Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
DEBATunisie
2 avril 2012

Les blessés de la Révolution!

A une semaine de la fête des martyrs, se pose en Tunisie la question des martyrs de la révolution. Épineuse question celle du jour et de l'heure où la mort par balle fait de sa victime un martyr ou pas. Plus épineuse encore la question des blessés de la révolution. Eux au moins ils sont vivants et réclament leur dû. Mais tout un commerce de la martyrologie émerge ces derniers jours au détriment de ceux qui furent les réels héros de la révolution...

droitsdiloum

Heureusement que le tissu associatif contribue aussi à alléger la peine de certains...

essebsichologiques

Malheureusement, les vrais blessés, les vértibales héros de la Révolution, sont le plus souvent oubliés et croupissent loin de l'attention et du respect de tous...

benalidivan

Commentaires
R
Un très bon site riche en informations. Vous avez une très belle plume, bravo ! bonne continuation.
Répondre
A
Alors que le New York Times s'amuse au tourisme de bisounours, qui nous rappelle l'époque de l'agence tunisienne de communication extérieure (hey, moi aussi je voudrais que ce soit peace and love!)...<br /> <br /> <br /> <br /> http://travel.nytimes.com/2012/04/08/travel/tunisia-after-the-revolution.html<br /> <br /> <br /> <br /> ...la réalité d'aujourd'hui est bien triste<br /> <br /> <br /> <br /> http://www.lepoint.fr/monde/j-ai-ete-frappee-par-les-policiers-tunisiens-09-04-2012-1449822_24.php<br /> <br /> <br /> <br /> Et Raja va nous dire que ce sont des mensonges qui nuisent à l'image du pays? <br /> <br /> <br /> <br /> J'imagine la joie des flicos qui peuvent se défouler comme dans le temps...
Répondre
L
Merci Arnouba de me redonner l'opportunité d'apporter une correction et de rebondir sur un point complémentaire.<br /> <br /> <br /> <br /> Il fallait lire Salah ben Youssef....quoique Moussa El Hadj....<br /> <br /> Le probleme a mon sens c'est que les deux alternatives sont en dehors du temps. La seconde, parce qu'elle n'y est jamais rentrée. Et la 1ere parce que, même si elle procede d'une vision avant-gardiste pour son espace et son temps et d'un intellect absolument peu commun, part de l'hypothese d'un Etat paternaliste qui porte en lui même les germes d'une dérive inéluctable.<br /> <br /> <br /> <br /> Le point complémentaire procede de la position sur le capitalisme exprimée par Z dans son interview avec Charb. Oui, le capitalisme, surtout quand il est financier ou de bazard, n'est pas exempt de tares. Le probleme est que l'alternative ne marche que quand les resources sont illimitées. Tant que ceci n'est pas le cas (les seules exceptions étant a ma connaissance le Paradis ou Chez Bahri), l'égalitarisme dans la production et la consommation reste une illusion. Prenons un exemple concret pour illustrer la problématique: Quand la pulpeuse Raja Hadj Mansour existe en nombre illimitée, aucun probleme. Chacun pourra avoir sa Raja en dizaines d'exemplaires s'il le souhaite. Mais comme nous n'avons qu'une Raja et qu'elle est désirée par tout le monde, il y'a probleme. La situation devient plus grave quand, en plus, c'est l'Etat qui gere l'offre et la demande de Raja. En un rien de temps, vous aurez des Raja manchot, des Raja avec 3 levres, des Raja avec la bouche sous l'aiselle, etc...; alors que le chef se tape en cantamini la Raja originale. La situation devient proprement alarmante quand c'est l'Etat intégriste qui gere.
Répondre
A
J'oubliais, je pense que les plans pour mettre la BCT sous leur coupe ne passera pas, du moment que la Tunisie est dépendente du financement international, et que, toute comme le cas de la Hongrie récemment, ca fait très mal de recevoir zéro demande pour ses émissions...
Répondre
A
...Malheureusement, vos analyses sont, comme d'habitude, éloquentes, pertinentes et correctes :-(<br /> <br /> <br /> <br /> http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/04/06/la-tunisie-des-lumieres-se-bat_1681817_3232.html
Répondre
DEBATunisie
Newsletter
657 abonnés
Archives