DEBATunisie

25 septembre 2021

Dans la gueule du loup

Quand Saïed avait renversé la table le 25 Juillet, c'était d'abord pour nous débarrasser d'un parlement corrompu et d'un gouvernement incompétent. Son geste a été fortement apprécié par les tunisiens, lassés par 10 ans de ruine et de corruption. Mais le président dopé par la foule s'est cru tout permis, et profite de la situation pour remettre à plat tout le système. Ce mercredi il vient de prendre de nouvelles dispositions qui renforcent encore plus ses pouvoirs : il suspend la Constitution et légifère lui-même par décret (voir ici).
J'ignore à quelle sauce nous allons être mangés chers amis, mais rappelons nous de ce 22 Septembre 2021, jour où Zabaïed a trahi son serment sur le Coran de faire respecter la Constitution...officialisation par conséquent d'une nouvelle dictature ?   

CORANCONSTITUTION

Les partisans de Saïed (qui m'inquiètent de plus en plus, soit-dit en passant), ont cru bon aujourd'hui lors d'une manifestation de soutien au président, de déchirer et brûler une copie de la Constitution (voir ici). Par cohérence on aurait souhaité qu'ils brûlent avec une copie du Coran...(lequel cas j'aurais peut-être soutenu leur démarche en les invitant à intégrer ma sainte religion du boukornisme et participer avec moi à la rédaction du saint "Sebkhan", mais ceci est un autre débat...)

Posté par __z__ à 19:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 septembre 2021

Tout va très bien...

Je suis incapable à ce stade, d'intellectualiser dans quoi la Tunisie a basculé. Surtout après "l'historique" discours de Zabaïed à Sidi Bouzid, hier lundi 20 Septembre 2021 (voir ici)...

discours_disney

Qu’a-t-on appris de son discours ?

Rien du point de vue du contenu. Mais pour ce qui est de la forme, notre président rajoute à chacun de ses one-man-shows, une dose supplémentaire de laideur, de monstruosité et de bêtise. Son public patiente et attend encore la conclusion de sa fameuse intrigue des méchants qui complotent contre les gentils, "dans des pièces obscures" (détail que Saïed n'oublie jamais de mentionner). Dans ce show de Sidi Bouzid, il a pu tester sur scène de nouvelles mimiques et d'effrayants cris de guerre à faire trembler les enfants et tous les flamants roses de la Sebkha. Usant d'un vieux micro, il a fait péter la sono au point de causer l’interruption de la diffusion en direct de son spectacle. 

Notre déchaîné de Carthage est en roue libre. Plus rien ne pourra donc l'arrêter. Ni même ses mystérieux conseillers de l'ombre, les Ben Mickey, Abd’onald ou E.T. l’extartourrestre (à ne pas confondre avec Tartour)... 

Posté par __z__ à 12:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 septembre 2021

Le débat en Tunisie : de Zaba à Zabaïed

Le "Tunisocentrisme" de nos élites ne cessera de me surprendre. Nos esprits trop éclairés, souhaitent que les instances internationales comprennent l'exceptionnalité du cas tunisien et qu'elles cessent de mettre la pression sur notre Kaïs Saïed. Toute critique de notre actuelle situation politique est considérée comme une atteinte à notre souveraineté nationale. La réunion du G7, après avoir évoqué le dossier Afghan, aurait abordé rapidement notre cas. Les puissances occidentales mettent la pression sur Saïed pour qu'il fixe cette fameuse feuille de route. Le flou entretenu sciemment par l'échalas de Carthage, plait de moins en moins aux chancelleries étrangères (voir ici).  

Je ne sais pas si les lécheurs de bottes (ou de "Chléka") de Saïed, ce mélange hétéroclite de Ben Simpsons, Benou Simsims Zaballahistes, ex-mauves reconvertis et gauche panarabiste, se rendent compte que l'ingérence étrangère qu'ils redoutent, risque de s'amplifier avec un président aussi autiste, incapable d'expliquer à ses citoyens et encore moins aux étrangers, le programme qu'il nous réserve. 

Ok les amis ! Libérons-nous de l'impérialisme, de l'arrogance occidentale ! mais alors, qu'avons nous créé comme richesse, comme science, comme technologie, pour qu'on ne dépende plus des puissants. Quel modèle de société et de vivre-ensemble a t-on inventé pour justifier notre exceptionnalité et espérer leur complaisance ? Certes, nous sommes peut-être la dernière lueur d'espoir dans cet obscure monde arabo-musulman, mais soyons honnêtes avec nous-même : notre population dans son ensemble demeure superstitieuse et croit encore au paradis et à l'enfer. Notre société est misogyne, homophobe, incapable d'accepter la différence, et de tolérer les minorités, et ce, non seulement dans la pratique quotidienne, mais même dans la loi. Alors quelle exceptionnalité revendiquer ?

Et puis rappelons-nous de nos torts, de notre incapacité à débattre entre nous, avant de reprocher aux autres de débattre sur nous...
Voilà plus d'un demi siècle d'auto-confiscation du débat, à la maison, à l'école, à l'usine au bureau, et bien sûr ET surtout ! au plus haut niveau de l'Etat. Et Saïed, semble ne pas vouloir trahir cette tradition...  

G7-01

G7-02

G7-03

02 septembre 2021

Zabaïed

Si nous nous félicitions le 25 Juillet de l'éviction de Zaballah du pouvoir, c'était entre autres lié au dossier des assassinats politiques de Chokri Belaid et de Mohamed Brahmi. Depuis 2013, l'étouffement de l'enquête concernant ces deux affaires, sous le règne des islamistes, confirmait indirectement leur implication dans ces crimes. On a cru naïvement après le coup de boule de Saïed, que l'Etat allait symboliquement annoncer la réouverture du dossier. L'infatigable mouvement "Manech Msalmin" qui manifeste tous les mercredis depuis 2013 afin d'exiger la divulgation de la vérité sur les assassinats politiques, pouvait espérer que le Président réponde enfin à cette revendication nationale. Quelle fut la surprise des manifestants et des journalistes rassemblés sur l'Avenue, de se faire violement agressés par la Police à coup de matraque et de lacrymogène (voir ici)...      

POLICECHIENS_ZABAIED

Qui peut croire sérieusement qu'un conservateur qui ne jure que par Allah, qui défend la peine de mort et la suprématie du Coran, puisse être un sincère défenseur des Droits de l'Homme ? Il a déjà prouvé son amour pour ces principes en livrant un réfugié politique algérien au régime corrompu des militaires (voir ici). L'activiste en question, Slimane Bouhafs, indépendantiste Kabyle et blasphémateur du prophète, risque la torture voire l'exécution. Faisons donc notre deuil d'un président défenseur des droits humains et des libertés individuelles. Saïed bascule progressivement en mode Zaba. Je pense ne pas me tromper en officialisant sur ce blog son nouveau sobriquet  : Zabaïed.  

Mais au-delà de ces questions théoriques, revenons à nos manifestants. Quel message voulait faire passer Zabaïed en réprimant "Manech Msalmin" ? n'est-il pas en train de vouloir confisquer au "peuple" sa rage anti-Ennahdha, cette rage qui, le 25 juillet, a eu raison des locaux du parti islamiste attaqués par la foule en colère. Cette rage grâce à laquelle le "peuple" a fermé les yeux sur son coup d'état ? à quoi joue au juste Zabaïed ? Est-il en train de négocier avec Zaballah sur le dos du "peuple" ? 

Rappelons que "le peuple", comme Allah, sont deux entités métaphysiques dont Saïed prétend parler en leur nom.

31 août 2021

Le syndrome de Carthage

Il y a autant de nettoyage à faire dans les couloirs du palais de Justice, dans les sous-sols du ministère de l'intérieur, que dans les salons feutrés du Palais de Carthage. Car oui ! le château présidentiel semble lui aussi corrompu par de maléfiques esprits et il faudra plus qu'un marabout marocain pour chasser ses mauvaises énergies. De Bourguiba, à Essebsi, en passant par Zaba et Tartour, tous y perdent la tête. Ce phénomène est désigné par le syndrome de Carthage.

Saïed à son tour n'y échappe pas. Il manifeste depuis le 25 Juillet, jour de son héroïque coup d'Etat, ses symptômes les plus préoccupants : L'illusion d'être en connexion directe avec "Allah" et le "Peuple" et de ne plus recourir à l'avis de personne sauf à un cercle rapproché de fidèles laudateurs complètement acquis à sa cause. A cette illusion, se rajoute le délire de persécution et de complot généralisé contre sa personne. 

D'ailleurs "notre" président, ne s'adresse plus directement aux journalistes ni aux citoyens. Il refuse le débat et se contente de monologues énigmatiques qu'il nous adresse depuis le château. Car, que débattre et que discuter avec celui qui prétend incarner la volonté populaire, ou celui qui porte le message de l'ange Gebril ?  

Pardon, je corrige, le président ne s'adresse pas aux citoyens, mais plutôt à UN citoyen. Le président l'a justement convié au palais de carthage hier après-midi (voir ici)... 

speculateurs3

Pardon, je me trompe quand je dis que le président ne sort pas de son château. Faux ! Celui-ci multiplie depuis le 25 Juillet ses visites surprises et surtout ses "descentes" contre les méchants spéculateurs et autres capitalistes qui "affament le peuple" en stockant leur marchandise en période de crise...

speculateurs3

On a bien compris que la Justice est défaillante et qu'il nous faut bien un justicier de l'envergure du président pour redistribuer les richesses et punir les corrompus. Mais qu'attend-il alors, lui l'incarnation de la volonté générale, pour dissoudre la confrérie de Zaballah que le prétendu "Peuple" et lui-même accusent de tous les torts ? Car si le 25 Juillet est bien un coup d'Etat, alors allons-y jusqu'au bout ou alors arrêtons de jouer sur les mots...

frigo

Il y a une étrange sensation que la prolongation du "gel" des activités du parlement et en l'occurrence celle des islamistes, ressemble simplement à une mise au frigo provisoire le temps de négocier un accord qui ne fasse perdre la face à personne.

Troc sur le dos des droits de l'Homme ?

Nous avons tous fermé les yeux, pardonnant, voire soutenant, le coup de force de Saïed. On se consolait au fond de nous-même, en se disant qu'on a évité de peu le scénario égyptien grâce à la relative sauvegarde des Droits de l'Homme. Mais voilà, un mauvais signal vient d'être envoyé par "Zabaïed" : La désormais affaire Slimane Bouhafs. Cet activiste algérien, réfugié en Tunisie pour son soutien à l'indépendance de la Kabylie mais aussi pour son athéisme affiché, vient d'être restitué au régime algérien en échange, semble-t-il, de l'arrestation de Nombril Kakaroui qui se trouvait justement en Algérie. La Tunisie, aura ainsi enfreint les conventions internationales de protection des réfugiés politiques, en livrant un opposant accusé de terrorisme et qui risque la peine de mort dans son pays (voir ici).
Le Syndrome de Carthage vous dis-je !
Alors tenons-nous prêts, bientôt arrivera notre tour...       

Conclusion 

Tout ça pour dire chers amis, qu'il y a une dangereuse dérive autoritaire et que nous devons déjà nous organiser avant qu'il ne soit trop tard. En tirant la sonnette d'alarme, nous ne souhaitons surtout pas réhabiliter l'ordre Zaballahique qui fut une catastrophe et une ruine totale pour le pays. Il s'agit simplement, comme avant et après le 14 Janvier 2011, de défendre un état de droit, une justice indépendante, un respect inconditionnel des Droits de l'Homme, un pluralisme politique et puis surtout perpétuer l'esprit de la Révolution en empéchant quiconque d'en revendiquer le monopole ! 

29 août 2021

Saïed joue les prolongations...

Comme prévu, Saïed prolonge sa "période d'essai". Il s'est pourtant donné un mois après le 25 Juillet pour nous sortir de l'état d'exception. Mais il temporise, nous tient en haleine, fait durer le suspense sans rien dévoiler de sa tactique de jeu. Les tunisiens dans leur majorité l'ont soutenu allègrement dans son "coup de boule". Oui tout le public l'a applaudi quand il a chassé du terrain les deux équipes et l'arbitre avec. Certes, le match était truqué comme très souvent en Tunisie, mais bientôt arrivera à bout la patience de 12 millions de spectateurs. Spectateurs voilà à quoi nous en sommes réduits.   

PROLONGATIONS
Peu de gens mesurent le danger de cette situation, où nous avons accepté de remettre le destin de tout le pays entre les mains d'un seul homme, fût-il le meilleur d'entre nous, le plus habile ou le moins corruptible.

Je me pose aussi cette question : pourquoi ces arrestations d'hommes d'affaire, ces assignations à résidence en veux-tu en voilà, ces visites surprises dans des entrepôts de contrebande alors que notre champion se trouve seul face à un Zaballah démuni ? Qu'attend-il pour tirer droit dans le but et dissoudre la pieuvre responsable de la prétendue corruption généralisée ?  
Que se trame-il dans les vestiaires ?   

PS: Cet article est inspiré d'un statut FB rédigé par Y.Redissi le 24/08/21 que voici : "Kais Saïed joue les prolongations. Pourtant, un mois durant, il était face à un goal complètement vide. Et au lieu de marquer des buts décisifs, il nous a servi un interminable numéro de "passe à passe" avec lui même. De discours creux en accusations gratuites, il n'a toujours pas réussi à transformer l'essai, malgré les encouragements assourdissants d'un public exalté et largement acquis à sa cause. Entre temps, le camp adverse a joué la défensive à la perfection, et se tient déjà prêt pour l'inévitable séance de penalties pour laquelle il dispose d'atouts majeurs, dans le cas où Saïed n'arrive toujours pas à trouver la voie des filets…"

Posté par __z__ à 11:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 août 2021

Saïed se fait désirer

Les Z'amis, qu'on se le dise, le Saïed commence un peu trop à "se la péter". Certes Dame Tunisie s'est jetée dans ses bras quand il a pris les affaires du pays en main le 25 juillet dernier. Quel soulagement que de se faire débarrasser de ce collant de Zaballah et sa clique de mafieux au pouvoir. Elle respire depuis la Tunisie, mais elle découvre jour après jour, que le Saïed est un type étrange, voire inquiétant...    
FEUILLE_DE_ROUTE

Nous sommes à presqu'un mois du "coup de boules" et Saïed Refuse de clarifier sa feuille de route. Pour parer à tous ceux qui critiquent son silence radio et l'opacité de ses intentions, celui-ci ne cesse de jurer devant Allah qu'il est seul au bled à connaître les désires et les fantasmes les plus secrets de Dame Tunisie...Je vous dis, cet homme est vraiment inquiétant...

Plus inquiétant encore, c'est le soutien quasi aveugle dont jouit le président. La haine (justifiée) des islamistes rend souhaitable le retour d'un homme fort capable de tenir le pays. Car c'est l'imaginaire collectif, et non le caricaturiste que je suis, qui voit dans la Tunisie, l'image d'une femme irrationnelle, soumise à ses désires, une traînée dont seul un mâle craignant Allah, pourrait calmer les ardeurs et mettre sur le droit chemin.  

Posté par __z__ à 13:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 août 2021

Mais que fout Saïed ?

Après sa triomphale élection de 2019, Kaïs Saïed a rapidement déçu à cause de ses discours grandiloquents et ses menaces contre les corrompus restées lettres mortes. Il a donné cette image d'un homme isolé, psychorigide, largué dans son palais présidentiel et en totale déconnexion avec la réalité. Lors du débat présidentiel, son adversaire Kakaoui avait presque vu juste en comparant au monde de Disney, le projet politique de Saïed (voir ici)
Mais voilà qu'avec le "coup" du 25 Juillet, Saïed devient Kaïser. Ses discours et ses menaces auxquelles plus personnes ne prêtait plus attention, prirent soudain une toute autre résonnance. Le destin du pays est depuis entre ses mains et le peuple attend tous les jours la fameuse feuille de route. Mais le mystère autour du président demeure entier. Les tunisiens ne savent toujours pas avec qui l'échalas de Carthage, a préparé son fameux "coup" du 25, et avec qui, réfléchit-il à la sortie de l'état d'exception ? Rien ne filtre, rien ne sort, et les tunisiens avant de dormir le soir, se posent la même question : mais que fout Saïed ?        

DISNEY_BLOG

11 août 2021

Arrosez-moi !

Alors que nous subissons de plein fouet les conséquences désastreuses du déréglement climatique (49° à la sebkha!!), alors que le rapport alarmiste du GIEC vient de tomber, il est étonnant de constater que le débat sur le climat, l'air, l'eau et la terre n'est toujours pas à l’ordre du jour. Certes, le temps est à la formation d’un nouveau gouvernement et à la sortie de l’imbroglio politique post 25 juillet. Certes on peut comprendre que le président Kaïs SAIED, dans le secret de ses réunions, soit plus préoccupé par les urgences du moment, que par la question de l’environnement. Mais comment peut-on ignorer ce sujet quand l'apocalypse est à nos portes ?
Pourquoi ne pas saisir cette conjoncture politique exceptionnelle pour déclencher un coup d'Etat écologique ?

arrosage_blog

Mais qu’est ce que je peux être naïf !
Cette intro n’est que diversion. J’y crois pourtant, et je pense que je dois avoir un peu raison de souhaiter mettre l’écologie au coeur de nos débats. Je suis un flamant rose n’oubliez pas. La terre, l’eau, l’air sont sacrés pour un animal de mon espèce. 

Et pourtant je suis devenu malgré moi un pourfendeur d’un autre sacré, Allah. En réalité c'est de "lui" que j'ai envie de parler.
C’est "lui" que j’accuse d’avoir tout phagocyté. Je l’ai compris le jour où une mère jeta devant moi, un pot de yaourt dans une rivière d’eau pure dans la forêt de chênes d’Aïn Drahem (voir ici). Elle expliqua à son rejeton qu’Allah est le patron de la nature. Le sacré s’arrête au seuil d’Allah. Tout le reste, son môme, la rivière ou le pot de yaourt auraient le même statut secondaire. Son fils acquiesça avec la bouche dégoulinante de yaourt "Délice" fabriqué dans les supers usines de Meddeb, lui aussi grand patron à sa manière.

Allah

Je ne déteste pas Allah car je ne peux éprouver un quelconque sentiment à l'égard d'une entité imaginaire. Mais je déteste ce qui a été fait en son nom. Ces propos ne sont pas la conséquence de mon ressentiment suite aux insultes que j’ai reçues hier après publication d’un dessin jugé “blasphématoire”(voir ici). Insultes, dont la véhémence interroge sur le caractère pathologique de la croyance allahique. Non je n'ai pas de ressentiments. Mais la violence communiquée surtout en messages privés, me conforte dans ma malheureuse certitude que quelque chose ne tourne plus rond dans notre société et qu'il faut aussi sérieusement poser la question de notre rapport à Dieu autant que notre rapport à la Nature, surtout dans un contexte d'apocalypse annoncée.

Je pense pourtant que le sacré demeure essentiel pour l’équilibre d’une société. Et c'est parce qu'il a été dévoyé qu'il est urgent de rétablir ses bases. Ce "nihilisme"(dirait Nietzsche) à la sauce allahique, est propagé sous forme d'une idolâtrie crétine, basée sur un livre anachronique, et récupéré par des patrons de pétrole qui en ont fait le plus juteux des business (voir ici). Ils ont infiltré nos débats politiques, nos écoles et nos médias. Je ne parle pas seulement d’islamisme, qui n’est que la partie visible de l’Iceberg. Je parle d'un mécanisme général qui a introduit l’idole jusqu’aux moindres recoins de nos cerveaux. Je le répète, le sacré est nécessaire, il est devant nous, partout. La nature dans sa sublime beauté en offre les preuves suffisantes.

Mais Allah est une sacrée diversion qui égare notre vision.
Sortons de la caverne !   

Ou alors convertissez-vous au Boukornisme !

لا بوكرنين الاّ بوكرنين، ولا سبخة الاّ السّبخة

Posté par __z__ à 15:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 août 2021

Kaïs ça aide !

Avant que Saïed ne transforme le pays en dictature, avant que ses beaux frères ne s'emparent de l'économie et qu'Ammar 404 reprenne du service, je tiens durant cette courte parenthèse enchantée, à faire partie de ses plus fervents laudateurs quitte à me faire taxer plus tard de collabo. En effet, rien que pour cet exploit mondial, ce 8 août 2021 où ont été vaccinées plus d'un demi million de personnes en une journée, on peut dire tout ce que l'on voudra, mais notre président vient de réaliser d'une pierre deux coups d'État : contre Covid et contre Zaballah. 
Rappelez-vous, la honte, le scandale, de cette horrible campagne de vaccination du 20 juillet dernier (voir ici).     

SINOVAC1

Il est essentiel que Méchichi et son gouvernement (sous la guidance de Zaballah) soient jugés pour ce cafouillage monumental, ce crime à grande échelle, qu'ils ont consciemment organisé. Avouez chers amis, que si Allah devait vraiment exister, c'est sous le règne des islamistes qu'il a été le plus absent...  

SINOVAC2

03 août 2021

Moussi au chevet de Ghannouchi

Après le coup de boules du 25 Juillet, la zaballahie est au plus bas. Ghannouchi, chef de la confrérie, est affaibli politiquement mais aussi physiquement. Victime d'un malaise, il vient d'être hospitalisé.

Les tunisiens dans leur grande majorité, n'arrivent plus à cacher leur joie. Pour eux, Zaballah est la source de tous leurs malheurs. Même les islamistes prennent leurs distances avec leur chef qu'ils accusent d'avoir fait échouer leur projet politique. 
Cependant, existent encore de rares fidèles à Zaballah...
MOUSSI_GHANNOUCHI

Posté par __z__ à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 juillet 2021

Saïedomania

On sait combien notre bourgeoisie tunisienne, est disposée à pactiser avec la dictature ou la mafia (ou les deux à la fois) au nom de sa lutte contre Zaballah. Rappelez-vous chers amis, quand Olfa Youssef, (l'idéologue des Ben Simpsons) prenait la défense du mafieux Karoui contre Saied en 2019. A l'époque les Ben Simpsons le soupçonnaient d'être un crypto-islamiste (Lire mon article "Saïedologie" ici)

C'est très jouissif de voir la même Olfa Youssef après le 25 Juillet, devenir une groupie de ce dernier. Dans une lettre ouverte signée avec d'autres "intellos" de son espèce, elle ose exprimer son soutien au président au nom de la lutte contre (tenez-vous bien !) la corruption. Jouant la citoyenne vigilante, l'ex-laudatrice du bénalisme prévient contre le risque de dérive autoritaire. 

Elle qui avait participé a répandre à l'international, l'image d'un Saïed crypto-salafiste et ultraconservateur durant les élections de 2019, voilà que dans cette lettre elle prie les médias étrangers de ne plus se mêler de nos affaires internes.  
Si vous voulez rigoler un bon coup, jetez un coup d'œil sur la lettre en question ici

BEN_SIMPSON_SAIED_2

Bref, nos Ben Simpsons ne sont plus à une incohérence près. Prions juste que Boukornine protège Saïed de la poisse qu'ils apportent à tout ce qu'ils touchent...    

26 juillet 2021

Cheikh et mat !

Coup d'état, révolution bis, ou simple manoeuvre politique, ce 25 Juillet 2021 est entré incontestablement dans l'Histoire... 

Echecs

Abir t'es où ?

25 juillet 2021

Le variant Méchichi

Rappelons simplement chers amis, que le variant Méchichi n'est qu'une souche parmi tant d'autres du Zaballahvirus. 10 ans que cette pandémie prospère dans notre pays, et l'issue de cette crise sanitaire semble toujours incertaine. La Tunisie fatigue de plus en plus, et la population en arrive à souhaiter le dégagement de tout le parlement considéré comme le véritable cluster de l'épidémie. Entre le variant Kakaroui, Makhlouf, Affes, Moussi et tutti quanti, le peuple tout entier souhaite aujourd'hui le démantèlement du Bardo, devenu un véritable marché asiatique où le croisement d'espèces sauvages rend propice l'émergence de souches aussi improbables que dangereuses, les unes que les autres.  

Mais alors, ce 25 juillet 2021, jour de fête nationale, 8ième anniversaire du triste assassinat de Mohamed Brahmi, 2ième anniversaire du décès d'Essebsi, mais aussi premier anniversaire de l'apparition du variant Méchichi, marquera-t-il l'histoire ? Partout s'organisent des marches de protestations, défiant Corona et Zaballahvirus. Les locaux d'Ennahdha sont visées par des manifestants, à Gafsa, Tozeur, Sousse...

Depuis hier le ministère de l'intérieur applique soudain les restrictions sanitaires bloquant les accès aux grandes villes. Zaballahvirus panique. Verrons-nous aujourd'hui cette colère populaire se transformer en Pfizer national contre la pandémie ? 

25JUILLET

Révolution ou pas, ce 25 Juillet entrera dans l'histoire grâce au jeune nageur tunisien Ayoub Hafnaoui, qui vient de décrocher la médaille d'or aux jeux olympiques de Tokyo. 

22 juillet 2021

Le pèlerinage vaccinal

Grâce à notre mollusque de la Kasbah et les lumières qui œuvrent avec lui au gouvernement, la Tunisie continue à creuser plus profond dans la sebkha de la bêtise. Alors que la situation sanitaire s'aggrave jour après jour, le ministère de la Santé a lancé mardi 20 juillet, un pèlerinage vaccinal ouvert à tous les adultes. Cela tombe bien, c'est en plus la saison du Hadj à la Mecque ! Seul problème, rien n'a été planifié, l'événement à été carrément annoncé deux jours auparavant. 

Résultat: des foules désespérées ont envahi les centres de vaccination provocant des bousculades et des scènes de violence (voir ici). Les centres en question, n'ont tout simplement pas eu le temps de se préparer à un tel afflux et les doses n'étaient pas suffisamment disponibles. Pire encore, le ministère de l'intérieur aurait refusé de sécuriser les 29 centres dédiés *, ce qui aurait provoqué les attroupements et donc... de nouvelles contaminations.
 SINOVAC

Cette opération, qui devait se poursuivre le mercredi 21 juillet, a été suspendue. Le ministre de la santé a été limogé (voir ici). Quant à ce criminel de Méchichi, tout comme le virus, il court toujours !

* IWatch vient de publier un courrier envoyé par le ministère de la santé, réclamant la sécurisation des centres de vaccinations. Ce courrier est resté sans réponse. Ce document fuité, contredit la version de Méchichi qui a limogé son ministre de la santé sous prétexte que ce dernier ne l'aurait pas informé de la tenue des journées "portes ouvertes".