Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
DEBATunisie
27 novembre 2016

Fidel rejoint les siens

Allah vient de recevoir Fidel dans son royaume. Je ne sais pas quand Fidel a vraiment déconné. Quand il a mis en prison ses opposants, ou quand il a mis son survêt Adidas. Faire la pub durant sa retraite, d'une des marques les plus emblématiques du capitalisme sportif est un blasphème pour toute une tradition de lutte contre le grand capital. Mais pardonnons-lui ses égards. Car Fidel est le symbole de quelque chose qui est au-delà des erreurs humaines.

A tous ceux qui ne retiennent de ce monsieur que son atteinte aux droits de l'homme, renseignez-vous et lisez un peu plus sur le contexte de Cuba. Pitié ! cessez de faire les perroquets et de reprendre à votre compte les arguments du SYSTEME. Oui ! il a torturé, oui ! il a condamné à mort. Pour moi aussi, ceci suffit pour le disqualifier et le compter comme un tyran de plus à jeter dans la poubelle de l'Histoire. Et pourtant, comment ne pas lui trouver des circonstances atténuantes quand on mesure le minable chantage, dont a été victime son pays qui a refusé de se plier au SYSTEME. Mais qu'est ce que ce SYSTEME alors ?

De quoi suis-je en train de parler?

Mes amis, Ben Ali a été un tyran, il a torturé pour plaire au SYSTEME. Il a voulu faire de son pays un mégaprojet qatari où les tunisiens seraient les jardiniers, maçons et femmes de ménage de riches résidents étrangers vivant dans des enclaves résidentielles. Il a privilégié une caste et terrorisé l'ensemble de la population afin de réaliser par la petitesse de sa vision, ce projet de société. Son idéal était celui d'un cafard. Castro c'est autre chose :
Il a naïvement cru que l'homme n'était pas un cafard et qu'il fallait éduquer, et soigner et faire vivre convenablement toute la société. Mais pour cela il fallait nationaliser pour avoir le contrôle sur l'économie et ne pas subir la loi du marché. Mais voilà cela n'a pas plu au SYSYEME. Le 6 avril 1960, Lester D. Mallory, sous-secrétaire d’État américain, adjoint aux Affaires interaméricaines affirma que « la majorité des Cubains soutenait Castro » et qu’il « n’existait pas une opposition politique effective », en ajoutant que « le seul moyen prévisible de réduire le soutien interne passait par le désenchantement et le découragement basés sur l’insatisfaction et les difficultés économiques (…) Tout moyen pour affaiblir la vie économique de Cuba doit être utilisé rapidement (…) : refuser de faire crédit et d’approvisionner Cuba pour diminuer les salaires réels et monétaires dans le but de provoquer la faim, le désespoir et le renversement du gouvernement. »( source Wikipedia )
Voilà comment le SYSTEME a tout fait pour que les opposants sincères de Castro deviennent des traîtres malgré eux. Voilà comment Castro par la tyrannie du SYSTEME est passé lui-même pour un tyran... Voilà comment Castro, est devenu lui-même à la fin de sa vie, une enseigne publicitaire du...SYSTEME

FIDEL

Hasta el System, Siempre !

Commentaires
M
https://sociopoliticarabsite.wordpress.com/
Répondre
V
Que faire en attendant la mort de BCS ?<br /> <br /> <br /> <br /> Rien ne sera fait dans ce pays tant que Beji est au pouvoir, alors que faire ? <br /> <br /> On n'a pas de choix que de tenir bon dans les tranchés et à défaut de faire avancer le front, stopper toutes les contre-offensives en attendant des jours meilleurs.<br /> <br /> <br /> <br /> Amitiés pour Athena et Libre enfin entre autres...
Répondre
V
Bonne année et mes meilleurs vœux pour tous.<br /> <br /> <br /> <br /> Rien que pour ce genre de choses on tient bon!!!<br /> <br /> http://www.babnet.net/cadredetail-136966.asp
Répondre
F
Le problème avec le communisme c'est que, autant la critique du Capital (objet social qui s'autonomise et domine les hommes) faite par Marx est pertinente ( et conserve son actualité) autant l'anthropologie de Marx est naïve et utopique et que les utopies de "l'homme nouveau" aboutissent à une catastrophe et au totalitarisme.Marx a cru que dans la mesure où sa critique était scientifique (et elle l'était effectivement) son "socialisme" était aussi "scientifique" alors qu'il ne s'agissait qu'une utopie naïve sur une "essence générique de l'homme" pour reprendre les termes de Marx;ou pour le dire autrement le projet marxiste de l'homme sujet se fracasse sur son projet d'homme nouveau.
Répondre
V
Fragilité.<br /> <br /> <br /> <br /> On a beau lire philosophes et théologiens, penser au sujet souvent et se croire blasé, lorsque la mort happe l’un des vos proches on reste sans voix et sans mots pour dire l’indicible, c’est comme si on vous amputé d’une partie de votre être. La personne qui était là, à porté d’un coup de fil ou de quelques heures de voitures, n’est plus et n’est plus pour toujours… et le drame de notre condition humaine est qu’on continue à marcher comme un zombie parmi les autres.
Répondre
DEBATunisie
Newsletter
657 abonnés
Archives