Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
DEBATunisie
27 mai 2020

Zaballah un jour, Allah pour toujours

Zaballah court... 

Ça fait déjà quelque temps que ça va mal pour Zaballah. Mais ces dernières semaines l'étau se resserre encore plus contre lui. En dehors de ses habituels ennemis, à savoir les fachos mauves et leurs satellites ben Simpsonniens qui font tourner sur internet une pétition demandant à enquêter sur sa fortune (voir ici) ou qui appellent à un méga-rassemblement le 14 juin pour le destituer du parlement, Zaballah a réussi à se mettre à dos des barbus de son propre camp, et même notre président, qui l'attend au tournant.   

zaballahfuite

Ne cachons pas notre joie chers amis, de voir ce fossoyeur de révolution se casser les dents. Savourons ce spectacle même si nous ne sommes pas dupes que derrière cette chasse à l'homme, se cache en grande partie le revanchisme de ceux qui ne se sont toujours pas remis de la Révolution. 

Allah court toujours... 

La dénonciation de l'islamisme c'est bien. Mais en Tunisie cette dénonciation, rappelons-le quand même, n'est pas tant motivée par la sécularisation de l'espace public comme on aimerait nous le faire croire. Elle n'est même pas mue par sa prétendu lutte contre l'incompétence, la corruption ou le passé terroriste d'Ennahdha. Elle semble d'abord animée par une lutte pour le pouvoir, menée par une certaine bourgeoisie ne supportant pas de voir autant de "gueux" proliférer dans les hautes sphères du pouvoir.  
Car ces arguments que ne cessent de mettre en avant les ennemis de l'islamisme tombent les uns après les autres par les contradictions que révèle leur sympathie affichée pour
Abir Moussi :
- qui est aussi conservatrice que les barbus sur les questions sociétales (homosexualité et héritage).
- qui a fait partie du régime le plus corrompu de l'histoire du pays et qui continue à nier la corruption mauve. 
- qui en matière de terrorisme, n'a rien à envier aux islamistes et ce par son négationisme de 50 ans de terrorisme d'Etat menés par ses idoles Bourguiba et Ben Ali... et qui nie justifie. 

Selon mon raisonnement, une énorme hypocrisie se cache derrière cette prétendue lutte contre l'islamisme. La sécularisation, la lutte contre la corruption et le terrorisme ne sont pas les véritables enjeux de cette bataille. Ce pour quoi se battent ces gens obsédés par l'islamisme, c'est le maintien de leur monopole sur l'idole Allahique afin qu'aucun gueux ne menace d'en faire joujou. On rejoue au 21ième siècle la même séquence historique de Kouraich contre le prophète où sous couvert de guerre d'idoles, (Allah contre les trois déesses), on se disputait surtout le Pouvoir. Allah a certes gagné depuis, mais l'idolatrie, elle, continue encore aujourd'hui à dominer les esprits des contrées allahisées.     

Car voyez-vous, les zaballahistes, les fachos mauves, les Ben Simpsons et une grande partie de notre gauche ne voient aucun problème à ce qu'Allah reste gravé dans le marbre constitutionnel, à ce que les enfants continuent à subir le lavage de cerveau allahiste à l'école, à ce que l'alcool par son statut illicite continue à alimenter le marché noir *, à ce que la dictature du jeûne au mois de Ramadan ne soit jamais remise en question, à ce que la femme continue à valoir la moitié d'un homme et à ce que homosexuels et athées continuent à raser les murs le soir...

Un internaute risque la prison pour atteinte au sacré 

Une jeune internaute du nom d'Emna Chargui a été accusée d'atteinte au sacré et d'incitation à la violence (!!) et ce pour avoir partagé sur internet une sourate ironique sur le Coronavirus (voir ici). Elle passera devant le juge demain jeudi 28 Mai 2020. 
Tous nos zélés ennemis de Zaballah et les prétendus défenseurs de la laïcité ne semblent pas concernés par ce scandale. Pire encore; des figures de la "gauche" telle que le secrétaire général du "Jomhouri", Issam Chebbi, appellent même à la condamnation d'Emna Chargui (voir ici) . J'ai honte pour eux. 

Soutenons donc Emna Chergui non pas au nom du principe devenu obsolète de "liberté d'expression", principe fourre-tout que même les allahistes ont appris à utiliser pour appeler à tuer les mécréants. Non chers amis ! le cas Emna Chargui nous invite à la soutenir ouvertement au nom du droit au blasphème, du droit de toucher au sacré, du droit de douter de l'existence d'Allah ou même de le moquer. Je rajoute que ce droit n'a de sens que si en outre il est exprimé dans l'espace public !  

Eh oui ! car neutraliser l'espace public de l'emprise du religieux passe douloureusement par la banalisation du blasphème dans l'esapce public. L'objectif sur le temps long, n'étant pas d'interdire la pratique religieuse ni de transformer les mosquées en musées ou encore moins de nier l'emprunte de la civilisation islamique sur l'identité du pays. Il s'agit simplement de dégager le religieux de l'espace politique, de l'éducation, de la Constitution. Il s'agit de faire tomber l'idole Allahique une bonne fois pour toute. 

Sans ça, dégager Zaballah aujourd'hui, fera émerger un Makhlouf demain...et nous ne sortirons jamais de ce cercle vicieux qui ne trouvera contre ces allahistes, que des Zaba et des Moussi. Jusqu'à quand allons-nous perpétuer le cercle vicieux d'un fascisme contre un autre ?

Sortons du religieux une bonne fois pour toute !
Soutenons Emna Chargui demain jeudi 28 Mai et partageons comme elle des versets ironiques inspirés du Coran ! 

EMNA-CHERGUI2

Nouveau front de lutte :

A travers la vidéo ci-dessous, je compte me lancer dans une nouvelle expérience artistique, qui par le biais d'une série de dessins animés, vise à banaliser le blasphème et à créer pour la première fois en Tunisie et dans les contrées Allahisées, une plateforme libre et indépendante dans laquelle nous tutoierons en toute liberté des concepts pris en otage par les institutions étatiques sous couvert de religion. Nous devons nous réapproprier Dieu, le Cosmos, la Mort, le Beau, le Vrai et le Juste, pour que ces questions essentielles ne soient plus entre les mains du Pouvoir. Aucune réforme politique sérieuse, aucune justice sociale n'est vraiment possible si nous ne mettons pas à plat ces questions fondamentales. Ne leur laissons plus le pouvoir de fixer les règles du débat sur une des plus passionnantes et énigmatiques questions de l'Humanité à savoir: Pourquoi merde tout ce bordel de notre putain d'existence ?  

*3 personnes sont mortes et 14 sont en réanimation, non pas du covid mais pour consommation d'alcool frelaté à cause de la stupide fermeture des points de vente officiel d'alcool durant le mois de ramadan (voir ici)

Commentaires
DEBATunisie
Newsletter
660 abonnés
Archives