DEBATunisie

01 novembre 2017

Complot Contre Islam

Encore une fois, l'Islam est victime de diaboliques machinations. L'un de ses plus illustres représentants, Tariq Ramadan, brillant prédicateur connu dans toute l'Europe, est visé par plusieurs plaintes pour agression sexuelle.

TARIQ-RAMADAN

Bien sûr, il s'agit là d'un autre coup des sionistes. S'ils ont fait tomber l'un des leurs, Weinstein, c'est seulement pour mieux camoufler leur diablerie contre Ramadan...(j'ai lu ça quelque part sur un des nombreux forums de fans de Saint Tariq) 

Posté par __z__ à 17:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27 octobre 2017

Banalisation du Benalisme

Il y a à peine un mois, L'Etat tunisien s'engage avec la Banque mondiale pour un projet de 60 millions de dollars destiné à lutter contre le chômage des jeunes (voir ici). Depuis Ben Ali, l'état multiplie ces accords fantômes et les jeunes continuent à affluer par milliers sur les côtes italiennes dans des débarquements fantômes. Le 8 Octobre un bateau militaire tunisien percuta une embarcation de 70 migrants aux larges de l'île de Kerkenah (voir ici). Un dernier bilan fait état de huit morts et plusieurs disparus...  

MORT

A part la vitrine démocratique et la liberté d'expression acquise, on peut dire que Ben Ali n'est jamais vraiment parti. La corruption et le chômage demeurent. Puis surtout, se reconstruit sous nos yeux, cette énorme citadelle qui sépare le pouvoir de ses administrés. Certes nous avons le droit d'aboyer, mais avec la lassitude et la déception générale, nos voix deviennent inaudibles. 
La meilleure illustration du retour du Benalisme se traduit par la remise au goût du jour de ses symboles. Je ne parle pas ici des figures mauves revenues depuis longtemps sur la scène politique. On s'en est presque habitué. Je parle ici de L'architecture mauve qui se manifeste magistralement par la Cité de la Culture, laquelle ouvrira bientôt ses portes (voir ici).      

CITE-DE-LA-CULTURE

Ce projet pharaonique commencé par Ben Ali en 2003 était à l'image de la médiocrité du dictateur: énorme par sa monumentalité et minuscule par son esprit. Ce bâtiment résume à lui seul le drame du monde arabe, où l'on embarque les architectes, les artistes, les maçons et les ingénieurs dans un projet qui ruine le budget de l'Etat, pour satisfaire les caprices d'un despote mal éclairé, sans goût et sans culture. Tout un système s'est mis en place où constructeurs, fonctionnaires et gens de la culture se sont goinfrés en bandes organisées pour nous vomir un bâtiment resté inachevé. La Révolution a eu raison de cette bêtise monumentale mais l'oeil de Ben Ali du haut de sa boule, a continué à nous guetter durant le tumulte révolutionnaire.
Mais voilà, le chantier a repris sous Essebsi et sous la conduite du ministre de la culture, le mauveux Mohamed Zine El Abidine. Ce dernier fait partie de ces figures intellectuelles politisées (tel que Mezri Haddad) qui ont bradé leurs chaires universitaires pour des sièges au pouvoir. Comme le relève cet article de Nawaat, l'actuel ministre de la culture a fait l'objet de nombreuses critiques lors de sa nomination en août 2016. Dans une pétition à charge, des artistes rappelaient justement son activisme mauve, et sa flagornerie pour Ben Ali (voir ici)...
Bref, la Cité de la Culture marque le ratage complet du volet culturel de la Révolution. Rien de nouveau à l'horizon quand on sait déjà entre quelles mains est tombée cette dite Révolution..

cimetiere

11 octobre 2017

Le Cours, le Cœur et le Corps

Le président Essebsi, en visite officielle à Sousse la semaine dernière, a réveillé toutes les cellules dormantes de la flagornerie nationale. Ils étaient tous là au Rendez-vous pour lui offrir un accueil digne d'un vrai Ben Ali. Comme au Mauve-vieux temps, on a mobilisé les écoliers pour venir applaudir sa Majesté...

CLASSE

Des voix se sont élevées ici et là pour condamner le retour de ces pratiques humiliantes. Mais heureusement que Bajbouj peut compter sur une presse aussi bête que servile qui s'étonne que certains "révolutionistes" s'indignent alors qu'aucun élève "ne semblait embarrassé, ou dépité de devoir attendre le cortège présidentiel", observe ce très perspicace journaliste (voir ici). L'auteur de cet article a du se reconnaître dans cette jeunesse dressée à applaudir. 

Quoi de neuf docteur ?

Notre ministre de la santé, Slim Chaker, meurt d'une crise cardiaque après avoir participé à un marathon organisé au profit d'une association de lutte contre le cancer (voir ici). Que Boukornine ait pitié de son âme. Tout le monde est unanime, le président, les ministres, les médecins et tous les Ben Simpsons de Sousse à La Marsa : Le ministre est un homme exceptionnel et il n'est nullement victime des défaillances du système médical...dont-il est le patron. 

CHAKER

Un blogueur qui s'est avisé d'un commentaire acerbe contre le ministre*, se retrouve aujourd'hui dans le collimateur de la police. Ce blogueur n'est autre que Sleh Dine Kchouk, président du parti pirate tunisien. Réfugié en France, ce dernier dénonce une cabale menée contre sa famille. Ainsi, raconte-t-il :"Menacé par des matraques brandies sous ses yeux rongés par le diabète, mon père s'est vu sommer de répondre de mes activités politiques desquelles il est extérieur. En effet, contrairement à Monsieur Caid Essebsi, Président de la République actuellement en place, nous ne faisons pas de politique en clan familial, et je reste seul responsable de mes positions". ( lire cet article et le droit de réponse du blogueur publié en commentaire) 
Bref, je devrais rajouter les ministres décédés, dans ma liste des figures sacrées, après Allah et son prophète.

Le bisou

Comme nous l'observons depuis quelque temps, le régime policier se reconstitue progressivement. Parmi ses derniers faits d'armes, citons la désormais internationale "affaire du bisou": Le 5 Octobre, un Franco-Algérien et une Tunisienne, sont arrêtés à Tunis pour atteinte à la pudeur. Ils se seraient embrassés sur la voie publique (voir ici).

BISOU

Cette histoire de "bisou", n'est que la partie émergeante d'un Iceberg plongé dans les profondeurs des marécages troubles de notre culture, où se mélangent les poisons de la religion, de la flicaille, d'une justice aux ordres et du voyeurisme malsain d'une société frustrée sexuellement...
Tout commence à l'école, nous y reviendrons dans un prochain post... 

* Les propos du blogueur Sleh Dine Kchok : "Chaker a vécu en vendu et il est mort en vendu. La dernière fois qu'il fut interrogé sur le développement du système de santé et l'acquisition de nouveaux équipements médicaux, il avait exprimé son refus au prétexte que le pays n'en manquait pas. Puis tourne le destin et tombe Slim Chaker recevant les secours juste après sa mort. La Justice divine est la solution. Le même sort attendra Essebsi et Ghannouchi..." (Lu sur FB et traduit de l'arabe) 

Posté par __z__ à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 septembre 2017

Footballah

C'est au palais de Carthage, dans le grand salon de réception, devant les caméras de télévision, que notre président de la République accueille en chef d'État, le patron de l'Espérance Sportive de Tunis. Ce dernier, Hamdi Meddeb, menace de démissionner malgré l'insistance des supporters du club (voir ici). Notre président garant des grands équilibres vitaux du pays, l'a exhorté de garder son poste. Dans une Tunisie où Allah offre souvent la seule réponse au vide existentiel, nos dirigeants savent combien le Foot fait office de seconde religion...   

Footballah

Notre jeunesse tunisienne n'a jamais été entre de si bonnes mains...  

Posté par __z__ à 01:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

22 septembre 2017

Essebsi le Coran-pue

Dans la série des bajboujeries, nous apprenons aujourd'hui le désarroi de Borhen Bsaies (ancien mauvologue, actuel porte-parole du parti du président) qui s'inquiète du probable faible taux de participation dans les prochaines élections municipales (voir ici). Il appelle les partis à se mobiliser pour que le citoyen retrouve confiance dans sa classe politique. Borhen Bsaies est pourtant bien placé pour savoir que cette confiance est inversement proportionnelle à l'apparition de sa gueule à la télé. Je lui propose gentiment de reprendre ses pantoufles du 14 Janvier 2011 et de se contenter de cultiver ses tomates à Grombalia. Cela augmenterait à coup sûr de 20% le taux de participation aux prochaines élections municipales. Si élections il y a...

Report des élections municipales

Ces fameuses élections qu'on attendait depuis la révolution, viennent donc d'être retardées à cause d'arrangements occultes entre partis et ce dans le mépris total du citoyen, qui subit depuis la chute de la dictature, l'absence quasi totale de services municipaux. Le parti du président et ses alliés d'Ennahdha, n'ont pas réussi à respecter le délai prévu car : comme le dit si bien l'ami Sadri khiari, " quand on ne peut pas truquer un match, on l'annule" (lire son article sur Nawaat).
Toutes ces choses ajoutées les unes aux autres, finissent par saper entièrement la confiance de la population envers ses dirigeants. Ce divorce a été déjà officialisé la semaine dernière en faisant voter la loi dite, de la "Réconciliation nationale". La manière dont a été votée cette loi (qui amnistie les anciens fonctionnaires corrompus de Zaba) a révélé le jeu de compromissions entre le palais, les partis et les députés. Super Jo, chef de l'exécutif, super-héros de la prétendue lutte anti-corruption, n'a qu'à repasser ses collants...
Et comme à l'époque de la dictature, le régime tente à chaque mesure impopulaire, de redorer son blason en faisant diversion par une loi carte-postale. C'est dans ce contexte donc, que le président Essebsi annonce en grande pompe l'abolition d'une circulaire* interdisant aux femmes tunisiennes d'épouser des non-musulmans (voir ici)

CIRCULAIRE216

Soyons heureux que soit enfin terminée cette comédie de conversion à l'Islam, jouée depuis 40 ans par un mufti et sa bande de non-circoncis. Cette pièce de théâtre de mauvais goût, coécrite par le ministère des affaires religieuses et la police, a été fabriquée pour contourner la circulaire et permettre aux tunisiennes d'épouser des non-musulmans. Cette mascarade aura trop duré. Nous en sommes à nous réjouir de l'abolition de l'absurde. En plus de tout ça, ces petites "avancées" ont un petit goût amer car elles sont le produit d'un marchandage politique. Puis surtout, elles demeurent purement cosmétiques dans un contexte où l'Islam est religion d'Etat (article numéro un de la constitution). Aucune liberté ne peut donc être totalement garantie quand le Coran -ultime référence- nous pend au nez.

Encore le Coran !

Ce n'est pas moi qui fais mauvais usage du sacré, mais c'est bien notre président qui use du Coran à tout bout de champ. Un verset par-ci un verset par-là, au gré des circonstances. Sa relation obsessionnelle au Coran résume parfaitement la fonction même de ce texte tel qu'il a été conçu par le prophète lui-même il y a 14 siècles de cela : Une arme politique. Si Mohamed  (que Boukornine et la sainte Sebkha le bénissent) avait au moins le génie de rédiger lui-même ses circulaires, Essebsi demeure un piètre suiveur acculé à réciter l'oeuvre du maître. C'est ainsi que dans la dernière interview qu'il donna à la télévision (voir ici), quand le journaliste Sofiane Ben Farhad l'interrogea sur les critiques et les accusations dont il est objet, sa réponse il la trouva dans le texte sacré ** 

FASIQUINS

Convertissez-vous vite au Boukornisme, c'est ici !
لا بوكرنين الاّ بوكرنين، ولا سبخة الاّ السّبخة

Une circulaire est un document interne aux administrations publiques qui permet d'appliquer des textes de lois. Elle n'a aucune valeur juridique en soi. La circulaire 216, a été mise en application en 1973. D'après des informations à vérifier, cette circulaire est le produit de l'arbitraire du ministre Mohamed Sayah qui -fort de son infulence sur Bourguiba- réussit à imposer le texte pour empêcher sa fille d'épouser son petit copain français (Jean Michel ?).  

** Verset de la Sourate Al Hujurat: "Ô vous qui avez cru! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair [de crainte] que par inadvertance vous ne portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par la suite ce que vous avez fait"

14 septembre 2017

Réconciliation avec la dictature ?

Chers amis, nous pouvons désormais déclarer officiellement notre retour dans la résistance. En ce mois de Septembre, il y a les écoliers, mais aussi la dictature qui fait sa rentrée. Le spectacle se déroule par étapes sous nos yeux hébétés: 

-Tout commença par le remaniement ministériel dans lequel notre premier soumis-nistre, nomme sur ordre d'Essebsi, d'anciennes hideuses figures du mauve dans son nouveau gouvernement.
 

-Ensuite, la candidature de Hafedh Caid Essebsi au poste de député de la circonscription d'Allemagne. Fils du président, Ce kakateux personnage incarne le retour flagrant du népotisme. Après avoir été parachuté chef du parti de papa, il continue à vouloir s'imposer dans toutes les affaires de l'Etat et ce pour la simple raison qu'il fut le résultat d'une fortuite éjaculation de notre président à l'intérieur de son épouse...

-En filigrane se multiplient les intimidations et violences contre les activistes (le cas de Afra Ben Azza), ou encore l'expulsion de figures qui dérangent, comme sous Ben Ali : citons le cas du journaliste français Jermestar (voir ici), ou encore l'expulsion récente de Moulay Hichem, le dit prince rouge, cousin dissident du roi du Maroc. La présidence, bien sûr comme au mauve-vieux temps, nie toute implication et répond par ses larbins telle que cette vendue de Saida Garrache qui nous tint à peu près ce langage : «l’expulsion a été effectuée selon des procédures administratives automatiques, sans consultation des responsables, ce que nous regrettons» (voir ici). Re-Bonjour la langue de bois ! 

-Puis cerise sur le gâteau, le parlement vote enfin la loi controversée dite de la Réconciliation nationale (voir le texte de loi ici). Après d'âpres luttes, le président réussit enfin son coup de pute : blanchir légalement l'administration corrompue au nom de "l'appaisement du climat de l'admnistration et le renforcement de la confiance envers les institutions" (tel que mentionné dans les objectifs du texte de loi). Grâce à l'alliance sacrée avec les islamistes, l'assemblée vota à la majorité absolue, ce 13 Septembre 2017, l'adoption d'une loi qui passe l'éponge sur un demi-siècle de pratiques mafieuses et ce au nom de l'apaisement et du renforcement de la confiance !

Mes amis, ce n'est pas la confiance du citoyen envers ses institutions dont il est question ici. il s'agit plutôt de la confiance des institutions à continuer la nique du bien public en toute impunité. C'est bien de cela qu'il s'agit. C'est ce chantage qui est à l'oeuvre. Chantage de la "machine administrative" qui offre les pleins pouvoirs au président en échange de son impunité et de sa voracité.
Comme cela a toujours si bien fonctionné, sous Zaba par exemple...    

DAVINCI

Je ne sais pas si ce 13 Septembre marque le premier pas vers la réhabilitation définitive de la dictature. Méfions-nous de nos emportements et de nos surenchères qui par leur répétition finissent par rendre inaudibles nos indignations. Mais soyons convaincus d'une chose : Nous sommes pris en otage par une génération d'hommes médiocres qui sans la force des armes, ne quitteront jamais le pouvoir. Mais n'aimant pas le sang, ni la violence, je ne vois de possible issue que par le chemin d'une nouvelle religion : Mes amis, notre salut est entre les mains de la Sebkha. Boukornisez-vous ici !

لا بوكرنين الاّ بوكرنين، ولا سبخة الاّ السّبخة

09 septembre 2017

La Sebkha vote Wiiiw !

On ne compte plus les remaniements ministériels depuis la Révolution. Un tout dernier vient d'avoir lieu tout récemment. Super Jo, nous a dévoilé ce 6 Septembre la liste complète de son nouveau gouvernement. Le casting, aux dires de certains observateurs, pue le mauve, le vieux et le recyclé (voir ici). On reconnaît la patte et le goût d'Essebsi derrière cette sélection d'équipe de choc (schnocks). Notre président, toujours aussi loyal envers sa caste et sa famille, demeure un piètre homme d'Etat capable de mettre à la tête du ministère de l'éducation, un certain Hatem Ben Salem. Pour ceux qui ont la mémoire courte, je reprends ici la piqûre de rappel de notre amie Amira Yahyaoui à propos de ce sombre personnage:

"[...] Contrairement à ce que beaucoup prétendent, la majorité de la diplomatie tunisienne a su garder ses distances avec ce régime en jouant brillamment la carte de la neutralité. Ils ont représenté la Tunisie, la patrie et non Ben Ali et sa famille. D'autres, les serviteurs volontaires, comme le décrit si bien Etienne de La Boétie, étaient atteint de lèche chronique. Ils ne l'ont pas fait par obligation, ils l'ont fait par choix. Aujourd'hui une des plus grandes pourritures, Hatem Ben Salem, a été nommée ministre de l'éducation nationale. Comme si nos enfants ne souffraient pas assez d'un système vieux, mafieux, sale. Youssef Chahed en nommant Hatem Ben Salem ministre de l'éducation nationale tue le peu d'espoir qui pouvait subsister"

Allo papa !

Suite au remaniement, le député de la circonscription d'allemagne a laissé vacant son siège parlementaire en se faisant promouvoir secrétaire d'Etat. La loi exige dans ce cas de figure, l'organisation d'élections partielles dans les 90 jours. Mais le clan du président a trouvé la parade. C'est par la voix du mauveux, Borhène Bsaies conseiller politique du parti présidentiel, que les tunisiens ont appris que le fils à Papa est candidat d'office. Hafedh Essebsi, proclamé chef du parti par papa, pourrait donc se retrouver député d'ici trois mois (voir ici). Ce personnage antipathique, symbole de l'union sacrée de l'arrivisme et du népotisme, provoque chez les tunisiens le même sentiment de mépris qu'ils avaient envers les Trabelsi.
Quant à Béji Caïd Essebsi, "bourguibisé" depuis sa promesse d'égalité successorale Homme/femme, il entend imposer son rejeton dans l'arène politique. Et ce quel qu'en soit le prix... 

Couches

Scheisse !

Heureusement que les tunisiens d'Allemagne ne se laisseront pas faire. A l'annonce de la candidature du fils à Papa, internet a déjà voté pour la candidature de Rabye Bouden (voir ici). Ce tunisien résident en Allemagne est connu pour ses vidéos Facebook surréalistes. Il s'est imposé comme le gourou de la joie de vivre, des poules, de la bonne bouffe et de la bière. Philosophe proche du courant Jalel-Brickien, Bouden est le théoricien du "Wiiiw" et agitateur politique de premier plan. Angela Merkel et Martin Schultz, eux aussi candidats aux législatives, ne se doutent pas des possibles ravages de l'Ouragan Wiiiw...
Alors amis tunisiens en Germanie, pour barrer la route à la Bajboujie et dire non au népotisme, votez sans hésiter: Wiiiw !  

BOUDEN

03 septembre 2017

Municipales 2017

Cher amis, parions que les débats autour des très prochaines élections municipales (1), ne traiteront, ni d'espace public, ni d'urbanisme, ni d'architecture, ni d'impôts locaux, ni de trottoirs, ni de gestions des déchets, ni d'équipements municipaux, ni de logements sociaux. Vous verrez mes amis, que l'on assistera encore une fois à une compétition de bergers dans une foire aux moutons. Compétition dans laquelle, sans nul doute, nos amis d'ennahdha, professionnels en gestion de bétail, sortiront vainqueurs. J'ouvre à cet effet une parenthèse d'inspiration NietZschéenne :

La gestion des foules

La gestion des foules nécessite une idole, une croyance, une illusion. Là où cesse l'idole, c'est là que commence l'Homme, là commence le chant (2). La Nation, le drapeau, l'Etat ou même le ballon, sont des instruments de fabrication de foules. Mais La religion demeure l'outil le plus efficace en la matière. 
Dans notre contrée tunisienne l'homme chante peu, il ne lit pas, et son sexe est ratatiné. Il ne se battra que pour l'honneur de son clan, de son ballon ou de sa religion (Allah). Des siècles de traditions aux origines obscures (Islam) mélangées à des structure économiques aliénantes (capitalisme) ont tué l'homme qui chante. Il naît enfant curieux du monde, mais devient mouton membre d'un large troupeau de croyants. Cette métamorphose s'opère dans la famille, l'école, la rue, le bureau, l'usine ou le champ. Toute l'humanité et ce depuis la nuit des temps, étouffe l'enfant. Mais dans certaines contrées plus que dans d'autres, en Tunisie par exemple et dans le monde musulman par extension, l'enfant meurt souvent très tôt et l'homme libre n'émerge pas.

Mais existe ceux que l'on appelle les artistes, les écrivains. Des gens qui emmerdent le berger et son troupeau. Ce sont des provocateurs et des poètes, bref des hommes enfants. Mais c'est sacrément bien foutu le troupeau "musulman", que le plus docile des moutons, se transforme en chien enragé prêt à mordre qui ose railler son Dieu. Alors le poète évite souvent de fâcher la bête, il se cache, ou il s'exile et finit par mourir en silence enterré parmi les moutons. 

Et puis existent les chiens de garde, politiques, experts ou analystes. Ce sont les plus nombreux. Vous les connaissez ces analystes? Moi je les connais. Ce sont des gens très instruits. Ce ne sont pas des enfants. Ils ont réussi à décortiquer le troupeau et comprendre pourquoi le troupeau est troupeau. Les problèmes de nos sociétés, selon eux, c'est la "mentalité"(3), la corruption, la colonisation, l'occident et le capitalisme (4). Ils sont certes lucides sur ces point mais ils omettent toujours d'accuser l'idole. Ils ne manquent jamais d'arguments pour expliquer comment et pourquoi l'on a déformé, mal interprété, travesti l'idole, mais par Allah ! surtout ne jamais remettre en cause le rôle de l'idole. Eux savent, que sans idole, pas de troupeau. Les analystes ont besoin du troupeau. Les analystes croient au troupeau plus qu'ils ne croient à l'idole. Ils appellent ça le peuple, la oumma ou la culture. Les analystes se rêvent en bergers et même s'ils ne croient pas en l'Idole, connaissent son pouvoir sur les foules...   

MUNICIPALES
(Le parti islamiste démarre avant tout le monde sa campagne électorale des municipales de Décembre 2017. Par sa capacité à mobiliser les foules, Ennahdha est déjà donné vainqueur par tous les analystes de la scène, voir ici. Le dessin ci-dessus est repris d'un autre article du blog, voir ici

(1) Les inscriptions pour les élections municipales ont commencé le 19 juin et se sont terminées le 10 août 2017. Les élections auront lieu le 17 décembre 2017. Il s'agira des premières municipales depuis la chute du régime Ben Ali. 

(2) Passage inspiré du chapitre "de la nouvelle idole", ("Ainsi Parlait Zarathoustra" de Nietzsche) où l'on lit ceci: [...] Là où cesse l'Etat, c'est là que commence l'homme, celui qui n'est pas superflu : là commence le chant de ce qui est nécessaire, la mélodie unique et irremplaçable. Là où cesse l'Etat, - regardez donc, mes frères ! Ne le voyez-vous pas, l'arc en ciel et les ponts du surhumain ?"

(3) Mentalité : Principe Fourre-tout, par lequel nos élites expliquent et essentialisent le sous-développement de nos sociétés. Cet article par exemple ( voir ici ) illustre parfaitement ce point de vue. Nos analystes ne veulent pas voir que le dérèglement de l'espace public (l'article traite de l'incivisme) est d'abord causé par l'absence quasi générale de conscience collective sur la notion d'espace public, aussi bien de la part des gouvernants que des gouvernés. Cette absence, selon mon point de vue, je l'explique par la supériorité symbolique de l'idole religieux. Cet idole vampirise tout. Même la conscience nationale forgée par l'indépendance, supporte mal le poids de siècles de conscience religieuse. La conscience d'espace public crée des citoyens, quand l'idole crée du troupeau (l'image du pèlerinage à la Mecque est une parfaite caricature du troupeau). Affirmons ceci : l
'espace public est incompatible avec la conscience du troupeau. L'espace public ne fonctionne que par l'articulation du collectif (impôts) avec l'individuel. Il doit en ce sens assurer l'affirmation d'individus différenciés évoluant dans l'espace (esthétique corporelle, liberté vestimentaire) et un soin particulier de l'architecture, cadre et décor du théâtre social. Le troupeau, lui, n'a pas besoin d'espace public, il n'a pas besoin d'individus. Il chie sur l'herbe qu'il mange, le mouton fumant son fumier, l'âne crottant son crottin et le boeuf bousant sa bouse. Tous se détestent les uns les autres, seul l'idole importe, élevé en totem dominant le pré.

(4) Capitalisme : concept large qui désigne dans notre cas une élite souvent issue des zones côtières, contrôlant les secteurs vitaux de l'économie. Cette élite préserve ses privilèges grâce à sa main-mise sur tous les rouages du pouvoir et sur les médias. Cette élite profite indirectement de l'ordre économique inégalitaire -elle le désire- et participe à la corruption et à l'évasion fiscale. Cette élite rachète sa mauvaise conscience par une ostentatoire vénération de l'idole. L'exemple d'un Slim Riahi, miliardaire à la fortune suspecte, est une illustration parfaite de ceci. Tout récement il vient d'exhiber sur Facebook les photos de son rejeton égorgeant le mouton et commentant lui-même la vidéo en ces termes :« tout comme mon père a tenu à m’inculquer les principes du prophète dans leurs moindres détails, je tiens à les transmettre à mes enfants afin que ces principes restent vivants et gravés dans l'esprit de nos enfants »(voir ici)

31 août 2017

Enfin toute la vérité sur _Z_ !

Le 28 août 2007 est né le blog Debatunisie. Après 10 longues années, il est peut être temps, chers amis, de vous dévoiler ma véritable identité. Mais avant cela, je dois vous faire quelques aveux : 
D'abord, je dois tout à Ben Ali. C'est grâce à lui que je suis devenu une cyber-star masquée, défiant la censure d'Ammar 404. Ensuite, en tant que cyber-collabo, je dois mon financement à la CIA, comme le démontrent les très sérieuses études de notre grand intellectuel national Mezri Haddad et tous les mauves aigris (ou les mauvais gris).

La Révolution a donc été une véritable catastrophe pour mon blog. Les deux, ZABA et la CIA, m'ont lâché le même jour: un maudit 14 Janvier 2011. Mais ce n'est pas cette dite Révolution qui a véritablement affecté Debatunisie. C'est Facebook: quand j'ai commencé mon aventure de cyberdissident, je comptais autour de moi seulement une dizaine de compagnons *. A cause de Zuckerberg, je me suis retrouvé berger de 70 000 moutons. Alors je me suis vu prophète et j'ai inventé une nouvelle religion (Boukornisme). J'ai cédé à la facilité de Facebook en délaissant mon blog. Je suis tombé dans la superficialité et dans le superflu. Mais Facebook, en réalité, n'est que le énième nom du démon de la vanité. J'en ai vu de mes camarades d'hier se perdre comme moi dans cette vanité, dans l'orgueil et la fatuité. Surtout après la Révolution et toute la fabrique de cyber-stars qui a suivi. La vanité est le pire poison...Vanitas vanitatum, omnia vanitas!

Alors pour me souhaiter un joyeux anniversaire, désabonnez-vous immédiatement de ma page FB, Signalez-la, puis abonnez-vous en toute urgence à la Newsletter de debatunisie.com, en bas et à droite de cette page. 

Le Flamant et la Sebkha

Ce blog est né à la Sebkha. Il est son poste d'observation. Il a vu le jour quand Zaba et sa bande d'Emirs ont voulu investir le lac sud de Tunis par un mégaprojet appelé à l'époque : Cité du Siècle (rebaptisé par la suite, Sama Dubaï). Debatunisie s'est alors imposé comme porte-parole des flamants roses...

MANIFLAMANTS

(Dessin paru en Mars 2008 ici )

Les annonces de mégaprojets se sont multipiliées et La presse (porte-parole de la dictature) ne cessait de vanter les mérites de ces paradis de luxe. Puis la crise économique frappa d'un coup fatal l'appétit des prédateurs immobiliers...Pour le grand bonheur des flamants roses...

stValentin

(Dessin paru en Février 2009 ici)

Mais avec la Révolution de 2011 de nouveaux acteurs sont revenus sur la scène, notamment les Qataris alliés des islamistes. C'est ainsi qu'un an après le départ de Zaba, Zaballah propose à ses copains du Qatar de reprendre le terrain (Voir ici):

samadubaighannouchi
(Dessin paru en Novembre 2011 ici)

Puis Zaballah est parti après sa défaite électorale et son mégaprojet avec. Mais la Sebkha est restée une cible prisée par les milliardaires désireux d'acheter à bas coût des hectares de marécages situés dans les zones stratégiques de la métropole de Tunis. Les flamants roses savent depuis, que leur répit n'est que de courte durée. C'est ainsi que tout récemment, Super Jo, notre chef de Gouvernement, vient de lancer le coup d'envoi du "Port financier". Cet énième mégaprojet ressorti des archives mauves, nous est présenté par les médias -tout aussi stupides que sous Zaba- comme le nouvel Eldorado: méga-complexe commercial, hôtels cinq étoiles, port de plaisance pour yachts, un terrain de golf 18 trous (voir ici)... Prenant les gens pour des amnésiques, ils nous rejouent la même pièce de théâtre.
Cette parenthèse sur les mégaprojets, c'est seulement pour vous dire mes amis, qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil. L'avènement de la "démocratie" n'a rien changé ni à l'opacité des contrats, ni à la vision tiers-mondiste inhérente à ces projets. Notre élite au pouvoir ne sait canaliser les capitaux que vers le luxe, le bling bling et la consommation de masse. Un vértiable gâchis dans un pays qui manque cruellement d'infrastructure, d'équipements publics, d'universités, de Lycées, de collèges, d'écoles, de musées, de cinémas et de théâtres. Un terrible gâchis quand les banquiers se substituent aux architectes.

Mais j'entends en moi une voix Ben Simpsonnienne qui me dit : Stupide Gaucho de merde ! ce ne sont pas tes salles de théâtres et tes galeries d'art qui nous feront gagner de l'argent ! ce ne sont pas tes universités et tes cinémas qui feront bosser nos gueux et nos bouzeux qui de toute façon n'y comprennent rien à ta culture de PD de merde !

Les Ben Simpsons 

Pour ceux qui ne les connaissant pas encore, les Ben Simpsons n'existent qu'en Tunisie. Ils se sont endormis des siècles (surtout durant les dictatures), puis soudain...un jour, ils se sont réveillés. Et depuis, nous ne dormons plus...

reveil07
(Dessin paru en Décembre 2014 ici)

Boukornine

Je disais donc, qu'après 10 ans de loyaux services, il est enfin temps que je vous révèle ma véritable identité. Tenez-vous bien : je ne suis pas tunisien. Je ne suis pas un Homme. Je suis vraiment un flamant rose. Je m'appelle Z et je suis le prophète que vous attendiez. Si si ! La politique de votre bled et la caricature j'en ai rien à foutre, ce ne sont que des prétextes pour vous faire venir sur ce blog et vous préparer psychologiquement à l'avènement de la nouvelle religion: le Boukornisme. 10 ans qu'à travers mes dessins, vous enregistriez inconsciemment dans votre esprit l'image subliminale de Boukornine. Aujourd'hui vous devez être enfin mûrs pour regarder d'un nouvel oeil le mont sacré de Boukornine. Alors dés qu'il se présentera à vous, couchez-vous, Mettez vos jambes en l'aire, puis répétez deux fois: لا بوكرنين الاّ بوكرنين، ولا سبخة الاّ السّبخة       
Si après ça, vous prend une envie de boire une bière, c'est que vous être sur la bonne voie. Dirigez-vous alors vers le Bar 7ira, la taverne secrète de la Sebkha, vous y trouverez réunis tous les vendredis, le conseil du Saint Siège de la Sebkha (S.S.S). C'est souvent dans ce temple de la SFBT, que nous prions collectivement, que nous légiférons et que nous rédigeons notre Livré sacré, le Saint Sebkhan, qui est en Open-Source, ouvert à toute la communauté.

saintsiiege

(Dessin paru en Août 2016 ici )

Le grand secret du Sijoumi

En tant qu'ancien membre de la CIA, complotant contre Ben Ali, ma fonction officielle s'est achevée le 14 Janvier 2011 avec la chute du régime (pour plus de précisions, lire l'oeuvre intégrale de Mezri Haddad). Ce jour là, l'administration Obama nous a laissé orphelins, moi et mes camarades cybercollabos. Les américains misaient alors sur un autre cheval gagnant : l'Islamisme. Mais ce que beaucoup de gens ignorent, et même Mezri Haddad ne le sait pas, c'est que la CIA a maintenu un canal ouvert avec ses anciens collaborateurs par le biais d'un bureau secret situé au Sijoumi, genre Si Jamais.... Alors ne vous fiez surtout pas aux fake news relayées par Mezri Haddad, qui évoque l'existence d'une base militaire américaine dans l'extrême sud du pays (à REMADA), ni encore moins la toute récente rumeur qui situerait la base dans l'extrême nord du pays (à BIZERTE). Mes amis, toutes ces informations sont fabriquées de toute pièce pour vous induire en erreur car la vérité est bien ailleurs : La dite base, n'est qu'un bureau situé au Sijoumi. Son code secret est B7 ( Bar 7ira, بار حراء). Seuls les vrais sebkhistes connaissent le lieu, puisque l'on s'y réunit tous les vendredis soirs pour boire des coups avec nos amis US Marins. C'est avec eux que l'on rédige le saint Sebkhan, livre sacré destiné à remplacer le saint Coran d'ici cinquante ans. Croyez-moi, le Boukornisme est bien la religion de demain !

Ce que vous ignorez encore chers amis, c'est que les Islamistes s'intéressent au Boukornisme. Depuis l'arrivée de Trump et les déboires du Qatar, ils se sentent orphelins et multiplient depuis quelques mois les tentatives de rapprochement avec notre personnel du Sijoumi. C'est à la suite de plusieurs tractations que l'on a accepté d'accueillir leur chef, le Cheikh Ghannouchi, avec lequel on a signé un accord historique au Bar 7ira...

SIJOUMI

(Dessin prophétique paru déjà en Juin 2011 ici)

Les médias (voir ici) n'ont retenu de cet accord que le volet socio-économique. Ils n'ont pas saisi la portée civilisationnelle de cet accord. Aucun analyste n'a été capable de comprende que la réunion du 25 Août au Bar 7ira ouvre un nouveau chapitre dans l'histoire dans lequel l'ancienne religion Allahiste cède le terrain à la nouvelle religion Boukorniste, en appliquant la méthode du Soft Power que l'on nous a enseignée sur les bancs de la CIA.

SIJOUMI2

(Dessin prophétique paru déjà en Juin 2011 ici)

Mais Attention ! cette rencontre de la Colombe et du Flamant demeure de circonstance, car chacun volera de son côté. Nous savons qu'à terme l'aile du flamant l'emportera. Mais en attendant: لا بوكرنين الاّ بوكرنين، ولا سبخة الاّ السّبخة
(Bien entendu, ce serait hypocrite de vous souhaiter un joyeux Aïd, alors que nous sommes en train de comploter ici même pour faire sauter la Kaaba)     

DYNAMITE

Salutations à tous les compagnons du blog (qui l'ont quelque peu déserté), Athena, Libre Enfin, Bob, Arnouba, Varuna, Amilcar, ville de Tunis et d'autres encore que j'oublie...

17 août 2017

Zégalités ?

Lors de la journée de la "Femme" du 13 août dernier, notre gentil président a ouvert le débat sur l’égalité successorale entre les deux sexes. Il a déclaré à cet effet, lors d'une sauterie télévisée : «Nous allons vers l’égalité […] dans tous les domaines" (voir ici)EGALITE
Ne soyons pas rabat-joie, ni aigris, réjouissons-nous sincèrement de la possibilité d'un tel débat. Mais gardons à l'esprit que les luttes "sociétales" (droits individuels, égalité des sexes, liberté de conscience...) n'ont de sens et d'efficacité que lorsqu'elles sont couplées avec les luttes "sociales" c'est à dire : la redistribution des richesses et du pouvoir à ceux qui en sont exclus.
Sachant que notre gentil président, défenseur d'abord des privilèges de ses amis les corrompus, pour lesquels, il tient toujours à faire passer une loi en leur faveur ( la dite loi de "réconciliation nationale" ), on peut douter de la sincérité de son souhait d'égalité "dans tous les domaines" comme il l'a promis dans son dernier discours.
Par ailleurs, ces quelques petites "conquêtes" sociétales, restent relatives lorsqu'on sait que le premier article de la constitution tunisienne marque au fer rouge "Islam religion d'Etat". Islam, qui rappelons-le au passage, fixe à moitié la part de la femme dans l'héritage, comme c'est clairement écrit dans le Coran (texte admis comme étant la parole du grand gourou de l'univers). Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, cette schizophrénie constitutionnelle donne à tous nos petits acquis "sociétaux" un goût chimique artificiel comme celui du Boga Cidre ou comme la couleur du rouge à lèvres de Bochra Bel Haj Hmida. Ces petits bricolages sympathiques applaudis par les Ben Simpsons et les médias occidentaux, risquent d'être balayés d'un revers de main, si l'on se bat pas de front contre l'emprise du religieux et contre les privilèges d'une grande partie de notre bourgeoisie !
... Sinon, vous pouvez aussi vous convertir au Boukornisme, c'est ici

Posté par __z__ à 15:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

13 août 2017

Le Chemin d'ISIS

L'histoire qui vous est contée ci-dessous est inspirée de faits réels. _Z_ y décrit ses vacances dans un hôtel à Djerba. L'établissement en question, s'appelle ISIS que Boukornine et la sainte Sebkha vous en préservent...    

La STEG tire la sonnette d'alarme. Tous les signes de la pré-apocalypse sont réunis: Une fournaise générale sur le terre de Boukornine, l'arrivée du premier navire de croisés à nos portes puis surtout ...une imminente guerre nucléaire qui se profile à l'horizon. Tous ces signes nous obligent, chers amis, à prendre du recul et à sortir du temps court de l'actualité. Reconnectons-nous aux temps immémoriaux des Dieux et des prophètes et prions tous ensemble avant qu'il ne soit trop tard !
C'est exactement ce que j'ai entrepris de faire pour vous la semaine dernière. Je vous relate ici sur mon blog mon chemin initiatique pour la rédemption de l'Humanité. Boukornine m'a dicté de prendre le chemin d'ISIS* :   

00

Ce pèlerinage s'est préparé dans l'urgence, à la dernière minute. Après une bonne quantité de boissons SFBTisées, une révélation m'a été soufflée à l'oreille par le site Bookorning.com**. La voix que j'ai entendue m'ordonna de partir au plus vite sur l'île des lotophages*** pour rendre visite à un temple dédié à ISIS et y accomplir le rite du bain sacré sous un ciel de 4 étoiles et ce pour seulement 40 pièces d'or la nuit! pour _Z_, oiseau migrateur (Zmigri) en mal du pays, l'occasion était trop belle à ne surtout pas rater!
03

J'ai pris part à une Caravane partie de la Sebkha et conduite par un certain Abdallah. Celui-ci fut le guide spirituel de l'expédition. Son sens de l'orientation et sa connaissance du terrain nous firent découvrir d'incroyables paysages. Mes compagnons de route ne voulaient pas me suivre à ISIS. Ils n'avaient jamais entendu parler du Boukornisme et ne croyaient pas à la Sainte Sebkha. Ils étaient cependant très sensibles à mes prédications...  

01

Nous passâmes par des champs d'Olivier, des oasis et des sebkhas desséchées. Abdallah nous fit traverser des grandes cités antiques et des petits villages routiers aux croyances diverses et variées...

02

Notre caravane poursuivait son chemin initiatique sous une chaleur de 45 degrés. Plusieurs fois, l'eau nous avait manqué et notre monture avait soif. Abdallah connaissait des oasis alimentées d'innombrables sources secrètes coulant à flot.  

04

La chaleur devenait insupportable et le soleil frappait fort. Abdallah s'assoupissait par moment mais Allah prenait les commandes et guidait notre destinée. Arrivés au bout du continent, nous dûmes attendre des jours et des nuits. Un matin, j'ai prié la sainte Sebkha et la mer s'ouvrit miraculeusement. Boukornine nous avait ouvert la voie...   

05

l'île des lotophages à l'horizon infini, parsemé de palmiers solitaires, s'offrait à nous. Le Lieu était habité d'esprits et de génies bienveillants. Au bout d'une heure de chemin, je commençais à sentir l'aura d'ISIS et me voyais déjà, accomplir le rituel du bain sacré avec une Celtia fraiche à la main.         

06

Abdallah me déposa au pied du temple. J'ai pris congé de mes compagnons en leur souhaitant la protection de la sainte Sebkha.
J'ai marché à petit pas vers la porte monumentale d'ISIS. J'étais très ému. Je voulais vivre intensément chaque instant. J'ai embrassé la terre, humé l'air et adressé à Boukornine une prière.  

07

L'intérieur du temple était somptueux. Les murs en pierre et le sol en marbre. L'air y était naturellement frais. De nombreux pèlerins méditaient en silence. Je me suis religieusement dirigé vers la loge du gardien du temple. Pour me souhaiter la bienvenue, il m'offrit un bracelet et m'attribua un numéro de cellule.   

08

Je me suis alors précipité vers ISIS. Elle était belle et majestueuse. Elle déployait généreusement ses ailes sur la largeur du temple et semblait par ses yeux mystérieux rayonner sur l'ensemble du cosmos. Je ne puis décrire la puissance du sentiment que j'ai éprouvé à sa vue. Je l'ai l'embrassée, touchée, léchée sur toute la surface du mur. Bizarrement elle était à moi tout seul. Les autres pèlerins ne semblaient pas vouloir lui accorder la moindre attention. 

08B

Après toutes ces fortes émotions, ma faim me commanda de me diriger vers la salle des banquets d'ISIS. Le lieu grouillait de monde, la nourriture y était abondante mais une terrible odeur de friture crasse contaminait l'espace. Les pèlerins couraient dans tous les sens et collectionnaient les plats. Leur frénésie était d'autant plus curieuse que les mets exposés étaient immangeables, infects, puants et dégueulasses. Les quelques esclaves épargnés (le gardien du temple en aurait éliminé la moitié) étaient dépassés et incapables de gérer le banquet. Des montagnes de restes s'accumulaient sur les tables dans l'indifférence générale des esclaves et des pèlerins. De cet horrible cauchemar gastronomique, je n'ai pu trouver de comestible que les quelques tranches de pastèque à la chaire tendre et savoureuse que j'ai dévorées sur place avant de quitter les lieux en toute urgence.

09

J'ai décidé d'observer le jeûne durant le reste de mon séjour en me nourrissant seulement de pastèque et de Celtia. A cet effet je me suis dirigé vers la source d'eau de la SFBT (que Boukornine la bénisse) pour m'abreuver de bière. La tradition sebkhique fixe à 2 grammes le taux d'alcool minimum nécessaire à l'accomplissement du rite du bain sacré. A ma grande surprise, le gardien de la source me refusa mon breuvage... 

10inclusive

Furieux, je me suis contenté de Coca Collah. Mon voisin Vladimir, Sibérien de confession All-inclusive, était autorisé à toutes les boissons. Il m'a expliqué qu'il en avait même en réserve chez lui dans sa cellule. Vladmir parlait un anglais approximatif. Il disait être furieux car il croyait qu'ISIS était un club de vacances. J'ai rigolé intérieurement. Avec mon anglais de Sebkha j'ai tenté de le convertir au boukornisme et de lui présenter la déesse ISIS. Mais il ne voulait rien savoir. J'ai tout juste réussi à le convaincre d'accomplir avec moi le rite du bain sacré.

11

Vladimir a mal apprécié que le gardien du temple lui confisque sa boisson. Il est sorti du bassin, a fait ses bagages et quitté le temple jurant qu'il ne remettrait plus les pieds en Tunisis. J'aimais bien Vladimir. Même s'il ne croyait pas à ISIS, il aimait la Celtia et cela le rendait plus proche de Boukornine que tous les pèlerins réunis. Coupé dans mon élan mystique par le départ de Vladimir et le brouhallah des pèlerins, j'ai pris le chemin de la mer. Sur la longue route (100 km du temple) Je commençais moi-même à douter. Si ce n'était pas un club de vacances comme l'avait naïvement cru Vladimir, était-ce vraiment un temple d'ISIS ?

12

Ces nombreuses questions m'ont taraudé l'esprit. J'ai du m'exiler dans ma cellule pour méditer en toute tranquillité et prier Boukornine mais il m'était impossible de me concentrer. En buvant une gorgée d'eau sacrée de Sibérie (que m'a laissé Vladimir avant de partir), j'ai commencé à y voir plus clair. Le temple devait avoir été profané ! Son prétendu gardien n'était qu'un marchand du temple. Un minable marchand du temple qui aurait trahi ISIS !  

13

Arrivé à cette conclusion et ayant terminé la bouteille de Vladimir (Que Boukornine le bénisse !), j'ai décidé de me porter au secours d'ISIS !

14

Je ne me rappelle plus de grand chose, mais je sais qu'ISIS m'a ouvert grand ses ailes et qu'à deux nous avons lavé les péchés de l'humanité. 

15

* ISIS, reconnue pour être d'abord une déesse égyptienne, a voyagé dans plusieurs traditions religieuses dont le christianisme. On trouve ses traces dans nombre de cultes mystiques telle que la maçonnerie. Les archéologues et autres spécialistes l'ignorent encore, mais ISIS est d'abord une figure majeure du Boukornisme (seule véritable religion universelle). La mythologie égyptienne lui reconnaissait déjà son appartenance à Boukornine comme l'indiquent les deux cornes que porte la déesse sur sa coiffe. Les pharaons, par leur ancienneté, ont restitué plus fidèlement que leurs successeurs l'origine Boukorniste d'ISIS. Ils racontaient déjà qu'ISIS était un oiseau (ils ne précisent pas qu'il s'agissait d'un flamant rose) qui s'unissait à la momie de son époux Osiris, pour concevoir le chétif Horus (_Z_) dans les marais de Chemnis (Sebkha)... Bref, si avec tout ça vous doutez encore !

** Bookorning.com est un site sur la toile qui protège le Bar "Hira" (بار حراء) qui est une taverne secrète à la Sebkha dans laquelle se cache _Z_ pour accueillir la parole divine de Boukornine. A ne pas confondre avec le site Booking.com qui est une énorme arnaque sur le web à dénoncer en toute urgence !

*** 
L’île des Lotophages est identifiée aujourd'hui avec Djerba, qui se trouve dans le sud de la Tunisie. Les Lotophages, comme l'indique leur nom, sont des « mangeurs de lotos », plante dont la consommation a la propriété de faire oublier à ceux qui en mangent qui ils sont et d'où ils viennent. Cette plante très répandue dans le pays de Boukronine, a été tellement consommée par les habitants de la région qu'ils ont oublié leurs origines boukornistes. Cette amnésie générale a facilité la conversion immédiate des populations locales à l'Allahisme, quand les arabes ont envahi le pays au 7ième siècle après JC.   

12 juillet 2017

SUPER JO fait son Show

Youssef Chahed, notre Super Jo national, est en visite officielle aux states. Comme c'est souvent le cas, dans ce genre de déplacement, l'objectif principal étant de faire bonne figure pour s'assurer de la continuité de l'aide de l'oncle Sam. Avec l'arrivée de Trump (qui n'a pas estimé utile de rencontrer Jo ) et le risque de se voir couper l'eau du robinet, Chahed se devait de redoubler d'effort pour séduire la Maison Blanche...

CHAHEDUSA

Dans le monde capitaliste dans lequel nous évoluons, le seul avantage que semble tirer l'Amérique à vouloir nous aider, c'est d'abord de s'assurer localement, grâce à l'aide de nos dirigeants, de la sécurisation de son business dans la région. C'est le fameux "volet sécuritaire" repris par nos médias (voir ici). La vision sécuritaire constitue pour l'Amérique la pierre angulaire de sa politique étrangère dans nos contrées barbares. Pour eux, la seule plus-value que nos peuplades puissent apporter à l'effort général, ce ne sont ni nos Bricks à l'oeuf ni notre Harissa, mais seulement notre effort à vouloir minimiser notre capacité de nuisance. Si Trump souhaite réduire drastiquement cette aide, c'est que contrairement à Obama, celui-ci préfère intervenir directement que de sous-traiter à nos chiens de garde la sempiternelle lutte contre le terrorisme.  Vous comprenez alors les contorsions intellectuelles par lesquelles doit passer notre Super Jo national pour convaincre Donald, de l'utilité de la Harissa dans l'économie du Hamburger...

Posté par __z__ à 00:57 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 juillet 2017

Quand l'art se met au service de la propagande

Cela pose toujours problème quand un artiste réputé pour ses opinions fascistes, soit programmé dans un festival national financé par l'argent public. Quand bien même son spectacle ne traite pas de ce sur quoi il est accusé de fascisme, il est très légitime que certains s'en indignent et qu'ils appellent au boycott. 
Voilà pourquoi un groupe s'est solidement constitué pour appeler au Boycott de...Wagner. C'était en Israël en 2012. Wagner, compositeur allemand épris de nationalisme germanique et travaillé par l'antisémitime de son époque, aurait par ses écrits et par sa musique, inspiré le nazisme de Hitler. Des victimes de la Shoah avaient envoyé, à l’université et au premier ministre, une lettre parlant de « torture émotionnelle ». "Grâce" à leur mobilisation, le spectacle a été déprogrammé. Plus tôt, en 2001, l’orchestre guidé par Daniel Barenboim* avait joué un fragment de Tristan et Iseut, de Wagner toujours, à la fin d’un concert. Il s’était fait traiter de « fasciste » par le public outré.

En Tunisie, une polémique semblable a lieu en ce moment même. Ce n'est pas Wagner qu'on appelle à boycotter mais... Boujenah. En effet cet humouriste franco-tunisien, réputé pour son sionisme et son inconditionnel soutien à la politique israélienne, est programmé pour l'édition 2017 du Festival international de Carthage. Des voix se sont élevés contre cet affront. Une lettre rédigée par BDS** a été envoyée au ministre de la culture et au directeur du festival. Elle appelle à déprogrammer le spectacle et s'indigne de la banalisation du sionisme en offrant de la visibilité à ce genre d'individu ( voir ici )

boujenah

Après la Révolution tunisienne, une autre catégorie d'artiste a failli être visée par le boycott. Il s'agit des artiste mauves : ceux-là qui avaient soutenu la dictature de Ben Ali et qui, passé la tempête de 2011, sont revenus petit à petit sur scène ni vu ni connu, hier chantant les louanges de Ben Ali, aujourd'hui zélés défenseurs de la Révolution. Notre chanteur national Lotfi Bouchneq incarne ce type d'artiste très "engagé". Il s'était fendu d'une tribune en 2010 dans le quotidien mauve "le Temps", expliquant l'importance de la politique de Zaba dans la culture et de conclure qu'il fallait abroger la constitution pour que ce dernier puisse se représenter en 2014.

LOTFIBOUCHNAK
(ce dessin a été publié en Septembre 2010, ici)

On ne peut que saluer les associations telles que BDS qui militent pour dénoncer le sionisme et informer le public de ses dangers. Si leur appel au boycott économique de produits israéliens est une action légitime dans un contexte de guerre contre Israël, je ne sais pas dans quelle mesure l'on peut appliquer cette même méthode dans le monde des idées et de l'art (comme le fait BDS dans notre cas présent). Certes l'efficacité d'une telle stratégie a montré ses preuves dans la lutte anti-aparthaid en Afrique du Sud. Mais je reste vigilant quant à l'éventuelle chasse aux sorcières que cela pourrait causer si devait se généraliser un tel procédé:
Imaginez un instant les conséquences d'un boycott de tous les artistes mauves. Que nous resterait-il en Tunisie ? Imaginez que l'on fasse l'inventaire des sionistes dans le cinéma ou dans la littérature. Irait-on jusqu'à censurer la formule E=MC² de nos manuels de physique parce qu'Einstein s'est déclaré sioniste ?
Ce qui pose problème avec cette méthode, c'est l'unité de mesure et le degré à partir duquel on définit la règle du jeu pour dénoncer, puis boycotter et enfin en dernier lieu : CENSURER tel ou tel artiste ou penseur. Pourquoi Michel Boujenah et pas Lotfi Bouchneq ?(ce dernier est programmé presque tous les ans à Carthage et continue aujourd'hui à bénéficier de tous les honneurs de la république). Pourquoi ne pas boycotter tout simplement le Festival et appeler à faire démissioner le ministre de la culture ? (ce n'est pas une question ironique)

Un artiste connu pour ses opinions douteuses, qu'il soit fasciste, nazi, sioniste ou novembriste devra s'exposer à la critique et à la désaffection du public. Mais il m'est impossible, moi artiste, de boycotter ou d'appeler à la déprogrammation d'un autre artiste.
Ce n'est pas par corporatisme, mais par la nécessaire violence que l'on doit se faire pour assurer notre liberté d'expression à tous. Je veux que Carthage puisse ouvrir sa scène aux méchants comme aux gentils, même aux fachos tant que nous reconnaissons d'ABORD leur qualité d'artiste et que nous gardons la liberté de les dénoncer et de les huer. J'accepte de la même manière de m'exposer aux critiques et même à l'insulte. Par contre j'appelle à la révolution armée si je vois Borhane Bsaies, notre ex-Goebbels national, nommé au poste de directeur du festival de Carthage ou pire encore : ministre de l'éducation nationale (voir ici) !

Business Boukorniste

Mes amis, l'art c'est de la propagande. Ont tort ceux qui pensent vaincre la propagande en faisant taire ses artistes. Cela produit l'effet cafard (une sourate sur le sujet est en préparation) : Ils pondront des oeufs, se multiplieront et affineront encore plus leur art ! En tant qu'artiste boukorniste et propagandiste du sebkhisme (voir ici), je conchie le sionisme et toute forme de fascisme mais je crains qu'à notre tour, nous fassions l'objet d'un boycott et de nous retrouver solidaires non de Boujenah, mais de Wagner. Oui ! Nous faisons l'objet d'une hostile campagne qui nous accuse d'offenser les sentiments des musulmans et de toucher à leur sacré. Amis boukornistes, Notre religion progresse chaque jour n'en déplaise à nos Kofards. Grâce à l'OPEN SOURCE et nos nouveaux e-prophètes, nous avons arrêté la sourate de l'Apéro qui marquera l'ouverture (Feti7a) de chacune de nos cérémonies. Après Le Nammous et Le Delle3, Mettez Tannhäuser, buvez un coup et récitez-donc ceci:
-Sourate de l'Apéro (appelée aussi Sourate du Berbère)

*Daniel Barenboïm chef d'orchestre israélo-argentin détenteur de nationalité palestinienne, fut lui-même, avec son West-Oriental Divan Orchestra, victime du boycott de BDS au Qatar (pays intégralement boycotté), pour avoir joué Wagner en Israël...Allez comprendre... 

**BDS est une campagne internationale appelant à exercer diverses pressions économiques, académiques, culturelles et politiques sur Israël afin d'aboutir à la réalisation de trois objectifs : la fin de l'occupation et de la colonisation des terres arabes, l'égalité complète pour les citoyens arabo-palestiniens d’Israël, et le respect du droit au retour des réfugiés palestiniens (voir ici)

30 juin 2017

Le trésor de Sidi Riahi entre les mains de Super Jo

En rentrant à la Sebkha en Taxi, le chauffeur m'apprend une triste nouvelle. Son saint patron Sidi Riahi est inquiété par la justice tunisienne qui vient d'ordonner le Gel de ses avoirs. Il est soupçonné -Sidi Riahi- de corruption et de blanchiment d'argent. Il est la énième Victime de l'opération mains propres menée par notre premier ministre Super Jo, qui mène héroïquement sa lutte anticorruption depuis plus d'un mois (voir ici). Sidi Riahi, marabout de l'après révolution, n'a jamais révélé la caverne de son trésor. Certains pensent qu'il se serait abondamment servi de la fortune des Kadhafi au moment où le colonel se faisait zigouiller dans sa grotte. Aicha Kadhafi, la fille de l'ex-dictateur, l'accuse d'avoir piqué 22 millions de dinars...Sidi Riahi n'avait que faire de tous ces gens, il a eu le temps depuis 2011, de fonder son parti, de présider le plus grand club de foot de Tunis, de marier Zaballah et Essebsi à Paris et de faire fructifier encore plus son business...
Pour mon taxiste de la Sebkha, Sidi Riahi est un Robin des Bois, et Super Jo n'est qu'un agent américain. Pour lui rien ne tient, tant que demeure sélective la prétendue lutte anticorruption.        

SUPERJO-COFFRES

Business Boukorniste

Chers lecteurs, ce paragraphe ne vous concerne pas si vous n'êtes pas membre de la religion Boukorniste. Ce paragraphe concerne encore moins les pleureurs et les pleureuses du culte d'Allah, qui ne supportent pas que l'on puisse croire en Tunisie à une autre divinité que la leur et qu'on ose s'inspirer de leur liturgie *. La révélation de la Sebkha date d'il y a un an (voir ici) , et à peine avons-nous commencé à rédiger nos textes sacrés que nous nous faisons attaquer de toute part.

Rapport d'activités

Notre religion s'enrichit de jour en jour grâce à l'OPEN SOURCE. Nous en sommes très contents. Nous commençons à accumuler de la matière pour pouvoir constituer notre livre saint : le Sebkhan.
Notre Saint Siège de la Sebkha (S.S.S.) discute collégialement des thèmes que nous proposons à nos e-prophètes et nous choisissons les meilleures compositions. Ainsi sommes-nous partis sur un premier "Hizb" qui traite des insectes. Pour la première "sourate" du Hizb, nous avons décidé de commencer par les moustiques. Très importants sont les moustiques pour l'écosystème de la Sebkha ! notamment les larves de moustiques qui constituent la nourriture essentielle des flamants roses (nos oiseaux sacrés). Deux e-prophètes ont planché sur la question et nous ont révélé ces deux sourates:
- Le Nammous I
- Le Nammous II

Un deuxième "Hizb" a été voté.  Celui-ci traiterait des fruits et légumes. Notre foi bienveillante à l'égard du règne animal, privilégie un régime alimentaire équilibré basé sur les fruits et légumes accompagnés d'eau ou de Celtia glacée. En cette période de forte chaleur, un de nos e-prophètes nous a révélé une délicieuse sourate :
- Le Delle3

Par ailleurs, nous avons émis un communiqué public pour présenter nos excuses suite aux attaques allahistes. Bien entendu il s'agit là d'une statégie visant à détourner l'attention, car nous n'avons aucune raison d'excuser nos croyances.
- Communiqué

Situation financière

Nous ne remercierons jamais assez notre sponsor officiel la SFBT grâce à qui nous bénéficions d'un budget généreux jusqu'à 2018.
En contrepartie, rappelez-vous, que notre partenaire nous impose de citer ses produits (Celtia, Stella) dans chacune de nos sourates.
Nous devrons toutefois commencer à chercher des subventions auprès d'autres bailleurs notamment le ministère des affaires religieuses.

Litiges

Comme nous l'avions lu dans les livres d'Histoire, chaque nouvelle religion subit systématiquement l'hostilité de la religion qui la précède. On sait combien Moïse, Jésus ou Mohamed ont payé cher pour réussir leur projet religieux. Le Boukornisme à peine né, se retrouve déjà dans le collimateur des allahistes jaloux. Mais nous avons l'avantage d'être plusieurs prophètes et d'opérer anonymement. Nous bénéficions également d'un large réseau international de soutiens (Le Maçonnerie, Soros, Rothschild...) et tout récemment Zuckerberg. C'est grâce à lui que notre page FaceBook a pu résister aux attaques pirates lancées par des allahistes zélés proto-daechiens. Pour le remercier, Marc souhaite une sourate dédiée à Facebook ( à intégrer dans la prochaine session Celtia ) 

Planning

Le S.S.S promet de communiquer bientôt les prochains thèmes de sourates et de sélectionner les nouveaux e-prophètes et leurs apôtres. Nous recevons de plus en plus de candidatures et nous nous efforçons de faire un choix minutieux et juste. Ceci risque de prendre plus de temps que prévu et de nous amener à retarder la date des résultats. A moins que nous embauchions dans la semaine une secrétaire sebkhiste qui serait corps et âme dédiée à Boukornine ( Pour cela, me contacter directement sur mon mail privé )         

Conclusion

لا سبخة إلاّ السبخة
لا بوكرنين إلاّ البوكرنين

Notre avocat considère que nous pouvons nous inspirer du style littéraire et du graphisme des textes sacrés (Coran compris) car ils sont tombés dans le domaine public et qu'il n'est plus nécessaire de demander une autorisation d'exploitation quelconque à quiconque. Nous ne sommes pas responsables des susceptibilités ni des interprétations erronées que les croyants d'autres religions peuvent faire de nos textes. Nous ne cesserons d'encourager nos adeptes à ne jamais s'attaquer aux autres cultes. Cependant nous ne renierons jamais nos éventuels extrémistes et nous les reconnaîtrons comme les enfants naturels de notre religion. Pas de Takfirisme en Boukornisme. Toute vraie religion qui se respecte doit pouvoir enfanter du fanatisme !

24 juin 2017

Les aventures de super JO !

Pour ce dernier jour de Ramadan, j'ai décidé de dédier ce post à notre premier ministre et lui souhaiter beaucoup de courage dans sa lutte héroïque contre la corruption...

0102

03

04

05

06

Joyeux Aïd à tous, et GO JO ! 

Posté par __z__ à 19:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,