Je ne vous souhaite pas de joyeux Ramadan. Depuis que la religion est devenue argument électoral pour remporter les urnes et imposer sa la loi et sa foi, alors faire Ramadan devient un acte de collaboration passive. Résister aujourd'hui c'est manger dans la rue et défier publiquement cette nouvelle dictature qui commence à se manifester doucement par des injonctions de fermer des restos ici (voir ici), de ne pas servir l'alcool là (voir ici). Une progression douce vers un nouvel ordre religieux semble se profiler à l'horizon. Je ne sais pas si je suis atteint du syndrome de la Marsa à cause de mes lectures fréquentes de www.bensimpsons.news, ou que mon jeûne intérieur commence à affecter sérieusement mes neurones (Oui, figurez-vous que malgré mes propos, je pratique spirituellement Ramadan), mais tout indique que nous assistons ensemble à l'avènement progressif du règne de Zaballah...
Heureusement, Hamdoullah, l'opposition se regroupe enfin pour contrer la menace islamiste. Bajbouj aurait réunit Ahmed Nejib Chebbi et Ahmed Brahim pour faire face au monstre Nahdha (voir ici)...ouf!

kram

Allégorie de la grenouille

Dans le bouillonnement révolutionnaire nous bondissions d'un seul homme contre chaque abus du pouvoir. Comme cette grenouille que l'on plonge dans l'eau brûlante nous sautions de toutes nos forces. Cette même grenouille que nous sommes devenus, vient d'être placée dans un autre récipient d'eau froide, que l'on chauffe progressivement depuis le 23 Octobre 2011. Elle s'habitue à la chaleur. Elle se laisse aller. Par accoutumance elle ne bondira pas lorsque l'eau aura atteint le degré d'ébullition. Elle finira cuite.
Mais je vous rassure, Bajbouj la sortira de la casserole avant qu'elle ne crève. Mais elle sera tellement molle qu'il en sera fini de l'élan révolutionnaire...