04 mai 2014

Karbouland

Il parait que la Tunisie est une entreprise au bord de la faillite. Heureusement que son PDG Mahdi Jômaa -accompagné de sa smala d'hommes d'affaires- sillone la planète pour sortir la société de la crise et sauver le pays! 

SUPERJOMAA

Lors de son dernier déplacement à Paris, passés les salamalecs protocolaires et les beaux discours de la paix sur terre, il parait qu'il a été question d'achat d'hélicoptères, de sécurité et de contrôle de frontières ( voir ici ). On apprend également, qu'en marge de la visite de Jomâa, une conférence s'est tenue à l'Université de Dauphine, pour présenter le projet de la "Ville du Savoir" prévue aux environs de Tunis. Il s'agirait d'un campus à l'américaine, s'étendant sur 40 hectares, et financé par le groupe...Mabrouk ! Mais que cache la présence de cet ex-marabout, ancien gendre de Zaba, dans un tel projet ? (voir ici)

Alice au pays des merveilles

Arrêtons les questions qui fâchent et rêvons, comme notre ministre du tourisme Amel Karboul, d'un monde merveilleux ! (voir ici)

ALICE

Et pour finir sur une note encore plus positive, saluons les lois volontaristes de l'Assemblée Nationale Constituante, toujours aussi fidèle aux idéaux de la révolution, à la justice sociale et à la lutte contre le chômage ! ( voir ici )

EMPLOI

21 avril 2014

La théorie de la mauvolution

Le 12 Avril dernier, le tribunal militaire a été particulièrement clément envers certaines figures sécuritaires de l’ancien régime (voir ici). La Justice était à deux doigts de s'excuser et de demander pardon à Rafik Belhaj Kacem, (ancien ministre de l'intérieur), Ali Seriati (ancien chef de la sécurité présidentielle), Adel Tiouiri (ancien directeur général de la sûreté national) et Lotfi Zouaoui (ancien directeur général de la sécurité publique).
Il semblerait qu'à part le méchant Ben Ali, tous ceux qui furent aux commandes, n'étaient que de simples exécutants et d'honnêtes serviteurs de l'Etat. D'ailleurs, c'est grâce à ces héros que le pays a pu fonctionner durant 23 ans, quand Zaba et sa Famille dévalisaient les caisses de l'Etat. 
C'est cette grotesque opinion qui se banalise et qui génère à terme cette indifférence générale. Bien sûr il y avaient les associations des martyrs pour hurler, quelques partis politiques pour dénoncer et toujours ces éternels activistes prêts à se bouger. Mais de manière générale, l'opinion ne s'émeut guère de voir le mauve pardonné, réhabilité, debout et fier...

mauvolution1

mauvolution2

(Pour agrandir cliquer ici)


Plus le RCD reprend du poil de la bête, et plus se répandent la théorie du complot et le négationnisme de la révolution. Les victimes de la répression et les morts par balles ne seraient que des pilleurs et des bandits payés pour foutre le bordel. Il n'y a jamais eu de martyrs. D'ailleurs il n'y a jamais eu de Snipers. Que balivernes et rumeurs...

JUSTICERUMEUR2

Mes amis, sans vouloir tomber dans le révolutionnarisme à deux balles, sans vouloir céder à une quelconque forme de vengeance, il y a dans ce laxisme général quelque chose de scandaleux. Combien même les dossiers de ces personnes seraient vides, tout le monde semble oublier cette évidence : Avant même les tueries de Janvier 2011, ces personnes par leur très forte proximité au pouvoir, ont cautionné durant des années un système qui prône: le mensonge, la censure, l'abrutissement des masses, l'inoculation de l'intégrisme religieux et le pillage des richesses. Avant même d'ouvrir leurs dossiers, ces personnes par leur simple fonction, sont coupables de non assistance à millions de personnes en danger...    

Posté par __z__ à 23:14 - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

06 avril 2014

The Jômaa's World tour

Depuis sa prise de pouvoir, notre sympa premier ministre organise une levée de fonds à l'échelle de la planète pour sauver le pays. Avec sa cohorte de conseillers, de businessmans et de cravatés hyper-diplômés, il sillonne le monde.  Après la France, l'Allemagne, l'Algérie, et les pays du Golfe, Jômaa débarque chez l'Oncle Sam.     

STATES

(voir ici)

27 mars 2014

La Démocrasissi

egypte

529 frères musulmans condamnés à mort ! ( voir ici )  Voilà donc le remède magique que propose l'état égyptien contre l'islamisme : soigner le mal par le mal. Combattre le fascisme par le fascisme. Le problème de cette thérapie de choc, c'est qu'elle produit un effet de bombe à retardement. Elle recule le problème d'une génération lui laissant le temps de maturer, de devenir plus radical et plus monstrueux encore. L'histoire se répète avec de nouveaux acteurs et de nouveaux décors : Hafez el Assad massacra en 1982 les frères musulmans à Hama. Trente ans plus tard, la Syrie fait face à des monstres assoiffés de sang qui comptent bien prendre leur revanche. Dans une moindre mesure, Bourguiba et Zaba réprimèrent les barbus. Aujourd'hui nous avons Zaballah.

A chaque répression d'islamiste, en Egypte, en Tunisie ou ailleurs, on insuffle plus d'Islam dans la société, astuce qu'ont cru trouver les dictatures "laïques" pour se racheter auprès de la population et de Dieu. Se perpétue ainsi le dogme religieux comme donnée intouchable et indiscutable pour les uns comme pour les autres. Dogme; qui par sa nature même (soumission à Allah et à son prophète) suffit à expliquer une prédisposition des populations à accepter l'autoritarisme, qu'il soit islamiste ou "laïc".

Mes amis, L'Egypte va mal. La Tunisie semble mieux s'en tirer. Mais la partie n'est pas terminée. Les vacances dans le club Medi Jômaa, ne doivent pas nous faire oublier, que Zaba et Zaballah nous guettent à la sortie...

Posté par __z__ à 11:01 - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 mars 2014

Ça roule en Tunisie

Du temps de Zaballah, le voyage d'un officiel au golfe signifiait courbette, léchage de bottes et atteinte à la souveraineté. Les Bensimpsons criaient au scandale et à la trahison nationale. Aujourd'hui avec notre sympa premier ministre, c'est tout autre chose...
PMR
C'est que tout simplement avec Jômaa, il ne s'agit plus de vendre le pays aux wahhabites. Il est plutôt question de rendre la Tunisie attractive aux investisseurs étrangers. A l'appui, un plan de com bien rodé qui rappelle combien la Tunisie est belle, intelligente, ouverte sur le monde, Karboulique et technocratique. Bref, une Tunisie qui, après le départ de Zaballah, aurait retrouvé son vrai visage. Et peu importe le reste ...

dametunisie

Sur ce, joyeuse fête de l'indépendance !

PS: Lire cet article dithyrambique de tunistribune.com qui voit dans le déplacement de Jomâa au moyen-orient la poursuite de l'oeuvre de Bourguiba. L'auteur de l'article insulte au passage les sceptiques et les esprits critiques qui, selon lui, seraient des "putréfiés et des pervers vicieux, immoraux et corrompus" dont le projet viserait à "dévaloriser et déprécier les labeurs de cette équipe". Ce style rappelle celui d'un certain Mouldi M'barek, une plume très inspirée qui sévissait à l'époque du mauve...

Posté par __z__ à 11:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 mars 2014

Le Mauve omis de nos bouches...

Il m'a fallu sept ans d'activisme anti-mauve, pour découvrir le lien de familiarité phonique entre le mauve et le vomi. C'est grâce en particulier à Hamed Karoui et son excellente performance rhétorique chez Samir el Wafi que j'ai pu faire le rapprochement  entre ces deux concepts. C'était le 02 Mars dernier ( voir ici )

KAROUI

Mes amis, étant pour la totale liberté d'expression, je suis pour qu'en Tunisie, un mauve vomisse librement en public. On aurait certes préféré que ces personnes, par humilité, se terrent dans le même silence forcé auquel ils nous ont condamné durant leurs 23 ans de vomissement généralisé. Je ne parle ici que des mauves épargnés par la Justice grâce à la "propreté" de leur collaborationnisme et l'immatérialité de leur corruption. Ces indétectables, les Karaoui, Morgen & co ont tout à fait le droit de gerber allègrement à la télé n'en déplaise aux LPR, Yassine Ayari et tous ces nouveaux fascistes qui rêvent d'une Justice révolutionnaire.

Mahdi Jomaa l'anorexique

Contrairement à Karoui et ses riches déjections verbales, notre premier ministre pour son premier grand oral nous parle de diète, de régime et de disette générale. Il n y aura plus rien à manger, plus rien à se mettre sous la dent...

JOMAAELQUENCE

 La sebkha aussi traverse une crise économique

Cher amis, comme je vous l'expliquais la dernière fois, la situation économique de la sebkha n'est pas des plus réjouissantes. Le chômage bat son plein, les flamants se tournent les plumes, les larves se font rares et à cause de la Celtia et de l'herbe, même les plus jeunes n'ont plus la force de migrer. Il parait qu'un ancien mégaprojet promis à l'époque des Zaba, va bientôt ressortir des marécages de l'oubli. Il s'agit du port financier de Raoued. Un accord vient d'être signé et ils prétendent que les travaux seront lancés incessamment sous peu. A la sebkha, les amis prient le saint Boukornine pour que le mégaprojet puisse leur offrir les 16000 emplois promis, et que ces fameux hôtels de luxe, ces terrains de golf et ces marinas voient enfin le jour (voir ici)...Les flamants ne comptent plus s'opposer aux milliardaires émiraties et ils sont prêts à se faire exploiter. C'est la disette, c'est la famine, c'est l'urgence qui prime.

En ce qui me concerne ça va tellement mal que je me suis lancé dans la pub. Un petit yaourtier de la place, copain de la famille, m'a d'ailleurs contacté pour une campagne de pub qu'il souhaitait inspirée de mon expérience de cyberactiviste...    

FREELBEN
Malheureusement, il n'a pas trop apprécié mon concept. Ce qui ne m'aide pas à résoudre mes petits soucis économiques...
Enfin, si vous avez une entreprise de yaourt, de dessous féminins, de préservatifs, de tapis de prière et que vous souhaitez lancer une campagne publicitaire innovante et révolutionnaire, n'hésitez pas à m'adresser un mail à l'adresse: pub404@sebkha.com
Sur ce, bonne appétit !

Posté par __z__ à 21:59 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 mars 2014

_Z_ en vacances...

Désolé pour cette absence prolongée. J'avais besoin de vacances. Trop longtemps que je vous dessine l'actualité sans relâche et sans contrepartie. Maintenant qu'il ne se passe plus rien dans le bled, je mérite un peu de repos, merde !
Grâce à Kamel Eltaief et La famille Mabrouk (les seuls qui ont répondu à ma requête), j'ai réussi à ma faire payer un séjour dans des clubs chics en Tunisie. Grâce à notre extraordinaire nouveau gouvernement, le tourisme se porte déjà à merveille et l'économie bat son plein. Des investisseurs et des hôteliers du monde entier s'installent un peu partout. Même qu'un nouveau club Med vient d'ouvrir ses portes dans la Kasba de Tunis en plein coeur de la médina... 

CLUBMED
(Photo prise avec la charmante équipe d'animation) 

KARBOUL

(Photo prise lors d'une excursion dans le sud tunisien) 

Imedghij

(ça n'a rien à voir avec mes vacances...)

Demain retour à la sebkha ! merde.

16 février 2014

Tartouze de la Constitution

Depuis l'adoption de la nouvelle constitution, c'est la fête dans le bled! Le monde entier ne cesse de flatter l'intelligence de notre peuple. Pour des arabos-musulmans nous avons, parait-il, accompli un miracle. Le président français invité aux festivités tient la preuve qu'Islam et démocratie sont compatibles. Tartour a des orgasmes quotidiennement. Lui, qui avait longuement défendu cette thèse compte bien célébrer ce qu'il considère comme sa propre victoire. Ainsi, depuis le vote de la constitution, notre président multiplie les sauteries entre amis...Carthage ne désemplit plus. Quand soudain...  

tartouze

Un attentat terroriste vient de se produire à Jandouba hier soir ! 4 personnes y ont trouvé la mort, dont 2 agents de la garde nationale. Pire encore: les terroristes en question se sont déguisés en flic et ont installé un barrage fictif pour piéger leurs victimes (voir ici). De quoi faire régner la panique dans la population et amplifier la crise de confiance entre citoyen et force de l'ordre... 

barrage

 

(ajouté le 17/02/2014)

Suite à la réaction de certains amis sebkhistes non contents du dernier dessin, je me suis senti obligé de rajouter ce petit paragraphe. Oui, ce dernier dessin peut sembler irrespectueux envers les agents de la garde nationale tués à Jandouba. Pourtant, cette même caricature n'aurait suscité aucune critique si l'attentat en question n'avait concerné que de simples civils. Or, il se trouve que flic ou pas flic, tout crime demeure une abomination. Le deuil que l'on se doit de respecter ne concerne que les personnes et non leur corporation. Ne confondons pas les personnes et leur uniforme !
Notre solidarité pour les victimes de cette tragédie ne doit pas nous faire oublier le terrorisme de 23 ans d'Etat policier. Notre chagrin ne doit pas nous faire oublier qu'une grande partie de nos problèmes sécuritaires est AUSSI liée au chantage du ministère de l'intérieur. Bien évidement tout cela n'excuse en rien l'acte terroriste. Mais la lutte urgente contre le terrorisme doit aussi passer par une réhabilitation de nos institutions sécuritaires...

Posté par __z__ à 22:32 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

03 février 2014

CONSTITUTION

Il y en a marre de ces rabat-joies, de ces aigris, de ces éternels insatisfaits qui trouvent toujours quelque chose à dire. Alors que le monde entier applaudit notre nouvelle constitution, ils sont toujours là alignés comme des corbeaux, à croasser leur pédantes critiques. Mais voilà qu'en prenant ma plume de flamant rose, je me surprends moi-même à croasser, à émettre des doutes, à critiquer, à voir du Zaballah, du flic, du verrouillage..

constitution

Désolé chers amis, mais le caricaturiste qui habite en moi ne sait pas voir les fleurs et les oiseaux qui chantent. Certes, ce texte qui vient d'être livré après trois interminables années bardolesques a le réel mérite, au-delà de son contenu, d'incarner le premier consensus national. Il ressemble à un traité de paix entre plusieurs belligérants. Il est pour la première fois de l'histoire du pays, le fruit d'âpres négociations entre partis et société civile. Sauf que ce traité ne semble pas vouloir résoudre les points litigeux. Il n'élabore aucune synthèse des contradictions de notre société. Il les juxtapose. Il les pose les unes à côté des autres. Ainsi nous en sommes toujours à être un état civil dont l'islam demeure sa religion. Nul besoin d'être constitutionnaliste pour comprendre que ce paradoxe résume à lui seul le péché originel de notre nouvelle constitution.

Une thérapie par les mots

Après la révolution vint l'idée subite de réécrire la constitution. L'objectif exprimé à l'époque était de rédiger un texte qui immunise le pays contre la dictature. Des rêveurs, ou des manipulateurs (selon certains) nous ont vendu l'idée poétique selon laquelle des nouveaux mots gravés sur le marbre constitutionnel nous délivreraient des anciens maux de l'autoritarisme.
Les 3 ans de dissertations, de rédactions et d'écritures, ont tout juste servi à accomplir une énorme thérapie de groupe télévisée. Ce qui n'est pas rien en soi. Mais pour ce qui est des nouveaux mots, le dernier texte porte en lui les mêmes maux que ses précédents... 

Pouvoir et religion

Depuis la constitution de 59, la religion demeure la seule constante. A elle seule se résument tous nos maux politiques, nos lois liberticides et notre soumission aveugle à la figure du père, du patron, du tyran et du prophète. Et ce depuis 14 siècles. Du moins c'est la théorie que défend la pièce de théâtre de Lotfi Achour "Macbeth:Leïla and Ben" qui a le mérite d'aborder sans tabou cette épineuse question de la relation incestueuse entre Islam et dictature.
Le dessin ci-dessous devait servir à l'iconographie de la pièce. Malheureusement, le poids du tabou a eu raison de cette caricature jugée trop choquante...

POUVOIR

Conclusion
La lutte continue donc. Mais une victoire vient d'être accomplie. Félicitons-nous de la Tunisie, qui parmi les cancres arabo-musulmans, vient de faire figure de bonne élève grâce à sa constitution. Et ça c'est une bonne nouvelle qui mérite une tournée de Celtia...

26 janvier 2014

La mystérieuse reculade de Mahdi Jomâa

Que s'est-il donc bien passé la nuit du 25 Janvier, pour que Mahdi Jomâa attendu à Carthage pour annoncer son nouveau gouvernement, se dérobe en s'excusant de n'avoir pas réussi à finaliser sa mission. Que s'est il donc bien passé entre lui et Marzouki, pour que l'annonce tant attendue soit à nouveau reportée. Le public n'en peut plus. La Tunisie fatigue.

Les médias depuis hier spéculent sur les raisons qui ont poussé le futur premier ministre à temporiser. Des théories contradictoires se bousculent sur les sites d'information et sur facebook. Parmi ces nombreuses théories, celle bien tenace qui voudrait que le maintien de Ben Jeddou à la tête de l'intérieur soit la cause du blocage. Plus folle encore, la théorie selon laquelle, Tartour n'ayant pas apprécié l'arrivée tardive de Jomâa au palais, lui aurait simplement claqué la porte au nez...
De notre côté, la sebkha détient des informations exclusives selon lesquelles Tartour était bien la cause de la reculade de Jomâa, mais pour d'autres raisons...

HALALODIALYSE

Posté par __z__ à 19:45 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

  1  2  3  4  5    Fin »