Reconnaissons que dans le merdier révolutionnaire dans lequel le peuple tunisien a su se mettre, il n'y a pas que du mauvais. Certes on a du barbu, du salaf, du LPR à tous les bouts de rues. Certes les armes circulent, l'insécurité se généralise, et aucune des revendications de la révolution n'a vu le jour. Mais reconnaissons au moins, que nos débats se sont enrichis, que nos jeunes parlent politique et que le foot n'a plus le monopole sur les cafés. Reconnaissons aussi que dans l'assassinat de Chokri Belaïd il y a eu une énorme vague de solidarité, d'indignation et un regain de sympathie inestimable pour les idéaux de gauche. Même que la Bensimpsonnie après les chants soufis, vient d'enrichir son répertoire musical!

internationale

Bref, les Ben Simpsons...