générations à venir contre les dérives des castes au Pouvoir. Pas besoin de faire des études de lettres pour être capable de déchiffrer la symbolique d'une telle action. 

Et pourtant, notre bourgeoisie conservatrice (l'une des plus bêtes au monde) préfère s'indigner contre un éphémère graffiti (qui fut d'ailleurs effacé le soir-même) que de s'indigner contre l'éternel retour de l'ordre policier...

Ps: L'expression d'Ibn khaldoun et sa réplique dans cette caricature, est un clin d'œil évident au dessin de Cabu paru en une de Charlie Hebdo en Février 2006, et dans lequel le célèbre caricaturiste français représentait le prophète se plaignant de la connerie de certains de ses adeptes...

05 mars 2021

Diagnostic d'un virus cérébral

En ce temps de covid, de corruption généralisée, de crise politique et économique aigüe, je souhaite revenir sur un sujet qui me tient particulièrement à cœur : le virus de la religion. Je ne vais pas vous parler d'Islam, d'islamisme de Daech ni de Ghannouchi, mais du rapport maladif que nous entretenons avec le fait religieux dans notre société, en m'appuyant sur un entretien entre un journaliste et un universitaire sur une chaîne de télévision populaire : voir ici

L'universitaire en question s'appelle Afif Bouni. Il a été invité le 14 février sur la "Tessi3a" pour parler durant 50 minutes de son ouvrage "Encyclopédie du Coran" ( انسيكلوبيديا القرآن ), fruit de 26 ans de travail et dans lequel il propose une lecture non doctrinaire du Coran basée sur la linguistique, l'histoire et la sociologie. Il est interviewé, par le fameux Borhen Bsais, ce mauve qui a réussi en 10 ans à faire sa mue, en changeant son ancien look de technocrate de la Dictature par celui du gars sympathique, "branchouille", une sorte de Pascal Praud à la tunisienne, que chaque Ben Simpson progressiste rêverait d'inviter chez lui un samedi soir pour débattre foot et politique en ayant l'air intelligent.

Inquiétude

Ce qui m'intéresse dans cette interview, ce n'est pas tant le contenu de l'ouvrage en question, mais l'inquiétude et l'agressivité de Bsais face à un professeur qui explique avec le plus grand calme, le nécessaire examen scientifique du Coran en dehors du prisme religieux. Afif Bouni, contrairement à d'autres intellectuels invités à parler d'Islam, ose déclarer devant des millions de téléspectateurs, sa négation de la réalité "matérielle" de la révélation, du diable, du paradis, de l'enfer et ose insister sur la distinction entre la légende et l'histoire, le physique et le métaphysique. Ces propos font hurler Bsais, non pas qu'il soit choqué au nom de sa foi, mais au nom de sa "pensée religieuse", celle-là même qui habite l'esprit de la plupart de nos compatriotes, parmi lesquels les dits progressistes dont fait partie Borhen Bsais. Il s'agit de la même matrice qui structure la pensée islamiste, celle-là même qui confond le monde visible avec le monde invisible, le céleste et le terrestre, et qui trouve donc normal d'appliquer les lois de l'au-delà dans l'ici-bas. Cette pensée "magique" est aux commandes, au parlement, à Carthage, à la maison comme à la télé.      

BORHEN_BSAIS

Bsais, en porte-parole de la plèbe, montre qu'il n'a rien lu de l'ouvrage, et ne cesse d'interrompre son invité pour lui demander à quoi bon un tel examen scientifique du Coran. Chaque 10 minutes, il lui repose cette même question et se demande si un tel travail ne participerait pas à braquer les esprits et à alimenter l'islamisme. Il est intéressant de noter que Bsaïs (islamiste malgré lui) use du même argument islamiste qui consiste à accuser les "hérétiques" de contribuer à alimenter l'extrémisme. Argument selon lequel, il vaudrait mieux se contenter de la "modération", afin de ne pas chauffer les esprits... Modération, mot cher à Ben Ali et à Ghannouchi, aussi islamistes l'un que l'autre (Zaba= Zaballah), dont l'objectif a toujours été chez l'un comme chez l'autre, d'endormir l'esprit critique et céder à la pensée magique. Depuis des siècles, dans nos contrées, on a bien compris qu'il était plus facile de gouverner des "sujets" qui croient à l'existence physique de l'ange Gabriel, comme des enfants croient en la réalité du père Noël.

L'islam est-il le problème ?

L'islam comme toute religion, fut une révolution spirituelle et politique en son temps, et n'est ni pire ni meilleur qu'une autre croyance. C'est la pensée religieuse et sa propagation dans l'espace public qui est un véritable problème et un frein évident à l'émancipation de la société et des individus. Il ne sert à rien de questionner la corruption, les inégalités, l'économie de la rente (sujet à la mode) si l'on ne couple pas systématiquement ces sujets importants à la question du rapport à l'au-delà, si l'on œuvre pas pour que l'éducation nationale sépare dans la tête des gamins, le physique du métaphysique. Il s'agit d'un énorme chantier qui se construit sur le temps long, mais qu'on ne peut pas reporter pour le lendemain. 

Il ne s'agit pas de mener une guerre contre l'islam, ni de revendiquer l'athéisme comme solution, mais de lutter contre cette dite pensée religieuse. Nous n'aurons plus à mener des luttes séparées, celles des féministes pour les droits des femmes, celles des LGBT pour les droits des homosexuels, celles des artistes pour la liberté d'expression, mais une lutte en amont, la mère de toutes les luttes, celle grâce à laquelle d'une seule pierre nous marquerons tous les coups. 

Le cas Saïed 

Il est intéressant de noter que la Tunisie a réussi à élire démocratiquement à la tête de l'Etat, un non islamiste, non corrompu a priori incorruptible et indépendant. Mais voilà que ce monsieur sur lequel des millions de personnes ont fondé leurs espoirs, révèle jour après jour son goût pour le "prophétisme". Je me lance ici dans une interprétation subjective certes, mais il me semble évident, que la théâtralité de ce monsieur, son rapport maniaque avec le discours et les écritures, ne relève pas seulement du trait de caractère, mais de la pensée religieuse. Saïed ne semble pas tant animé par le soucis de régler les problèmes du pays, que de mettre à témoin Allah des incuries des hommes comme il ne cesse lui-même de le répéter.

Toute pensée magique quand elle arrive au pouvoir, perd mécaniquement le sens des réalités. Kaïs Saïed pourrait être le plus incorruptible de nous tous, il se fera inéluctablement rattraper pas la corruption de sa pensée religieuse. 

IKHCHIDI_2

Le cas Moussi

L'efficace lutte que mène Abir Moussi contre Ghannouchi, n'est pas une guerre contre l'islamisme comme prétend son fan club, mais une guerre d'un islamisme contre un autre. Cette dame est aussi factice que Borhen Bsais, que son mentor Ben Ali, et que tous les Ben Simpsons qui la soutiennent. Elle est tout aussi habitée par la pensée religieuse et s'oppose à l'égalité successorale entre les deux sexes et à la dépénalisation de l'homosexualité, car ces idées "porteraient atteinte à la sacralité du texte coranique" (dixit son parti, voir ici)

Le respect des croyances dites-vous ?

Mes amis, en guise de conclusion, je souhaite vous inviter à ne plus céder à l'injonction du respect des croyances de la majorité. Cette injonction à la retenue au nom d'un vivre ensemble pacifique, a été le piège dans lequel nous nous sommes tous engouffrés. Nous n'avons rien récolté de cette douloureuse concession, ni la paix promise, ni la richesse, ni la joie. Pire encore, nous avons même perdu du terrain, et bientôt nous peuplerons les prisons *. Eux, par contre, avancent partout leurs pions.

Il n'y a donc plus rien à perdre à oser être plus frontal et à s'attaquer directement au sacré **. Il n'y a que le choc qui soit capable d'éveiller les esprits. Puis un dernier mot pour conclure, destiné en particulier à nos amis de gauche :
Ok ! focalisons toujours sur les luttes sociales. Cette bataille est nécessaire, personne n'en doute. Mais si nous ne menons pas ensemble, ou du moins en parallèle, un front intraitable contre la pensée religieuse, c'est la guerre toute entière qui sera perdue.
____________________
*Rania Amdouni, la militante queer, vient d'être condamnée à 6 mois de prison ferme avec exécution immédiate (voir ici). La Justice l'accuse d'outrage à fonctionnaire public, mais la sévérité de la peine et l'acharnement judiciaire contre cette jeune fille, ne fait que révéler encore et encore, la contamination de l'ensemble des appareils de l'Etat par la pensée religieuse. Pensée qui rappelons-le, "diabolise" (au sens propre et figuré) tout ce qui ne ressemble pas au troupeau, en se basant sur des références de l'au-delà. 

**S'attaquer au sacré ce n'est pas forcément une revendication athéiste ou areligieuse, elle ne cible pas non plus une religion en particulier. Elle peut même être menée par des croyants. Il s'agit simplement de frapper symboliquement et sans concession toute emprise du religieux sur l'espace public, sur la constitution, sur l'éducation et sur la sphère politique...

26 février 2021

Karoui se dérobe à la Justice ?

Le feuilleton judiciaire de Nombril Kakaroui vient de connaître un nouveau rebondissement : arrêté en 2019 pour blanchiment d'argent et évasion fiscale, il fut libéré juste à temps pour participer au second tour des présidentielles. Puis, rebelote, nouvelle détention préventive en Décembre 2020. On vient d'apprendre qu'il sera libéré grâce au versement d'une caution de 10 millions de Dinars collectés (ce n'est pas une blague) de la poche des députés de son parti (voir ici). 

KAROUI_JUSTICE

Zaballah -comme par hasard- n'a cessé de clamer l'innocence de son ami, et ce depuis le début (voir ici). Bref, la famille sera désormais au grand complet pour continuer le pillage en règle du bien commun et de ce qui reste du pays... 

Posté par __z__ à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09 février 2021

Rania Amdouni

Qu'est ce que peuvent nous faire du bien ces activistes hors-système, qui d'Amina Femen à Rania Amdouni, rendent fou l'homo-tunisianus, toujours aussi inquiet et peureux de tout ce qui ne ressemble pas à son espèce animale allahisée. 

RaniaAmdouni

Rania se trouve aujourd'hui ciblée par une minable campagne de dénigrement menée entre autres par les syndicats de police et des chlékeux du parlement (voir ici). Elle est attaquée parce qu'elle est Queer, parce qu'elle est différente, parce qu'elle ne ressemble ni à Chlékeddine ni à Moussi et ses Abiroïdes.   
Rappelons que Rania Amdouni ne rate aucune manifestation pour dénoncer l'ordre policier et les injustices. Elle incarne un des ces fruits vivants de la Révolution ! Je ne peux qu'exprimer mon entière solidarité et mon total soutien à elle et à toutes celles et ceux qui payent cher le prix de leur différence ou de leur excentricité dans une société fascisante. 

Posté par __z__ à 21:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

07 février 2021

Accouchement à la Ghannouchienne

Pour le huitième anniversaire de l'assassinat de Chokri Belaïd, une grande manifestation a eu lieu ce samedi sur l'Avenue Habib Bourguiba à Tunis (voir ici). Les manifestants dénoncèrent le retour de l'ordre policier et la répression menée par le mollasson premier ministre Méchichi, sous la houlette de l'indéboulonnable Ghannouchi, grand manitou. 
Toutes ces agitations ont lieu dans un contexte d'une crise au sommet de l'Etat entre le président Kaïs Saïed et son rejeton Méchichi. Crise qui rend très difficile l'accouchement d'un nouveau gouvernement suite au dernier remaniement...

ghannouchienne

30 janvier 2021

30 ans de prison pour un joint !

3 jeunes ont été condamnés à 30 ans de prison pour consommation de cannabis dans un espace public (voir ici). 30 ans chers amis !
Notre Justice aux deux poids deux mesures, très laxiste envers la grande corruption et les politiques, a tellement mauvaise conscience qu'elle se rattrape sur les petites gens, sur les jeunes, sur les blogueurs et les athées. Elle se rachète de la manière la plus ignoble révélant ainsi l'ampleur de son sentiment de culpabilité. 
Qu'attendons nous de plus, pour que la Justice de la rue appelle à renverser cette inique Justice de la honte ?   

Jointsaucul

Posté par __z__ à 13:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 janvier 2021

Imminente implosion...

Les amis, je ne sais plus ce qui nous retient pour appeler à faire dégager Zaballah.

Qui fut l'élément le plus stable de la très agitée vie politique de ces 10 dernières années, sinon lui. Il demeure le dénominateur commun, le trait d'union, le socle et le cœur de tout ce qui a suivi la Révolution. Les mauves furent certes les ennemis de la dite Révolution. Lui il en était le traître, et ce outre ses talents d'architecte en chef de la grande corruption.
Quoi de plus éloquent que ce dernier épisode, où il fit passer en force un remaniement ministériel avec 3 nouveaux ministres suspectés de corruption. On s'en est presque habitués.

Combien de fois, verra-t-on des dossiers trainer en Justice pour protéger un proche ou le faire chanter. Le même procédé a été utilisé pour bloquer l'instruction des dossiers des assassinats politiques. On a aujourd'hui de bonne raisons de croire que c'est parce que ce vieux hyène ne craint plus la Justice, qu'il peut se permettre d'envoyer un courrier empoisonné pour assassiner Kaïs Saïed. Nulle enquête, nulle poursuite, car Zaballah profite d'une totale impunité (voir ici). On peut comprendre qu'il veuille se débarrasser de notre E.T. de Carthage. Le président Saïed demeure pour lui cet intrus politique improbable qui perturbe ses plans... 

Alors, chers amis, quand la Justice est noyautée de la sorte, il ne reste plus qu'à la Justice de la rue de s'imposer. 
La colère, la rage, doivent toutes converger vers sa minable petite personne. Allons à Montplaisir ! Non mieux encore, trouvons l'adresse da sa villa mauvais goût, celle qui a accueilli les réunions de tous les coups foireux qui ont ruiné le pays. Comme son inspirateur Zaba, ce médiocre personnage a su faire de l'intérêt particulier de sa petite personne et de son clan, une priorité nationale.

Chers amis, vomissons-le avant que Boukornine nous vomisse sa lave... 

Echecs

Posté par __z__ à 18:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

14 janvier 2021

10 ans, et toujours pas de Débatunisie...

J'ai commencé mon blog en 2007 avec cet article illustré par une table de discussions sur laquelle sont posées des chaises à l'envers, afin de symboliser l'absence de débat en Tunisie. J'étais encore étudiant et je me suis lancé par hasard dans l'écriture d'un texte qui dénonçait la confiscation du débat par la dictature. J'ai signé "_z_" ce premier post dans un blog que j'avais d'abord intitulé "Tunisie, le débat confisqué". 

DEBAT_CONFISQUE

Ensuite, j'avais enchainé sur un deuxième article dans lequel j'exprimais mes doutes quant à la possibilité de voir émerger un débat par le net. Dans le même style "image 3D", j'avais illustré ce texte par le dessin suivant :

CYBERDEBAT

Plus tard, en 2008, quand je suis passé au crayon, j'ai fait ce dessin pour accompagner cet article qui dénonçait la répression des jeunes du bassin minier au même moment où la propagande vantait le "dialogue avec les jeunes". Rares sont ceux qui aujourd'hui se rappellent de cette sinistre mascarade lancée par la dictature en vue de la campagne présidentielle de Ben Ali de 2009. 

hiwar2

Je croyais, et je crois encore, aux vertus du débat contradictoire, pas seulement entre amis, collègues ou parents, mais à l'échelle d'un pays, que ce soit entre partis, forces sociales, intellectuels, penseurs... J'ai cru naïvement que la chute de la dictature allait permettre ce débat. J'avais illustré ce doux rêve par ce dessin réalisé le lendemain de la révolution dans cet article très optimiste...

debatunisie

Mais le désenchantement fut plus rapide que prévu. En Mars 2011 déjà, le premier ministre d'alors Essebsi, introduit la rhétorique des "mains cachées", des "forces occultes", des "hommes de l'ombre" pour éviter de mettre sur la table les vrais sujets qui fâchent (voir ici). Cette rhétorique conspirationniste toujours à l'œuvre, a été le meilleur alibi de la classe politique pour justifier le statu quo et maintenir l'ordre économique corrompu hérité de l'époque du protectorat et de Bourguiba.  

mainscachées

Ensuite est inaugurée la longue série des alliances, des unions, des coalitions, bref tous ces bricolages et mariages contre-nature qui n'ont eu pour seul but que d'éviter les débats contradictoires et le choc des idées...(voir ici)

GIN

Très vite a été inoculé le poison de la religion. Plutôt que de débattre de projets de société, les islamistes ont traîné toute la classe politique dans des débats identitaires...(voir ici). Les dits "progressistes" sont tombés dans le piège...  

Zdebat

Outre ces faux débats, avaient lieux dans les coulisses les vrais ébats...(voir ici)

cerclevicieux

Puis la politique de la chaise vide...(voir ici)

pasenavant

Ou alors celle de la chaise à l'envers...(voir ici)

debatconfisque

Mais il semble qu'après tout ce temps, les fameuses "mains cachées", "les hommes de l'ombre", "l'Etat parallèle" et tous ces concepts ( imaginés déjà par Essebsi pour noyer le poisson dans l'eau et priver le citoyen des vrais débats), sont devenus réalité...du moins dans l'imaginaire collectif, où plus personne en Tunisie ne croit plus en rien, sauf en Allah ou au complot mondial dont nous gouvernants seraient, toute couleur politique confondue, les piètres représentants... 

complot

Mon blog "débatunisie" compte encore d'autres dessins sur cette obsession que je garde pour le concept du débat. Concept que je trouve plus essentiel que le concept fourre-tout de démocratie, qui par le simple fait qu'il intègre le "cratos" (pouvoir) dans son étymologie, génère mécaniquement le débat pour le Pouvoir, et non le débat pour les idées. L'exemple tunisien de la dite démocratie a été, peut-être, pour cette raison un échec total, car il n'a été question depuis 10 ans, que de luttes pour le Pouvoir. On est simplement passé de ceci :        

debat_avant

à cela ...

debat_apres

Quant aux vrais débats, ils attendent encore et toujours.
Alors quel bilan tirer de 10 ans de Révolution ?
RIEN

Posté par __z__ à 10:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 janvier 2021

Le cauchemar de _z_

Bonne année aux amis sebkhistes. Pour démarrer 2021 - an I après l'apocalypse-, je vous restitue ci-dessous, l'étrange rêve que j'ai fait la nuit du premier Janvier. Dans ce voyage nocturne, j'ai fait des rencontres à "couper" le souffle. Je lance ici un avis aux spécialistes pour m'aider à interpréter ces mystérieuses visions...   

BD_01

BD_02

BD_03

BD_04

Posté par __z__ à 17:48 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

23 décembre 2020

La Tunisie refuse la campagne de vaccination de Trump...

La Tunisie tient bon et refuse le plan de vaccination arabe proposé par les américains. C'est une question d'honneur et de dignité ! Après les Emirats, Bahreïn, le Soudan et maintenant le Maroc (voir ici), la Tunisie préfère mourir de faim qu'offrir ses fesses à la Normalisation. Attention ! Notre Dark Vador de Carthage en a même fait son argument de campagne. Les allégations du New York Times selon lesquelles notre pays serait le prochain dans le liste n'est qu'un scandaleux tissu de mensonges !  

VACCIN-NORMALISATION-2

Mais dans un monde où les valeurs ne sont plus que des variables d'ajustement, on est en droit de se poser la question, jusqu'à quelle mesure notre mauvaise posture économique nous permettrait de défendre une telle position...

Posté par __z__ à 15:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

17 décembre 2020

Dixième anniversaire de la Révolution tunisienne...

Chacun y va de sa plume pour ce dixième anniversaire de la Révolution. En ce qui me concerne, je ne suis ni amer, ni déçu et si c'était à refaire, je ne dirais pas non. Evidemment, si l'on parle du volet socio-économique, on ne peut que constater l'échec total de la dite révolution. Alors me diriez-vous, quoi donc retenir de ce machin ?

Je dis juste que le simple fait que le concept ait été injecté dans ce territoire nommé Tunisie, est en soi une révolution. Je sais, il s'agit là d'une pensée tautologique. Tant qu'il n'est pas mort -le concept-, comme c'est le cas chez nos voisins arabes, alors nous pouvons continuer à espérer...

ANNIV_REVOLUTION

Et sinon je vous invite à lire ma dernière interview sur Jeune Afrique ici

Ajouté le 18 Décembre :

Depuis hier je me disais qu'il fallait faire comme tout le monde et tenter d'exprimer une pensée digne de 10 ans de révolution. Mais les mots ne me venaient pas alors que des idées contradictoires, voire choquantes, n'ont cessé de se bousculer dans ma tête. A ce stade je ne sais toujours pas ce que je vais écrire. Je compte sur l'écriture automatique pour accoucher ces pensées que je vous livre ici à l'état brute et de façon éparse :

1- Je me rends compte par exemple, que l'idée de révolution m'intéresse davantage que la Tunisie en tant que pays, culture, entité politique. C'est étrange pour moi de constater cette évidence. Ce territoire nommé Tunisie ne serait donc que le laboratoire de la chose révolutionnaire qui m'a été donnée d'observer par le hasard de ma naissance.

2- La révolution ne serait pas un moyen pour atteindre un objectif de bien commun, de développement ou de démocratie. La révolution EST l'objectif. Elle n'est pas un instant T de l'histoire, elle est la durée indéterminée. Elle est un chemin sans destination. Et comme tout chemin, elle traverse un relief avec ses montées et ses descentes, ses sommets et ses ravins.

3- En Tunisie, on a observé son jaillissement il y a dix ans. Alors qu'elle nous a mis dans le ravin, on peut constater qu'elle continue à nous guider contrairement à nos voisins arabes. Aucun général, aucun militaire aucun flic n'a -encore- sonné la fin du bal. Elle est là parce que Moussi et Makhlouf cohabitent sous la même coupole et parce qu'un extraterrestre loge à Carthage.

4- Oui nous sommes coincés dans un ravin. Nous nous engluons dans des sables mouvants. Chacun pourra choisir l'image qui le convient. Mais cette chose appelée révolution résiste, dans ce marécage puant qu'est la Tunisie de 2020. Son cœur bat toujours. D'ailleurs, si nous remontons aux origines, c'est bien d'un marécage qu'émergea le miracle de la vie. La soupe primordiale (sebkha) fut le réceptacle de cette extraordinaire révolution. De l'élan révolutionnaire de la vie, surgit l'humanité, une révolution en soi dans la révolution. Mais nous pouvons encore remonter plus loin dans le temps. Imaginez ce qu'a pu être le passage du néant au cosmos. Du rien au tout. Le big bang, la génèse, l'éjaculation d'Allah... Qu'est ce que cette chose sinon une gigantesque Révolution ? Sachez-le, toutes ces révolutions sont ENCORE en marche.

5- Mais de quelle révolution s'agit-il vraiment ici dans ce territoire dit tunisien ? Je ne crois pas vraiment qu'il s'agit d'une histoire de dignité, de liberté ou de Justice. Quel manque de perspective. Certes, si l'on se laisse VRAIMENT porter par la Révolution, on aura tout cela à la fois et plus encore. On pourrait même faire mieux que les japonais, et on aura satisfait et le peuple et les bourgeois. Mais il ne s'agit pas que de cela.

6- La Révolution dont il est question, n'est pas seulement une histoire de progrès, de changement ou de croissance. C'est un chemin semé d'embûches qui pourrait même nous faire revenir à l'âge de pierre, mettre en esclavage son peuple. Il peut sacrifier une génération pour le bien-être de celles qui la suivent. Ses conséquences se mesurent à l'échelle du temps LONG, et n'a que faire du temps politique, des échéances électorales ou du taux de chômage. Les semeurs de révolution en sont rarement les profiteurs et peuvent même récolter la disgrâce à l'opprobre de leurs congénères.

7- La révolution tunisienne est universelle mais n'apportera ses fruits à l'humanité que dans la réussite de son évolution dans le contexte arabo-musulman duquel elle est issue, et sur lequel elle doit agir en premier lieu. Ainsi doit-elle paradoxalement questionner son rapport avec cette identité arabo-musulmane voire s'en désarrimer. S'en défaire pourrait être la condition pour le re-révolutionner. Le "printemps arabe" amorcé justement par la Tunisie n'a pas été suffisant puisqu'il s'est éteint dans les pays "révolutionnés" et qu'il a en outre renforcé des opérations contre-révolutionnaires lancées par les puissances du golfe.

8- J'en arrive ici au point qui me tient particulièrement à cœur, et qui selon ma lecture de la situation tunisienne et arabe, demeure un angle mort pour nombre d'activistes : la question de Dieu. Trop affairés sur les questions politiques et sociales, les militants ont négligé ce point central laissant aux islamistes le monopole de Dieu. Entretemps, les islamistes avancent leur pions et mènent progressivement une contre-révolution religieuse.

9- La gauche révolutionnaire (à définir), a décidé par pragmatisme politique, de combattre l'islamisme sans jamais remettre en question l'islam, pour ne pas froisser le peuple. La gauche révolutionnaire croit au peuple et méprise l'individu. Et pourtant le peuple n'existe pas. Ou alors chaque individu est l'amorce d'un peuple. Cette gauche, constituée de militants, artistes, activistes, sont des révolutionnaires du dimanche, et croient que la question de Dieu relève de la sphère privée. Alors que l'Islam occupe totalement l'espace public, et que les islamistes avancent leur pions partout, la gauche fait la sieste. Et pourtant, la lutte sur la question de Dieu doit être menée dans l'espace public et assumée comme la mère de toutes les luttes révolutionnaires.

10- Le blasphème, l'apostasie, l'irrévérence par rapport au sacré sont nécessaires quand la religion domine l'école, la constitution et le parlement.

11 -Toute révolution porte en elle la question du cosmos, Dieu (ou pas Dieu) , la vie sur terre et l'humanité. Nous ne pouvons prétendre à aucune révolution si nous n'intégrons pas les questions de l'au-delà dans l'ici bas. Notre condition humaine nous l'exige.

12- Mohamed avait compris cela il y a 14 siècles. Ce fut un révolutionnaire. Aujourd'hui il aurait été le premier à faire tomber son propre culte et à exiger la déconstruction de l'islam et d'Allah pour donner un nouveau souffle à sa révolution.

13- Tout ce qui nous est le plus cher et qui freine la révolution doit être désarrimé. Nous devons accepter certaines amputations : la Nation, Allah, l'arabité ou même la Palestine. La trahison, l'honneur, ou la mémoire des ancêtres sont des concepts étrangers à l'élan révolutionnaire.

14- La révolution n'est loyale qu'à l'esprit de la révolution. La trahison ne peut être qu'à l'encontre de la révolution.

15- Ceux pour qui l'évaluation politique, économique et sociale à l'instant T d'un pays, suffit pour juger de l'échec ou de la réussite d'une révolution, ne sont certainement pas arrivés à ce paragraphe. A ceux là, n'est pas audible la pensée paradigmatique. A ceux là, la révolution n'est qu'un dangereux désordre, ils lui préfèreront selon leur sensibilité politique, l'alliance avec les fascistes ou la compromission avec les islamistes. Car pas question pour eux de toucher aux fondations ! (Nous les emmerdons royalement)

16- Arrivé à ce dernier point, je ne sais toujours pas à quoi fait allusion la dite Révolution. Et pourtant son concept aussi abstrait soit-il, me semble aussi évident que la pleine lune éclairant l’esprit du premier être humain, et aussi énigmatique que le monolithe de Kubrick donnant le” La” à des singes primitifs...
Voir ceci : https://www.facebook.com/149229615135091/videos/352848658895842

16 décembre 2020

Méchichi en visite à Paris

Le mollusque de la Kasba en visite à Paris, nous révèle une nouvelle fois, combien il peut être creux, mou et vide de l'intérieur.
Zaballahiste face à Zaballah, Maqrouniste face à Kakaroui, révolutionnaire face aux gens du Kamour, voilà qu'en France il devient plus français que Marine le Pen et déclare dans une interview (voir ici): "qui dit émigration clandestine, dit terrorisme"...       

Untitled-2