Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
DEBATunisie
28 juillet 2023

Deuxième anniversaire du coup d'État

Ce que j'écris et je dessine ne s'adresse plus qu'à une poignée de personnes. Il est malheureux de constater qu'après toutes ces années, on en est presque à cultiver un entre-soi pour dénoncer la dictature. Non pas que la majorité des tunisiens soutiennent Kais SAIED, pas du tout !

Ils savent qu'il est idiot !

ONAS

Je pense que nos compatriotes reconnaissent au fond d'eux-mêmes que ce monsieur est incompétent, voire mentalement limité. Mais s'est installée cette idée fixe selon laquelle, toute critique dans l'espace public émise contre Saïed ne peut être que le produit d'un complot islamiste, voire atlantiste. Au vu de l'aversion portée contre ces islamistes et toute la classe politique de la dite "décennie noire", l'opinion de guerre lasse, a accepté de soutenir n'importe qui, même l'idiot du village, pourvu qu'il évacue cette engeance de l'espace public. Quitte à brûler le pays ! 

NFT_SAIED

Cela explique à ma modeste échelle, la haine et le mépris dont font l'objet mes dessins. Je suis également accusé dans les réseaux sociaux d'être un suppo des islamistes ou d'être payé par une officine étrangère. La culture du complotisme était déjà bien installée en Tunisie, mais avec l'idiot de Carthage, ce phénomène s'est généralisé au point de contaminer toutes les franges de la société, et de rendre tout simplement impossible ce "Débat" que j'ai tant espéré.  

Pourquoi donc continuer à dessiner ?

Donc, à vous la poignée de personnes qui me lisez, je sais combien vous intrigue cette énergie que je garde malgré la désaffection généralisée pas seulement de mon blog, mais de tous les espaces contestataires. Cette énergie mes amis, je la tiens du plaisir que j'ai à écrire et à dessiner au service d'un idéal imaginaire qui ne verra pourtant jamais le jour en Tunisie, du moins de mon vivant. J'avoue aussi que j'ai un malin plaisir à mener une guerre picturale contre cette Tunisie superstitieuse, bigote et complotiste qui génère les dictateurs et les prophètes. J'assume qu'au nom de cette guerre, tous les coups graphiques sont permis, même l'offense du sacré, coran et drapeau compris.

Mais en ce moment particulier de l'Histoire du pays, où s'est rajouté le racisme à toutes les tares que j'énumérais, j'avoue que je suis mu davantage par le dégoût et la haine pour cette Tunisie que je ne reconnais plus. Je suis hanté par ces terribles images de subsahariens déportés dans le désert, abandonnés à leur sort par un État tunisien devenu inhumain et barbare. C'est pourquoi je pense que Zabaïed et ses Chlékas doivent être évacués pour le salut de tous avant qu'il ne soit trop tard. Il ne s'agit même pas d'un objectif politique, mais simplement d'une nécessité humaine. 

Ci-dessous un dessin qui m'a pris presque deux jours de travail, qui s'inscrit dans la série des radeaux de la méduse, le dixième peut-être du genre que je dessine sur DEBATunisie. Mon dessin s'améliore d'année en année, j'apprend à mieux magner le crayon et les couleurs. Mais à chaque dessin la Tunisie prend encore plus l'eau, et j'ai vraiment peur pour le prochain radeau...    

LE SADO

Cliquez ici pour agrandir

Commentaires
V
Tu es le flamant rose le plus important de l'univers.
Répondre
T
Varuna et Libre enfin ça fait du temps.<br /> <br /> Mon pauvre Z , tu n'emmerdes personne et tu te racontes des histoires mais bon si ça te permet de vivre why not .
Répondre
A
Mon âme est morte de soif dans le désert. Je vomis les tunisiens et leur souhaite toutes les formes de noyade. <br /> <br /> <br /> <br /> Ce n'est qu'une affaire d'années avant que ce pays ne devienne inhabitable. Où iront alors les survivants des prières de la pluie non exaucées ?<br /> <br /> <br /> <br /> Je remercie les tunisiens d'avoir fait sauter le verrou de l'inhumanité car bientôt les marines européennes leur tireront dessus. Et cela me va très bien car je n'ai aucune envie de les voir dans les jolies rues de mon quartier parisien. <br /> <br /> <br /> <br /> Libre enfin quelle joie de te lire. Excellent diagnostique mais tu fais erreur sur les solutions. Les tunisiens ont besoin de Laogai. Il doivent être détruits par le travail afin d'être reconstruits et rééduqués. Compte tenu de leur haine du labeur, peu survivront mais cela tombe plutôt bien.
Répondre
L
@Z<br /> <br /> Cher Ami, au-delà de ton talent reconnu, je salut ton courage et ta persévérance. Je t’avoue que je frôle déjà la désespérance, mais que tes dessins me servent parfois comme un ultime rempart contre le cynisme. Je me dis que si Z persévère, c’est qu’il y’a peut-être un demain!<br /> <br /> <br /> <br /> Ceci dit, les chantiers sont titanesques. Et pour cause, en près de 70 ans d’indépendance, il n’y a pas un seul domaine, libertés individuelles et publiques, état de droit, éducation, culture, santé, économie, infrastructures et environnement de vie, ou autres, ou nous ayons atteint un point de non-retour. Ce qui fait qu’il suffit d’un nain d’esprit pour nous faire reculer de plus de 70 ans. <br /> <br /> <br /> <br /> Le pays reste rongé par de multiples plaies, mais il y’en a à mon sens quatre principales: la justice, la police, l’école, et la conception de l’état.<br /> <br /> <br /> <br /> J’ai parlé précédemment dans ce blog de la justice (y compris toutes ses composantes) et de la police, et il est inutile d’y revenir, sauf pour dire que l’édifice est à réinventer. Ex-nihilo, de bout en bout. De sa conception, à ses fonctions et pouvoirs, son champ d’intervention, ses dimensions et son personnel. <br /> <br /> <br /> <br /> J’ai eu l’immense honneur de côtoyer des tunisiens, sortis pour la plupart de l’école publique, et capables de se mesurer à la crème de la crème universelle. Mais pour chacun d’eux, combien de gâchis, combien de broyés, combien de déchets?? Au-delà des sorts individuels, le résultat le plus néfaste du naufrage de notre école, est le socle sociétal et civilisationnel qu’il nous lègue. Un socle capable de produire , et ne produisant d’ailleurs que des Frankenstein, à l’intellect, quand il existe, limité, aux connaissances, quand elles existent, rudimentaires, à la tête mal-formatée, à la personnalité dédoublée, à l’intégrité mouvante, mais convaincus quand même qu’ils sont le salut de l’humanité. Ennahdha et toute la constellation 3ouroubi-islami en sont la légitime représentation. Kais Saied en est le nectar concentré. Rien ne pourra se faire sans une refonte totale de l’école et ses intervenants.<br /> <br /> <br /> <br /> Ce socle sociétal se marie harmonieusement avec notre conception de l’état. Non pas comme une simple administration de services, appelée certes à faire des arbitrages quand les intérêts des uns et des autres divergent, mais qui n’a aucune place dans nos têtes et nos lits, mais comme un hybride père-ghoul qui gère, très mal d’ailleurs, jusqu’à nos baguettes et nos braguettes. Le bon-sens indique qu’il faut revoir la copie.<br /> <br /> <br /> <br /> Sur ce, j’espère que tu ne vas pas nous lâcher en si bon chemin!
Répondre
ي
_z_ jusqu'à quand tu vas rester dans la contestation ??? Il faudrait qu'un jour on réfléchisse puis on soutienne un projet politique alternatif conçu par des patriotes éclairés tout en obtenant l'adhésion des massess... La quadrature du cercle...
Répondre
DEBATunisie
Newsletter
660 abonnés
Archives