Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
DEBATunisie
13 janvier 2020

La déculottée de Zaballah...

Chers amis et fidèles lecteurs, bonne année 2020. Des flamants roses m'ont raconté qu'il ne nous reste plus que vingt ans avant l'apocalypse. Donc cessez de fabriquer des enfants, contentez-vous de niquer et jouissez pleinement avant la fin du bal. Les agitations que nous observons ici et là, les Trumpomanies, le feu en Australie et les chlékatologies de Safi Saïd* ne sont que le prélude du jugement dernier. Allah nous abandonne trop déçu du sort qui a été fait de sa dernière religion. 14 siècles qu'il espérait voir un allahiste sur Mars. Au lieu de ça, son nom n'est associé qu'aux wahhabites, aux Ayatollah, aux Ben Laden, aux Baghdadi, aux Erdogan et aux Zaballah...Marre ! il en a Marre le Allah. Plus que vingt ans je vous dis, avant le grand co-allah-ps final.  

Allah lâche Zaballah 

Les signes avant-coureurs de la fin du monde ont commencé à se faire sentir dans les rangs d'Ennahdha. Depuis que Ghannouchi, alias Zaballah, a été élu président du parlement en Novembre 2019, il ne dort plus la nuit, hanté par le démon mauve...  

cauchemar

Sa maigre victoire aux législatives lui offrait encore la possibilité de former un gouvernement. Il a chargé un inconnu, Habib Jemli, de faire le casting à sa place. Mais avec le bilan de 8 calamiteuses années de pouvoir, personne ne voulait de ses ministres. Habib Jemli a été jeté en pâture au Parlement ce 10 Janvier 2020 où il fut dévoré tout cru par des députés désireux d'en découdre avec le Zaballahisme (voir ici). Ghannouchi sent que le vent tourne. Il aura pourtant tout tenté pour convaincre mais rien n'y fait. Maintenant il revient au président de la république, l'étrange Kaïs Saïed (lui aussi signe avant-coureur de la fin du monde), de désigner un autre chef de gouvernement...

jemli

L'heure est grave

Sitôt la défaite annoncée, Zaballah s'envole vers la sublime porte (voir ici)

deculotee

Sachez chers amis, que parmi les grandes succursales mondiales qui se partagent Allah en tant qu'instrument de pouvoir, notre modeste Zaballah représente en Tunisie la franchise d'Erdogan. Il lui rend compte constamment de ses activités allahistiques locales.
Après sa dernière déculottée, il s'est donc fait convoquer en toute urgence pour faire état de la gravissime situation que traverse l'allahisme en Tunisie en ce moment. Car oui, l'heure est grave... 

* Le député indépendant Safi Saïd, durant la plénière dédiée au vote de confiance du gouvernement (le 10 Janvier), a tenu des propos insultants envers les bi-nationaux, les traitant de "bâtards étrangers" (voir ici). Ce personnage qui incarne la parfaite synthèse entre la bêtise et l'arrogance, jouit d'une inquiétante popularité auprès de 80% des taxis que j'ai pu prendre durant les deux dernières années. 

Commentaires
DEBATunisie
Newsletter
660 abonnés
Archives