Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
DEBATunisie
22 octobre 2012

J-1...

Le pays devient de plus en plus ingouvernable. A J-1 de la fin du mandat théorique de l'assemblée constituante, deux camps s'affrontent. On dénombre déjà un premier mort à Tataouine. La tension est dans l'air. Nos petits hommes verts renforcent leurs effectifs dans les centres névralgiques de la capitale...coup d'état militaire?

ECHEC2

-Ce dessin est indécent. Je le reconnais maintenant après l'avoir terminé. il est insultant pour la mémoire de cet homme assassiné, que j'ai placé du côté mauve. Raccourci facile certes pour un membre de Nida, mais hypothèse plausible qui n'excuse en rien, le meurtre dont il a été victime. Le dénommé Lotfi Nagdh a en effet succombé à ses blessures à la suite d'un lynchage public en bonne et due forme, perpétré par des membres d'un comité dit "de la protection de la révolution", affilié à Nada. Le ministre de l'intérieur insultera encore plus la mémoire du défunt en prétendant que ce monsieur aurait simplement été victime -accrochez-vous bien- d'une crise cardiaque!
-Ce dessin est injuste parce qu'il renvoie dos à dos Zaballah et Essebsi alors qu'il n'y a nulle symétrie entre celui qui tient son autorité de la toute puissance divine quand l'autre la tiendrait seulement de sa malice canine. L'un étant au pouvoir et l'autre attendant dans le couloir.

Mais si je publie quand même ce dessin chers amis, c'est que je me refuse à une lecture manichéenne des faits. Je ne crois pas que ces malheureux incidents traduisent une simple guerre des méchants contre les gentils. Je ne crois pas que ce monsieur fut puni pour sa simple appartenance au parti Nida. Nous avons tous observé dans les vidéos circulant sur le net, que la foule qui tabassa Lotfi Nagdh, fut d'abord ciblée par des cocktails Molotov projetés des locaux où se situait la victime. A première vue les images témoignent d'une guerre entre deux bandes rivales. Rappelons-nous de faits similaires survenus dans d'autres villes, telles que Feriana ou Ben Guerdane... (voir ici). Tataouine ne serait donc que le énième théâtre de guerre clanique. Il ne s'agit peut-être que d'un autre règlement de compte entre bandes rivales que Ben Ali avait su à l'époque domestiquer, mais qui aujourd'hui, après la révolution, se redisputent le territoire. L'appartenance politique, Nida pour les uns ou Nada pour les autres, ne serait qu'une simple étiquette extérieure...

Épuration des mauves

Le plus grave dans cette terrible histoire, c'est ce slogan appelant à l'épuration des mauves et qui a été crié par ce comité de la dite "protection de la révolution". A l'époque furent nombreuses les voix à soutenir l'idée d'une jugement équitable, non politique, contre les anciens RCDistes corrompus, voir d'exclure leurs caciques des élections. Pour n'avoir pas mis en place une justice transitionnelle Essebsi lui-même a été responsable de la crise de confiance qui mine les esprits depuis plusieurs mois. A cause de ce cafouillage, voulu ou pas, on voit du mauve partout. Tout ce qui cloche est mauve. Que l'on ne s'étonne pas aujourd'hui de voir des groupes radicaux, ou d'anciens mafieux s'emparer de cette cause et d'appeler au meurtre pour des règlements de compte internes. Nada également instrumentalise cette cause pour faire chanter les journalistes impertinents, ou pour menacer ses rivaux politiques. Tout ça, brouille les pistes et complique la lecture des faits. C'est de la chakchouka bien tunisienne! 

Épuration des marabouts 

Déjà que les révolutionnaires avaient brûlé les palais des saints patrons et des marabouts tripolitains, voilà que des excités du slip hallal s'attaquent maintenant aux vrais marabouts! (voir ici)

manoubia2

Cette nouvelle est une véritable catastrophe, et je ne suis point ironique. Cette sainte est la protectrice de la sebkha et de ses flamants roses. En profanant la tombe de Lella Manoubia c'est la Sebkha, Boukornine et toutes les collines de Tunis qui viennent d'être souillées! Amis flamants, armons-nous! Zaballah porte atteinte à nos symboles sacrés!
Mais que fout la police?

Commentaires
L
DON'T CRY FOR ME......<br /> <br /> <br /> <br /> Nous avançons. L'autre disait que nous ne sommes pas le Danemark. Et voila le valereux Ayadi qui rectifie le tir: nous ne sommes pas l'Argentine oukase-t-il. Pour mémoire, cet ancien militant de l’époque de ZABA préside une énième scission, appelée Wafa (fidélité), d’un parti, le CPR, dont le Wafa est justement la vertu cardinale, et qui se propose d’achever (ne me demandez pas dans quel sens du mot) les objectifs de la révolution. Un aperçu de ce qu'il nous professe: il ne nous suffit pas de construire les instruments de la démocratie après une dictature, comme en Argentine, et passer notre chemin. Nous ne sommes pas l’Argentine !! Contrairement à eux, nous avons une construction aussi importante à faire: notre identité blessée par 50 ans de sécularisme. Sans sa reconstruction, il ne sert à rien de construire une démocratie. <br /> <br /> <br /> <br /> Putain, tout un programme.<br /> <br /> <br /> <br /> Comment l'aborder? <br /> <br /> D'abord en faisant une collecte nationale –hiya ettikhdhit ettikhdhit- pour permettre à Ayadi de prendre une retraite dans un monastère tibétain afin de refléter sur son identité. Ça serait une œuvre de salubrité publique. Mais attention, il ne faut pas choisir n’importe quel monastère. La plupart sont des nids d’espions infiltrés par le Mossad et la franc-maçonnerie judéo-scientologique par le biais d’une jonction entre l'AUC, le M-24 et le Sentero Absurdo sous la supervision de la Securitate.<br /> <br /> <br /> <br /> Ensuite en lui rappelant qu’en y réfléchissant de plus prés, et hormis le fait qu’ils nous dépassent incommensurablement du point de vie développement humain, nous ressemblons étrangement aux argentins, et non pas seulement parce que un arabe –Menem- est passé par la. Tenez:<br /> <br /> - Comme chez nous, les filles sont sublimes et les garçons, comment dire, un peu moins.<br /> <br /> - Comme eux, nous nous prenons pour le centre du monde, nous sentons supérieurs à notre environnement immédiat que nous ne méritons pas et dans lequel nous nous retrouvons par un accident de la géographie.<br /> <br /> - Comme eux nous sommes gouvernés par des politiciens populistes dont le premier reflexe et de contrôler les rouages d’un Etat clientéliste, clanique quand il n’est pas tout simplement familial, et intrinsèquement corrompu ;<br /> <br /> - Comme eux, nous subissons des politiques économiques bizarres qui se résument a chercher l’investissement étranger tout en faisant tout pour le faire fuir, a acheter le calme et l’allégeance des zwaawla par des dépenses souvent même pas budgétisées, tout en gardant le même ordre économique permettant a une classe variable de proches de s’enrichir a l’ombre de l’Etat.<br /> <br /> - Comme nous, la ménagère ressent une pression inflationniste dépassant le double de celle annoncée par l’institut des statistiques argentin dont la direction a été remplacée par des proches et qui annonce depuis «seulement »18% d’inflation et un baromètre économique au vert.<br /> <br /> - Comme nous, quand leurs gouvernants sont rattrapés par leur incompétence, ils leur sortent l’une ou l’autre fazaa3a, les malouines un jour, le capitalisme mondial prédateur le suivant.<br /> <br /> - Comme nous, le drame national se résume a la cherté de la viande pour l’asado (l’équivalent de notre méchoui). D’ailleurs, ça n’est pas un hasard si la forme traditionnelle de protestation en Argentine s’appelle le cacerolazo (taper sur des casseroles), et que les deux pays sont les seuls au monde, a ma connaissance, ou le gouvernement assure la paix sociale en intervenant pour réguler le prix de la viande (la chaire, elle, n’a pas de prix).<br /> <br /> <br /> <br /> Est-ce un hasard, dans ces conditions, que ZABA aurait choisi de placer sa fortune en grande partie en Argentine, comme la rumeur populaire le veut en Tunisie ?<br /> <br /> Reste la question a laquelle je n’ai pas pour l’instant de réponse : Soumaya joue-t-elle a l’Isabela Péron ou a la Cristina Kirchner ?
Répondre
T
EN PASSANT...<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> 1) Ben Brick était le bouffon du roi soleil Ben Ali, Ben Ali est mort , Ben Brick s'agite et fait des grimaces pour qu'on s'intéresse à lui mais le spectacle n'amuse plus personne et la scène tunisienne est aujourd'hui pleine de clowns, dur métier.<br /> <br /> 2) On a dépassé la date fatidique sans que les trompettes de l'apocalypse ne résonnent , l'armée est toujours dans ses casernes , le feu n'est pas descendu du ciel pour bruler ce pays inique et AQMI ne s'est pas installée au palais de Carthage.<br /> <br /> <br /> <br /> Qui sommes nous ? Un peuple qui cherche à trouver des solutions à ses problèmes avec ses contradictions (régionales , sociales...) et ses faiblesses et qui se découvre divers.La Tunisie n'est plus la suite des villages Potemkine de jadis.<br /> <br /> Une anecdote :Un étranger avait l'air surpris lorsque un jour je lui ai expliqué que le femme qu'il a vu habiter dans la maisons troglodyte à Matmata( c'est dans le Sud) est payée par l'office du tourisme tunisien pour être la-bas et que le soir elle rentre chez elle.Après coup je me disais que j'aurais du le laisser rêver...<br /> <br /> <br /> <br /> 3) _Z_ , Lella Mannoubia n'est ni un marabout ni une sainte( au sens catholique), voir plutôt coté bodhisattva.
Répondre
L
Joumhouryet Al-3allouch<br /> <br /> <br /> <br /> L'Etat que connait et qu'attend le tunisien:<br /> <br /> http://www.facebook.com/LintrigueAlmwamrt#!/photo.php?v=295137217269013<br /> <br /> <br /> <br /> Et ensuite se plaindre de vivre dans un Etat carnassier!!<br /> <br /> Bref, a en devenir végétarien, quitte a se satisfaire d'une république .......bananiere.
Répondre
A
Pour les Sebkhistes qui en savent plus, es-ce ceci un bon compte rendu de la situation? http://www.slateafrique.com/94673/tunisie-la-strategie-de-la-terreur-ben-ali-ennahda
Répondre
A
ça commence bien https://www.facebook.com/sofinos/posts/428282563897749<br /> <br /> alors que ça se joue maintenant (dans les séances plénières) qui vont discuter les propositions des commissions et les valider par la suite
Répondre
DEBATunisie
Newsletter
657 abonnés
Archives