DEBATunisie

13 avril 2015

_Z_ perd la tête

Je ne saisis nullement l'attrait intellectuel de l'actualité tunisienne surtout en ce moment. J'ai même pitié de nos journalistes et analystes politiques qui fatiguent leurs cerveaux à théoriser sur les luttes de clans au sein de Nida, sur les Jaraya, Eltaïef et leurs relations secrètes avec les putes, le Qatar, les zaballahistes, les crypto-mauves et que sais-je encore. Tout ça est d'un ennui abyssal et ne semble plus apporter le moindre savoir, la moindre pensée, la moindre poésie. Combien cette chose nommée Tunisie peut paraître futile et insignifiante par rapport aux vraies questions humaines. J'arrive aussi à un point où je ne saisis plus le sens et l'utilité même du militantisme, de la culture de l'indignation et de la perpétuelle dénonciation des injustices et des atteintes aux libertés. Tout ça manque cruellement de beauté, de sens, d'âme. J'ai envie d'être Daech pour emmerder tout ce monde et sombrer dans la quête irrationnelle d'un idéal. 
En attendant mon départ vers la Syrie, je vous livre mes dégoûts du moment. 

Le culte des morts 

C'était le 6 Avril dernier, avant de s'envoler à Paris, notre président s'est rendu au mausolée de Bourguiba pour fêter la 15ième année de sa mort ( mort de Bourguiba j'entends, voir ici )

essbsibourguiba

Il est intéressant de remarquer que chaque président tunisien au pouvoir s'engage dans une guerre de symboles. Pour Bourguiba, c'était simple, il avait le champ libre pour ériger sa propore personne en culte national. Sa présidence à vie lui offrit l'occasion d'élever des statues à son effigie dans tous les carrefours du bled. Une quasi religion païenne lui fut consacrée. Zaba ayant évincé Bourguiba du pouvoir, a fait comme le prophète à la Mecque : il a chassé les idôles du temple et a dû créer à son tour une nouvelle religion. Pour cela, il a fait aussi comme le prophète, il a choisi l'abstraction et a interdit toute figuration. Il a fabriqué un culte autour du mauve et du "7" et nous a fait tourner 23 ans autour d'une horloge en acier, comme tournent depuis 14 siècles des pèlerins autour de la Kaaba. Le 14 Janvier 2011 tomba Zaba. Est venu Bajbouj. Après le paganisme bourguibiste et le monothéisme mauvembriste, il n'était pas facile pour le nouveau pouvoir d'inventer une nouvelle religion et de nouveaux symboles. On décida alors de recycler une partie du mauve et de récupérer le culte de Bourguiba. On opéra une sorte de syncrétisme religieux. Ainsi, en marge d'une conférence portant sur "la pensée bourguibienne", tenue le 9 avril 2015, l'apôtre Mohsen Marzouk, a affirmé que les statues de Bourguiba récupéreront leur place dans les avenues et les rues de plusieurs villes (voir ici).
Merde ! alors que le pays sombre dans la pire crise économique de son histoire, les apôtres continuent à cogiter sur la pensée Bourguibienne et proposent en guise de solution à notre merdier national des statues de Bourguiba. C'est décidé, je prépare mes valises et je rejoins Daech.

Zaballah sex symbol

Après les attentats du Bardo, tout se barre en couille. On remet des statues de Bourguiba dans les places publiques, et Zaballah devient carrément sympathique. Alors qu'il nous a bassiné des années durant avec Allah, Mohamed et le Califat, voilà que tout d'un coup il n'a plus rien à voir avec les salafistes, les extrémistes et les barbus de tout poil. Zaballah se présente même comme le chantre des libertés, de la démocratie et de l'égalité homme-femme. Du moins, c'est ce qu'il est allé chanter aux médias français (voir ici)

virginité

Posté par __z__ à 22:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

25 mars 2015

2ème Attentat au Bardo

BARDOL1

BARDOL2

Posté par __z__ à 21:45 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 mars 2015

Si la pauvreté est le moteur de la barbarie, l'Islam serait son carburant

C'est dans ce genre de drame national que l'on se rend compte de la vacuité politique du paysage tunisien. Essebsi comme on l'avait déjà prévu est incapable d'être à la hauteur de l’événement. Ce monsieur élu président est la pire escroquerie du siècle. Dire que l'on en est presque à regretter Tartour. Lui au moins avait le verbe. Feu Chokri Belaid aurait peut-être pu faire l'affaire.

Nouveaux paradigmes

Réfléchissons donc un instant à un nouveau discours possible. Maintenant que la Tunisie produit et exporte plus le Djihad que le phosphate, il y a lieu de révolutionner nos paradigmes culturels et politiques. C'est aujourd'hui que l'on se doit de faire preuve d'imagination et d'innovation. La réponse sécuritaire ne soigne que les symptômes. C'est une réponse court-termiste. Le mal ne se guérira jamais par la matraque. Élargissons donc un peu notre angle de vue:

Rappelons que la barbarie est inhérente à la condition humaine. La civilisation est née de la capacité de groupes humains à mieux canaliser leur barbarie, à la réduire, à la contrôler, voire à l'annihiler. Le contrat social est la manifestation de cette capacité. Il peut s'exprimer au travers d'une constitution, tradition ou religion. L'objectif du contrat c'est d'abord de minimiser l'impact des inégalités et injustices qui sont les moteurs de la barbarie. Il est souvent très triste de reconnaître que notre humanité se construit beaucoup plus par sa capacité à considérer le pire qu'à envisager le meilleur. Ainsi vont les choses.

Tunisie

La Tunisie expérience humaine parmi tant d'autres, génère de l'inégalité depuis très longtemps. De la colonisation à la Dictature cette inégalité avait produit son lot de barbarie. Exercée surtout par l'Etat contre ses sujets, à l'aide de milices, armée, ou police, cette barbarie venue du haut, permettait d'entretenir artificiellement l'équilibre social. La dite révolution avait apporté la promesse d'en finir avec cette fatalité. Après la chute du régime, il fallait se hâter d'écrire un nouveau pacte social (constitution). Nous avons réussi cet exploit, sans pour autant trouver la moindre solution contre la source première de la barbarie à savoir les inégalités. L'ironie du sort voudra que dans ce même lieu où fut rédigée la dite constitution (l'assemblée du Bardo), surgisse à quelques encablures (le Musée du Bardo) la plus ignoble barbarie pour nous rappeler nos échecs et notre incapacité à gérer collectivement nos clivages sociaux, nos injustices... nos inégalités. En quatre ans la société a continué à générer du ressentiment et de la frustration. Un bon nombre de jeunes issus des quartiers populaires et des "régions" en veut toujours au monde entier d'être né exclu des aménités de la ville, de ses loisirs, du travail, de l'amour, de l'éducation et de la vie digne *. Une bonne partie de ces jeunes s'est envolée en Syrie. Les tunisiens constituent, parait-il, le contingent le plus important de DAECH. Que faut-il encore attendre pour comprendre que les solutions sécuritaires ne pourront rien contre un phénomène de société. Que faut-il encore pour se pencher sérieusement sur la question de la barbarie tunisienne, devenue intrinsèque à nous?

La religion

ALLAHOUAKBARSi la pauvreté est le moteur de la barbarie, l'Islam serait son carburant. Cette religion offre suffisamment de symboles et de mythes pour donner du sens au nihilisme destructeur d'une jeunesse complètement déprimée. L'Islam lui-même est né dans un contexte d'inégalité sociale. Le prophète Mohamed a révolutionné les paradigmes de son temps en inventant une idéologie capable de canaliser la barbarie latente -liée au injustes de son époque- vers un projet plus global de conquête territoriale. Il offre dans sa mythologie toutes une panoplie de slogans et de symboles capables de mobiliser les foules au nom d'un ordre supérieur (Allah en l'occurence).
Pourquoi donc nos historiens, intellectuels et savants, alors qu'ils reconnaissent le caractère éminemment politique et guerrier de l'Islam, continuent-ils encore à défendre les quelques parcelles "sympathique" de ses textes sacrés. Pourquoi donc devrait-on encore traîner une idéologie qui enflamme une partie de notre jeunesse paumée. Tout ça au nom de la tradition ? au nom des quelques "versets sympathiques"?
Pourquoi donc ne reconnaissons-nous pas, que ces textes sont DANGEREUX tant que notre système éducatif demeure défaillant et incapable d'inculquer l'esprit critique à nos jeunes? Pitié, que ceux qui continuent à nous défendre l'Islam modéré et ses versets sympathiques fassent preuve d'un peu de modestie et qu'ils reconnaissent que le commun des mortels n'est pas aussi armé qu'eux pour comprendre la subtilité et les métaphores de concepts aussi équivoques que la guerre sainte, le Djihad, l'enfer ou le paradis.

Et puis surtout, l'Humanité n'a-t-elle pas produit suffisamment de chefs-d'oeuvre de littérature, de philosophie, de poésie et de musique, pouvant ainsi nourrir nos enfants et leur offrir tout ce que réclame l'intelligence, la sensibilité et la morale. L'Humanité est riche de savoirs pour éclairer des générations entières sans nul besoin de se farcir des textes équivoques, obscures, sous prétexte qu'il s'agit de la parole de Dieu.
Pourquoi donc cette insistance maladive à vouloir sauver les meubles, à vouloir défendre un héritage qui crée plus de problèmes que de solutions ?

* Parmi les terroristes identifiés, l'un est originaire du quartier populaire cité Ibn Khaldoun à Tunis, et l'autre du gouvernorat de Kasserine (zone économiquement sinistrée)

Posté par __z__ à 21:57 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 mars 2015

Charlie Bardo

Les terroristes savent toujours frapper là où ça fait mal. A Paris, le 7 Janvier dernier ils s'attaquèrent à ce que la France possède de plus précieux : la liberté d'expression. Aujourd'hui à Tunis ce sont nos symboles sacrés à nous qui furent visés : Les touristes !
Une catastrophe sans précédent qui plonge le pays dans la tristesse et le désarroi le plus total...On dénombre une vingtaine de morts, pour la plupart des vacanciers européens venus passer du bon temps à Tunis. Leur visite au musée du Bardo leur sera fatale... 

11SEPTEMBRE

Posté par __z__ à 23:59 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

03 mars 2015

De la Mecque à Jandouba...

Le premier Janvier 630, le prophète Mohammad fit une entrée fracassante à la Mecque. Après des années d'exil, il est de retour à la maison armé de 10 000 guerriers tous acquis à sa nouvelle religion. La Mecque trembla. Mohammad était craint. Toute le région ne parlait que de lui. Il n'y avait certes pas de vidéos Youtube ni d'Aljazira, mais le téléphone arabe de l'époque suffisait  pour répandre une terrifiante image du monstre sacré nommé Mohammad. Les Mecquois en particulier, n'étaient pas sans ignorer que l'envoyé d'Allah nourrissait une soif de vengeance contre sa cité natale. Elle qui l'a tant humilié, qui l'a poussé à l'exil. Qu'allait-t-il donc réserver à ses habitants, Lui, le messager de Dieu, chef du premier État islamique.
On raconte qu'à son arrivée, il n'y eut nul affrontement. Les rues étaient désertes. La c
ité ne lui opposa aucune résistance. On raconte aussi que dès son entrée à la Mecque, le prophète et ses hommes se dirigèrent vers la musée local. C'était une bâtisse cubique située au coeur de la ville. Ils y pénétrèrent et firent abattre à coup de massue les idoles qui y étaient entreposées... (voir ici)

IDOLES

(Il est historiquement important de rappeler qu'Allah figurait parmi les nombreuses idoles du panthéon préislamique...Il en était une parmi tant d'autres jusqu'à ce que Mohammad le préfèra aux autres )

Afrique du nord

Le culte Allahiste se répandit sur toute la péninsule arabique et proliféra partout jusqu'en Afrique du nord. Zaballah qui fut un compagnon du prophète lança une dynastie à Kairouan grâce à laquelle depuis, tout tunisien naît et meurt Allahiste. Les descendants de Zaballah sont de pieux personnages qui protègent le pays des djinns et des catastrophes naturelles (sécheresse, inondations...) et ce grâce à leurs prières et leur dévotion. Les Zaballahistes contemporains partagent le pouvoir avec les sebsistes, qui sont des descendants de Kouraich. Les deux clans multipient leurs efforts pour que la volonté d'Allah continue à se répandre et que soit béni chaque allahiste de Tataouine à Jandouba...

JANDOUBA

(voir ici)

Posté par __z__ à 22:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

25 février 2015

Une brève histoire des cons

Après avoir joué ma star durant quinze jours (expos, interviews, baises...) je reprends du service à la sebkha.
Je n'ai pas tout suivi, à part les attaques terroristes ici et là, et la peur de Daech qui hante de plus en plus les esprits (et pas qu'en Tunisie !). On oublie souvent que cette morbide organisation de l'Etat Islamique, est une émanation indirecte du dit "printemps arabe". Elle est ce monstre imprévu qu'a généré le chao révolutionnaire et la Tunisie y est pour beaucoup. Et ce n'est peut-être pas par hasard, que Daech compte parmi ses dégénérés, surtout des tunisiens. Tous des produits de l'ère Zaba à l'époque où l'Etat policier au nom de la sécurité et des intérêts mafieux a sucé jusqu'à la moelle, l'intelligence, la culture, la joie de vivre de toute une génération ( rappelez-vous ici
Et voilà ces jeunes abrutis reviennent, et avec eux l'ordre policier. Lentement mais sûrement. Après le triste attentat qui a coûté la vie à 4 gendarmes à Kasserine le 17 Février dernier, la machine de la peur reprend du service. Occasion pour le Pouvoir de rassembler tout le monde et oublier les vieilles querelles. A cet effet une marche contre le terrorisme a été organisée samedi dernier (voir ici). Marche très Ben Simsponnienne avec pour guest-star BajBou-junior, qui déposa une gerbe de fleur près du ministère de l'intérieur. Par ses mains pures, le "Jasmin" de la révolution après le périple arabe, retourne à la maison : au sous-sol du Ministère.
Après ce geste symbolique et pour sa première allocution publique -en tant que fils de-, BajBou-junior rappela les bien-faits des lois anti-terroristes et la nécessité d'une union sacrée. Bref, l'Histoire se répète, occasion de se rappeler certains de ses épisodes... 

01

02

03

04

05

06

07

10 février 2015

_Z_ fait une sexe-position

Désolé de zapper l'actualité et de faire de l'auto-promo. Les temps sont durs et je suis obligé de descendre de ma tour d'ivoire et faire un peu de trottoir Zartistique. En effet, la Maison de l'Image à Tunis m'organise une exposition du 13 au 24 Février. Je vous attends donc pour un vernissage ce vendredi 13 à 19h. J'emmerde au passage tous les coincés du cul et de la foi, qui se mobilisent une fois de plus pour censurer mon profil Facebook et saper ainsi ma propagande sebkhiste.
Par contre, je remercie du plus profond de mon coeur, les organisateurs de l'évènement (Olfa Feki et Wassim Ghozlani) et tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à ce que se réalise cette première Zexposition en Tunisie !

Pour tout savoir, cliquez ici !

affiche_zsexpose_2015

Je serai bien entendu fondu dans la masse, incognito...anonymat oblige !

    

Posté par __z__ à 10:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 février 2015

Nida et Nada, par devant et par derrière !

Extraordinaire ! génialissime ! La bajboujie qui avait bâti sa politique électorale exclusivement contre les islamistes, qui n'avait à la bouche que la lutte contre l'intégrisme, vient de rendre sa copie ce lundi 2 Février et nous présenter dans la composition de son nouveau gouvernement 4 ministres zaballahistes ! (voir ici)
Certes ça n'a pas été facile au sein de Nida de trahir aussi royalement son électorat. Les médias nous ont rapporté les terribles querelles qui ont divisé ses rangs. Mais tout de même, fallait être un vrai Ben Simpson pour ne pas comprendre que Béji Essebsi n'a jamais été un homme de principe, il n'est qu'une sorte d'intermédiaire entre les différentes factions qui tiennent le bled (mafia, police, barbus) et sa seule mission c'est faire tourner le business en veillant à bien taire les sujets qui fâchent...

Dessin Paru dans le numéro de février du magazine Leaders

(Dessin Paru dans le numéro de Février du magazine Leaders) 

Ce qui promet d'être bien rigolo, ce sont les acrobaties intellectuelles que les bajboujeux nous offriront en spectacle pour nous expliquer le pourquoi du comment des ministres islamistes au pouvoir. Ainsi Businessnews, caisse de raisonnance du bensimpsonisme primaire, éructe les débuts d'une grande théorie sur la question. Selon son journaliste Bahloul, "Béji Caïd Essebsi n'est ni un zorro ni un messie, mais il s'est comporté comme tel". Et de nous expliquer qu'intégrer des nahdhaouis dans le gouvernement c'est une savante stratégie pour ne pas se les coltiner dans les urnes plus tard. Car Béji voit loin selon le journaliste !
La vision lointaine selon nos Bensimpsons c'est de s'inscrire dans un sempiternel combat contre l'islamisme "et faire de telle sorte à ce que les islamistes ne reviennent plus jamais au pouvoir". La peur du barbu, quitte à flirter un peu avec, semble dans la tête de nombre de nos amis l'unique et seule obsession qui guide leur grille de lecture politique.Tout cela ne témoigne que d'une chose :  l'énorme vacuité idéologique de nos élites qui ne sont guidés que pas la peur et, par la crainte de perdre leur soi-disant acquis progressistes. Ils composeront avec le premier qui n'aura à la bouche que les mots ordre et sécurité et justifieront tous ses choix, même les plus contradictoires...

alternance1

alternance2

... Entre temps, s'engager pour lutter contre les inégalités sociales et engager une révolution fiscale ne semble pas intéresser la bougeoisie au pouvoir. Les gueux de l'arrière pays n'ont besoin que de charité et d'un vernis religieux modéré que l'État contrôlera avec l'aide du ministère de la religion et de l'intérieur. Nul projet sérieux de redistribution des richesses, nul projet culturel visant à redonner du sens et du bonheur aux gens et nul projet d'éducation préparant la sortie définitive du religieux de notre espace public. Que du rafistolage, du bricolage, par devant ou par derrière...jamais vers l'avant, toujours vers l'arrière... 

Posté par __z__ à 12:22 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

30 janvier 2015

Mais que fout Bajbouj ?

Depuis sa prise de pouvoir, saint Bajbouj est porté disparu. Il n'a plus donné signe de vie. Les Ben Simpsons s'inquiètent. On raconte que ses conseillés à Carthage lui auraient changé son numéro de téléphone et que même son épouse n'arrive plus à le joindre (voir ici).
Heureusement qu'il s'est manifesté la semaine dernière: apprenant Le décès du Roi des wahhabites, ni une ni deux, Bajbouj décréta trois jours de deuil national...  

miroir

Tandis que tout Tunis ne parle que de la composition du prochain gouvernement, personne ne semble avoir pris la mesure de ce scandale. A part la colère de quelques internautes, on a entendu très peu de journalistes et d'hommes politiques s'indigner de cet étrange hommage rendu au roi des wahhabites, promoteur du fascisme capitalo-allahiste, escalavagiste, oppresseur des femmes et protecteur de notre Zaba national de surcroît ! Imaginez ce même deuil national sous Tartour et Zaballah. On aurait eu toute la Bensimpsonnie dans les rues pour crier au complot wahhabo-zaballahiste.

Mais voilà, sous le règne de Bajbouj tout redevient sympathique. Puis en ce temps de disette, trois jours de courbettes pour le pays des pétrodollars, ça ne peut pas faire bien mal.

Posté par __z__ à 08:50 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

14 janvier 2015

Yassine Ayari arrêté pour atteinte au sacré ?

En ce 14 Janvier 2015, quatrième anniversaire de la Révolution, la Tunisie continue à traîner derrière elle ses vieux tabous, ses interdits, ses lignes rouges. Ainsi le blogueur Yassine Ayari est jugé par un TRIBUNAL MILITAIRE à cause de ses statuts Facebook jugés blasphématoires et portant atteinte à la figure sacrée de l'armée. Vous avez bien compris : un civil est jugé par des militaires à cause de Facebook. Il encourt jusqu'à 3 ans de prison. (voir ici)
Ce personnage ambigu, une sorte de mini Robespierre à la sauce tunisienne, a réussi à se faire détester par l'opinion autant que Jabeur Mejri (le blogueur condamné pour caricatures blasphématoires). Certes il s'agit de deux profils radicalement différents. Mais dans les deux cas la société civile a cautionné une atteinte flagrante aux libertés et ce pour une prétendue transgression de lignes rouges...

SACRE
Pas de Révolution achevée tant que ces lignes demeurent...
Pas de célébration de 14 Janvier dans ces conditions.  
( Le cas de Yassine Ayari est loin d'être isolé...)

PS1:  J'emmerde ceux qui savourent la condamnation de Yassine. J'emmerde ceux qui n'ont toujours pas compris que l'on ne défend pas des personnes, mais des valeurs. 

PS2:  Concernant la caricature ci-dessus, le blog DEBATunisie considère que toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé (ou n'ayant jamais existé) serait purement fortuite.

12 janvier 2015

_Z_ s'explose...la tête

Difficile d'être caricaturiste en ce début d'année. Après le massacre du 7 janvier dernier, dessiner est devenu un métier à haut risque. Plus difficile encore de dessiner quand on est issu de ces pays où l'Islam domine la société. Après ce 7 Janvier de merde, où n'importe quel caricaturiste sur terre ne peut que pleurer Charlie, on attend de nous, dessinateurs "musulmans", un surplus de solidarité, un supplément d'indignation. On aurait même espéré de nous un petit dessin du prophète en guise de soutien à Charb, Cabu ou Wolinsky. Et puis de l'autre côté, "chez nous", en "terre d'islam", où l'opinion reste muette -comme si ce qui se passe en France ne nous concerne pas-, on nous épie, on nous surveille, nous dessinateurs "musulmans". Je n'ai retenu que peu de communiqués officiels en Tunisie à part celui du ministère des affaires religieuses qui, après la naturelle condamnation de l'attentat, rappelle aux artistes et aux journalistes que l'atteinte au sacré demeure une ligne rouge interdite, défendue, indépassable. Manière très polie de nous avertir qu'en cas de blasphème ce ne sont pas seulement les djihadistes cagoulés que nous devrons craindre, mais l'Etat tout entier qui nous fera taire à jamais (voir ici)

dessinateurarabe

Je sais. J'exagére un peu. Je perds un peu mon sang froid. Je dois être affecté personnellement parce que j'ai toujours été naïf depuis mon enfance. Je n'ai jamais cru qu'un simple dessin pouvait générer autant de drames. Je sais aussi que Charlie Hebdo n'est qu'un prétexte et ce n'est pas seulement le dessin qui est visé, mais une vision du monde. Une philosophie. Je sais aussi qu'après ce massacre, malgré les marches de solidarité et les discours rassurants des uns et des autres, nous nous dirigeons vers un peu plus de connerie, de bêtise et de stupidité dangereuse. D'un côté comme de l'autre...

_Z_ s'expose

Mais la vie prendra le dessus. A cet effet, la Maison de la Tunisie à Paris (Cité Universitaire), m'ouvre ses locaux pour une exposition personnelle du 16 au 30 Janvier. Elle offrira l'occasion de se réunir encore et encore autour du thème de la caricature et de la liberté d'expression. Ce sera aussi l'occasion de rendre un hommage aux dessinateurs de Charlie. Un vernissage sera prévu le 16 à partir de 19h30 animé par le superbre artiste Selim Tlili qui nous proposera un "Speed Painting". On devra tout ça à la Maison de la Tunisie et à Akram Belaïd organisateur de l'évènement. Venez nombreux, pour chanter, discuter, ou simplement passer du bon temps...

Ici, le lien de l'évènement sur Facebook

zexpose

07 janvier 2015

Sebkha en deuil...

Je n'ai pas encore de mots pour commenter la terrifiante tragédie qui a touché aujourd'hui le monde de la caricature (voir ici). Ayant connu personnellement une des victimes de cet attentat, je ne peux que saluer son âme et souhaiter du courage à ses proches...

CHARLIEDEUIL2

 

On les vengera tous par encore plus de dessins et plus d'humour...jusqu'à ce que mort s'en suive....

PS: Ici l'interview de Z_par Charb en Avril 2012, suite à l'affaire Jabeur Mejri

Posté par __z__ à 15:30 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

29 décembre 2014

Bientôt une cellule LPR à la Sebkha !

Ça y est ! La Tunisie est sauvée. Grâce aux dernières élections le peuple s'est enfin débarrassé des Tartouro-salafo-barbus qui durant trois ans de pouvoir nous ont fait vivre nos pires cauchemars. Cette victoire nous la devons à la mobilisation des Ben Simpsons, qui depuis Bourguiba n'ont manqué aucun rendez-vous de l'Histoire !    

reveil01

reveil023

reveil045

reveil067

reveil07

Grâce à Bajbouj au pouvoir, bientôt le pays tout entier sera nettoyé de tous ces parasites qui nous ont empoisonné la vie. Nous fûmes nombreux à applaudir l'arrestation de ce crypto-salafo blogueur Yassine Ayari (voir ici), condamné par un tribunal militaire à trois ans de prison ferme pour délit d'opinion sur Facebook. Encore plus nombreux nous fûmes à savourer l'éjection de Sihem Ben Sedrine du palais de Carthage. Dire que cette fouineuse s'est permis de pénétrer le palais présidentiel pour réclamer nos archives et fouiller dans notre passé (voir ici). Heureusement que la police était là pour lui barrer le chemin. Vive notre police et vive Bensimpsonsnews et tous nos médias qui depuis Ben Ali ont toujours été du côté de la police, de l'ordre et de la sécurité !

archives

PS1: Pour apprécier la caricature ci-dessus, clignez les yeux et regardez bien les archives, vous comprendrez peut-être pourquoi cette affaire dérange la police et certains médias.

PS2: A propos de certains médias. Ceux-ci s'agitent comme des caniches en ce moment. On ne sait pour quelle raison ils se sont tous donnés le mot contre l'Instance Vérité et Dignité (IVD). Businessnews (pour ne citer que l'internet) a écrit plus d'une dizaine d'articles à charge contre la présidente de l'instance Sihem Ben Sedrine. Tous ces gens semblent autant que la police, craindre le pire de cette instance. Même si la personnalité de Ben Sedrine est polémique, il n'y a rien qui justifie la campagne haineuse menée contre sa personne. Ce complexe "médiatico-sécuritaire" supporte mal que l'on vienne fourrer son nez dans le passé, surtout à quelques jours de l'arrivée de Bajbouj. Dire que tous ces gens allaient retrouver le sommeil jusqu'à ce que cette emmerdeuse de Ben Sedrine surgisse au moment où on leur retirait l'épée de Damoclès qui pesait lourdement sur leur conscience.   

PS3: Ces connards à cause de leur conneries et de leurs vieux réflexes mauves vont finir par nous transformer en tartouristes ... si ça continue j'ouvre une cellule LPR à la Sebkha. Merde !

Pour information complémentaire :
http://lady-justy.blogspot.com/2014/12/la-justice-transitionnelle-ne-sera-pas.html

Posté par __z__ à 18:29 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

19 décembre 2014

Marzoukenstein

Nous n'avons jamais su quel lien secret unit Zaballah à Tartour. Pour une grande partie de tunisiens, Tartour -marionnette- n'est qu'une insignifiante création Zaballahique habitant le château de Carthage. Dans "L'expérience tunisienne", fameux ouvrage d'alchimie sorti en Avril 2013, Marzouki prend sa plume et se peint lui-même en créateur et en dompteur de Zaballah (voir ici). Le monde entier avait accueilli avec enthousiasme son invention. Mais les choses ont évolué depuis. Une nouvelle lecture s'impose au vu de l'actualité tourmentée et de la course à la présidence. Marzouki n'y apparaît plus comme le savant, le créateur. Il se présente désormais sous un jour nouveau...    

marzoukenstein

* je gagne ou je gagne : Slogan de la campagne présidentielle de Marzoukenstein

Posté par __z__ à 08:57 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 décembre 2014

Le débat confisqué

Il y a sept ans, j'ai ouvert un blog que j'avais appelé "Débatunisie". Mon rêve de jeune tunisien d'alors était de reconstituer virtuellement et à mon échelle un semblant de débat public. La Tunisie de cette lointaine époque était muette. Zaba trônait en chef absolu. La police, la censure et la propagande composaient le triumvirat de son pouvoir. Puis se déclencha une révolution en 2010. Toutes les conditions furent réunies pour enfin réhabiliter ce débat public. Même si la liberté d'expression est acquise (sauf pour critiquer Allah et son secrétaire) et qu'une forme de pluralisme politique a émergé de ce magma, des vieux réflexes empoisonnent la scène publique. De quelque bord qu'ils soient, les médias, les intellectuels et les politiques sont les premiers responsables de ce blocage. Mais j'avoue des fois, que la médiocrité et le populisme moutonnier du bord tartouriste m'horrifient beaucoup moins que la machine médiatico-intello-bourgeoise mise en place par le Bajboujisme. La "Bajboujosphère" semble s'être mobilisée spontanément pour tirer unilatéralement contre la tartourie et flatter l'égo de son chef sans le moindre sens critique. Personne n'a encore compris en quoi cet octogénaire nommé Béji Caïd Essebsi était LA solution. On sait juste que ce monsieur incarne selon eux une vague idée d'un progressisme à la tunisienne...

 

debatconfisque

Bajbouj pas touche !

Parmi ces nombreux soutiens aveugles je cite au hasard Héla Béji, une éminente universitaire spécialiste en décolonisation. Cette dernière vient de se surpasser en prenant sa plus belle plume pour défendre Bajbouj contre les moqueries de Ruquier (voir ici). Ce pauvre Ruquier dans sa dernière émission hautement culturelle de France 2 ("ONPC") a attiré les foudres de la Bajboujie tunisoise en raillant l'âge avancé du candidat Essebsi. Heureusement que notre vaillante universitaire était là pour rétablir l'honneur de Béji et de tous les Tunisiens qui ont voté pour lui. Pour elle ce "grand homme" qu'elle compare à un Stéphane Hessel, est d'une "éloquence et d'un humour" que les pauvres Français sont incapables de saisir. A lui seul, le "spiritiuel Béji" (elle fait sûrement allusion à son "barra rahez") "crèverait le plafond de l’audimat" et je vous jure, elle n'est point ironique. "Mais", ajoute-t-elle avec dédain, "vous ignorez tout de sa langue, ce n’est pas votre faute". Notre spécialiste en décolonisation supporte mal la critique contre son candidat fétiche surtout quand cela émane d'un Français. A croire que cela réveille en elle un profond complexe de décolonisée...

Bref, qu'une universitaire perde son temps à répondre à l'animateur d'une insignifiante émission de divertissement d'un pays étranger, démontre bien que notre élite est définitivement à côté de la plaque. ( Inutile d'évoquer le cas Olfa Youssef & Co...)

Les médias caniches 

Mes amis, il se fait tard, et je n'ai pas le courage de terminer ce paragraphe sur les médias. Contentez-vous de bien regarder les caniches du dessin ci-dessus, et de lire au hasard n'importe quel article de Businessnews, TunisieFocus, Kapitalis... et autres torchons numériques et vous comprendrez pourquoi le débat demeure confisqué.

Conclusion

Avant de rejoindre ma sebkha nocturne, je trouve bien minable le refus de Bajbouj de débattre avec Marzouki à la télévision. Parmi tous ses soutiens, ni Héla Béji ni tous les autres bajboujeux n'ont relevé ce mépris flagrant pour l'idée même du débat. Le refus d'un tel débat, est un refus de démocratie. En cela Bajbouj est un héritier naturel de cette Tunisie autocratique, dominée par ses vieux réflexes, ses vieilles manies et ses vieux cons. Et c'est en cela qu'il est un homme doté du sens de l'Etat diront en choeur les Ben Simpsons ! 

Posté par __z__ à 08:55 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,